Connectez-vous

Burkina Faso - Le capitaine Ibrahim Traoré affirme que la situation est "sous contrôle".

Dimanche 2 Octobre 2022

 
Le capitaine Ibrahim Traoré, chef militaire autoproclamé du Burkina Faso, a déclaré dimanche que l'ordre était en train d'être rétabli dans le pays, après de violentes manifestations contre l'ambassade de France et plusieurs jours de combats, alors que sa faction cherchait à renverser le gouvernement.
 
L'équipe de Traore a exhorté la population à s'abstenir de tout acte de vandalisme à l'ambassade, prise pour cible par les manifestants après qu'un officier impliqué dans le coup d'État en cours ait déclaré que la France avait hébergé le président Paul-Henri Damiba sur une base militaire française dans ce pays d'Afrique de l'Ouest et qu'il préparait une contre-offensive.
 
Le ministère français des Affaires étrangères a démenti que la base ait accueilli Damiba après son éviction vendredi. Damiba a également nié se trouver sur la base, affirmant que les rapports étaient une manipulation délibérée de l'opinion publique. On ignore toujours où il se trouve.
 
"Nous voulons informer la population que la situation est sous contrôle et que l'ordre est en train d'être rétabli", a déclaré un officier de l'armée dans un communiqué diffusé à la télévision nationale. Traoré, un capitaine de l'armée, se tenait à côté de l'officier et était flanqué d'autres soldats armés et masqués.
 
Le calme régnait dans la ville dimanche après des tirs sporadiques dans la capitale tout au long de la journée de samedi entre les factions opposées de l'armée.
 
"Nous vous invitons à poursuivre vos activités et à vous abstenir de tout acte de violence et de vandalisme... notamment celui contre l'ambassade de France et la base militaire française", a déclaré l'officier loyal à Traoré, appelant la population à rester calme.
 
Damiba a lui-même mené un coup d'État au début de l'année contre un gouvernement civil qui avait perdu tout soutien en raison de la violence croissante des extrémistes islamistes. L'incapacité de Damiba à mettre fin aux attaques des groupes militants a suscité la colère dans les rangs des forces armées de l'ancien protectorat français.
 
Cette déclaration est intervenue après que des centaines de personnes, dont certaines brandissaient des drapeaux russes et soutenaient la prise de pouvoir de M. Traore, se soient rassemblées pour protester devant l'ambassade de France samedi et dimanche, lançant des pierres et brûlant des pneus et des débris samedi et tôt dimanche.
 
Des manifestants anti-français se sont également rassemblés et ont jeté des pierres sur le centre culturel français dans la ville de Bobo-Dioulasso, dans le sud du pays. Des intérêts commerciaux français ont également été vandalisés dimanche matin.
 
Le Burkina Faso est devenu l'épicentre des attaques menées par des groupes liés à Al-Qaïda et à l'État islamique, après que les violences qui ont débuté au Mali voisin en 2012 se sont étendues à d'autres pays au sud du désert du Sahara.
 
Des milliers de personnes ont été tuées lors de raids contre des communautés rurales et des millions ont été contraintes de fuir malgré la promesse de Damiba de s'attaquer à l'insécurité après son coup d'État en janvier. Cette semaine, au moins 11 soldats sont morts dans une attaque dans le nord du Burkina Faso. Des dizaines de civils sont toujours portés disparus à la suite de cette attaque. (Reuters)
 
 
 
Nombre de lectures : 99 fois












Inscription à la newsletter