Connectez-vous

La revue de presse du week-end

Samedi 24 Octobre 2020

Le retour du culte public dans les églises sénégalaises, l’émigration clandestine et la politique sont les sujets favoris de l’édition des quotidiens pour le week-end.
 
‘’Reprise progressive du culte à partir du 1er novembre’’ prochain, annonce Le Soleil, concernant une décision rendue publique vendredi par Monseigneur Benjamin Ndiaye, l’archevêque de Dakar. ‘’Après plusieurs mois de suspension à cause de la pandémie de Covid-19, l’Eglise catholique du Sénégal annonce la reprise du culte...’’ rapporte le même journal.
 
Plusieurs mesures seront prises par les églises pour éviter le Covid-19, ajoute-t-il, citant Monseigneur Benjamin Ndiaye : ‘’Le respect de la distanciation physique, la mise en place d’un dispositif de lavage des mains au savon ou l’utilisation du gel hydroalcoolique…’’
 
La décision a été prise sur la base de plusieurs ‘’paramètres favorables à une reprise des offices religieux, à savoir la tendance à la baisse de la courbe des contaminations, des avis de médecins et d’autres personnes ressources…’’ explique Kritik’.
 
Selon le même journal, les églises ont décidé de ‘’mettre en place un dispositif de sécurité sanitaire approprié et répondant aux normes édictées par le ministère de la Santé et de l’Action sociale’’.
 
Libération révèle que ‘’264 migrants [ont été] interceptés en soixante-douze heures’’ par la marine et la police sénégalaises. L’une des pirogues empruntées par les migrants a pris feu au large de Mbour, 51 rescapés ont été dénombrés à la suite de l’accident, mais le nombre de morts est un ‘’mystère’’, selon le même journal.

Il signale la présence de plusieurs enfants mineurs parmi les ‘’candidats au voyage’’.
 
‘’L’embarcation avait à bord environ 200 personnes, dont 20 mineurs’’, affirme L’Observateur, qui fait état de 59 rescapés.
 
EnQuête annonce l’arrestation d’un trio de convoyeurs. ‘’Le trio avait prévu de faire voyager 200 candidats à bord d’une pirogue durant la nuit du Maouloud’’, la commémoration de la naissance du prophète Mohamed, prévue la semaine prochaine.
 
‘’Ce n’est pas demain (…) la fin du phénomène de l’émigration clandestine en Afrique, surtout au Sénégal’’, commente L’As.
 
Concernant la politique, WalfQuotidien annonce la fin du ‘’mutisme’’ de l’ex-maire de Dakar, Khalifa Sall. Il avait été condamné à cinq ans de prison pour détournement de deniers publics et d’autres délits, à la suite d’une enquête menée sur sa gestion de la mairie de Dakar.
 
‘’Khalifa Sall arme ses jeunes et se prépare à descendre sur le terrain’’, écrit WalfQuotidien. 
 
‘’L’ancien de maire de Dakar (…) ne lâche pas prise. Avec des audiences hebdomadaires accordées à toutes les franges de la société, il garde toujours son ambition pour la conquête de la magistrature suprême’’, ajoute le journal.
 
Le Quotidien s’est entretenu avec Gorgui Ciss, le maire de Yène (ouest), chargé des relations internationales du Parti socialiste (PS). ‘’Serigne Mbaye Thiam n’est pas le meilleur candidat’’, soutient M. Ciss, qui déclare son soutien à Aminata Mbengue Ndiaye, la présidente du Haut Conseil des collectivités territoriales.

Mme Ndiaye serait intéressée par la succession du défunt secrétaire général du PS, Ousmane Tanor Dieng, tout comme M. Thiam, le ministre de l’Assainissement, chargé des questions électorales du Parti socialiste.
 
‘’Nous sommes avec Aminata Mbengue Ndiaye’’, déclare Gorgui Ciss.
 
Vox Populi est préoccupé par la crise postélectorale en Guinée. ‘’Le sang coule en Guinée’’, écrit-il, faisant état de la mort de 27 personnes lors des violences consécutives à l’élection présidentielle de dimanche dernier.
 
Arrivé en tête dans plusieurs villes de la Guinée, selon les résultats provisoires du scrutin, M. Diallo a vu Alpha Condé, le président sortant, lui ravir la vedette avec les résultats publiés par la Commission électorale nationale indépendante. 
 
‘’Alpha Condé (…) tient encore à rester. Et à tout prix. Mais avec ces tueries, il risque d’en cueillir un fruit très amer. Il a décidé que la Guinée reste une République bananière’’, commente Le Quotidien.
 
Sud Quotidien a tenté d’évaluer le plan Orsec (organisation de secours) lancé depuis septembre par le ministère de l’Intérieur pour venir en aide aux victimes des inondations. ‘’Un peu plus d’un mois après, le plan Orsec peine à soulager (…) des sinistrés qui sont encore nombreux à attendre de voir la couleur de l’argent des ‘cash transferts’ promis après leur recensement’’, constate-t-il. (APS)
 
 
Nombre de lectures : 75 fois












Inscription à la newsletter