Connectez-vous

Algérie: Dernière manifestation contre la classe dirigeante avant la présidentielle

Samedi 7 Décembre 2019

Algérie: Dernière manifestation contre la classe dirigeante avant la présidentielle
 
ALGER (Reuters) - Plusieurs dizaines de milliers d'Algériens ont à nouveau défilé vendredi comme il le font chaque semaine depuis février pour réclamer le renouvellement de leur classe dirigeante, à moins d'une semaine d'une élection présidentielle qu'ils jugent dépourvue de sens.
 
"Nous ne voterons pas !", ont-ils scandé en brandissant des banderoles où on pouvait notamment lire : "Inutile de préparer les bureaux de vote" et "Les gens en ont marre".
 
L'armée, premier pilier de l'Etat, considère le scrutin présidentiel du 12 décembre comme l'unique moyen de restaurer l'ordre constitutionnel, neuf mois après le début d'un mouvement de contestation qui a entraîné l'éviction en avril du président Abdelaziz Bouteflika.
 
Les manifestants considèrent, eux, que ce scrutin ne peut être ni libre ni équitable tant que les militaires et les membres de la "vieille garde" seront au pouvoir.
 
"Nous allons nous en tenir à notre position. Nous ne nous soucions pas de jeudi prochain. Nous avons besoin de changement", a déclaré Aïssa Baha'i, une manifestante de 32 ans.
 
Les cinq candidats en lice, qui occupaient tous des fonctions élevées sous la présidence d'Abdelaziz Bouteflika, participent dans la soirée à un débat télévisé.
 
Il s'agit des anciens Premiers ministres Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis, de l'ancien ministre de la Culture Azzeddine Mihoubi, de l'ex-ministre du Tourisme Abdelkader Bengrina et d'Abdelaziz Belaïd, président du Front el Moustakbal.
Nombre de lectures : 82 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter