Connectez-vous

Le « dialogue » pour éliminer Sonko de la présidentielle 2024 s’auto-démasque ?! (Par Diagne Fodé Roland)

Samedi 1 Juillet 2023

 
Les conclusions du « dialogue national » remises au président Macky Sall pour validation permettent la participation de Karim Wade (PDS), de Khalifa Sall (Taxaw) et de Macky Sall que la Constitution exclut pourtant à la présidentielle de février 2024 tout en maintenant l’épée de Damoclès de l’exclusion de O. Sonko. Ce « tout sauf Sonko » a été présenté par Marie-Angélique Savané, ex-gauche communiste maoïste avec son époux Landing Savané (AJ Authentique) avec la bénédiction des ex-gauche communistes du PIT, de la LD, AJ de Decroix, des directions de centrales syndicales dites représentatives, etc.
 
L’écrasante majorité de l’opposition dans Yewwi Askan Wi, notamment patriotique et de la Société Civile, notamment le F24 ont, malgré les interdictions arbitraires, organisé le « dialogue populaire » et se préparent à décliner leur plan d’action contre la troisième candidature illégale, contre l’empêchement de la candidature de O. Sonko, contre les atteintes liberticides aux droits individuels et collectifs, pour la libération des prisonniers politiques et la punition judiciaire des tueurs des 30 manifestants plus les 14 de 2021.
 
Tout se passe comme si la jeunesse et le peuple scrutent la prochaine attaque de Macky/APR/BBY contre O. Sonko dont l’accès au domicile est barricadé par les forces de répression, contre Pastef-Les patriotes et l’annonce par Macky Sall de sa candidature anticonstitutionnelle.
 
Le pouvoir libéral néocolonial est dans une impasse politique, judiciaire, diplomatique, voire répressive. Les arrestations arbitraires qui continuent, les rappels en services actifs des policiers, gendarmes et militaires libérés, le recrutement de nervis, les manipulations médiatiques tendant à présenter la résistance patriotique comme du « terrorisme, de la complicité avec les indépendantistes du MFDC, de faire passer le bourreaux (l’État apatride hors la loi) pour la victime de « forces occultes, salafistes », la fuite en avant sur les dizaines de morts par balles, les tortures, les blessés et les centaines, voire milliers de détenus arbitraires sont largement démasqués aux yeux de l’opinion publique nationale, africaine et mondiale.
 
Ce qui va advenir maintenant est entre les mains du président Macky Sall : ou ses intérêts personnels et de son clan bourgeois prédateur ou l’intérêt national ?! Ou le respect de la loi et de l’État de droit ou le chaos de la déstabilisation du pays ?!
 
Sentant sa fin politique venir, Senghor avait remis le bâton de relais à Diouf pour sauver le pouvoir néocolonial PS, le libéral Wade (PDS) succéda au social-libéral Diouf du PS pour sauver le système néocolonial, le libéral Wade accepta une seconde alternance libérale au profit d’un de ses « fils » libéral Macky pour sauver « le pouvoir libéral pour 50 ans ». Que va décider Macky Sall « ci-djeck » : forcer et jeter le pays dans l’aventure d’une troisième candidature qu’aucun Sénégalais ne peut accepter ? Est-il envisageable d’ouvrir la boîte de pandore de l’élection présidentielle 2024 sans la participation de Sonko ?
 
Telles sont les deux questions posées et à résoudre par Macky Sall qui est seul à pouvoir décider ainsi du sort des 17 millions de Sénégalais en vertu du présidentialisme qui porte en lui la dérive autocratique fascisante dont il a fait montre jusqu’ici. Alors sauvons le soldat Sunugal que Macky/APR/BBY veulent couler.
Diagne Fodé Roland
 
 
 
 
 
Nombre de lectures : 358 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter