Connectez-vous

La fin de la saga des milliardaires de la République (Prof Mary Teuw NIANE)

Samedi 16 Septembre 2023

Le professeur Mary Teuw Niane, ancien ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche
Le professeur Mary Teuw Niane, ancien ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche

C’est un des rares pays où il est possible du jour au lendemain de passer du statut de goorgorlou (NDLR: personne aux moyens limités ) désargenté prenant les cars rapides, arpentant à pieds les longues routes reliant la Banlieue au Plateau, quémandant la dépense quotidienne et subitement, sans transition, devenir milliardaire dispendieux, mécène, qui a la bénédiction des religieux, des médias, des organisateurs de spectacles, des membres de sa famille, des camarades de classe, de la société. 

 

Nous savons bien que notre Lonase crée des heureux millionnaires. Cependant devenir milliardaire, multimilliardaire spontanément, sans passer par une activité productive ou de service, sans recevoir le don de milliardaires étrangers, est impossible. 

 

Malgré tout nous sommes obligés de reconnaître qu’il y a bel et bien une magie noire, un parcours illicite et une alchimie satanique qui donnent naissance à ces nouveaux milliardaires que couve la République. 

 

Leur richesse monstrueuse sur laquelle les bien-pensants de la société mettent un pagne lourd, sër dënk, sur son origine, est bâtie dans le pêché, le vol, l’assassinat de jeunes vies innocentes et la fornication. 

 

Osons dire d’où viennent ces milliards ! 

 

Ils proviennent des vols de toute sorte des deniers publics baptisés pudiquement détournements des deniers publics, de l’accaparement et de la vente illicite de terrains appartenant à l’État, des rétro commissions sur les grands marchés d’infrastructures et d’équipements de l’État par des sociétés étrangères, d’octroi de licences de toute sorte, des ristournes sur les produits pétroliers importés, de profits d’entreprises qu’ils possèdent sous couvert de prête-nom, de la vente de la drogue dure, du trafic d’êtres humains notamment la prostitution de luxe, du concubinage homosexuel, etc. 

 

L’argent de ces milliardaires est sale. 

 

Il sent les effluves de la soif de l’orphelin, de la faim du pauvre, de la mort pour absence de soins adéquats du patient pauvre, de la sueur et du sang de tous ceux qui se lèvent tôt le matin pour gagner dignement, honnêtement leur vie.

 

Parmi les nouveaux milliardaires figurent des commis de l’État, ces personnes qui ont accompli toute leur carrière dans l’administration. Certains ont pu occupé les fonctions prestigieuses de directeur général, de ministre, de premier ministre, de président d’institutions, etc.

 

Supposons que leur salaire mensuel net soit, tout au long de leur carrière, en moyenne, de trois millions par mois, ces commis de l’État vont percevoir au bout de trente années de service la somme d’un milliard quatre-vingt millions (1 080 000 000). 

 

Évidemment lorsqu’on retire les différentes charges mensuelles liées à un salaire d’un Sénégalais, leurs économies ne peuvent pas atteindre en fin de carrière la somme d’un milliard de francs CFA. 

 

Que dire alors de ces fonctionnaires qui en une année, en quelques mois sont devenus des milliardaires. 

Ils sont tous des voleurs. Ils sont pires que les pickpockets, les voleurs de meubles, d’habits, de moutons, de chèvres, de poulets et d’œuf ! 

 

Car ils ne volent pas une personne ou quelques personnes, ils volent tout un peuple. 

Ils nous narguent avec leurs richesses mal acquises. Ils corrompent toute la société. Ce sont eux qui donnent les gros adiya aux marabouts, qui financent les femmes, qui payent le salaire de certains journalistes, qui construisent des mosquées, qui clôturent des cimetières, qui habillent certaines familles et qui en nourrissent d’autres, ce sont eux aussi qui ont une multitude de maisons, construisent de grands immeubles, etc.

 

Personne n’ose les pointer du doigt 

 

Gare à vous qui diriez que Mor NDiakhoum est un voleur ! Vous serez traité de méchant, de médisant et de calomniateur !

Nous proposons que les candidats à la Présidence de la République soient soumis à une déclaration préalable de patrimoine suivi d’un rapport de confirmation de l’OFNAC. 

 

La déclaration de candidature et le rapport de l’OFNAC doivent être publiés avant le démarrage de la campagne électorale. 

Les Sénégalaises et les Sénégalais, ainsi édifiés, pourront se prononcer en toute connaissance de cause pour les voleurs de la République ou bien pour des candidats honnêtes. 

 

Je sollicite le soutien à cette proposition de tous les citoyens, de la société civile et de tous les candidats pour l’élimination des voleurs de la République à la candidature à la Présidence de la République de 2024.

 

Je vous souhaite une excellente journée sous la protection divine. Juma Mubaarak. 

Dakar, vendredi 15 septembre 2023

Prof. Mary Teuw Niane

 
Nombre de lectures : 361 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 18/09/2023 09:46
La déclaration de patrimoine préalable, imposée à tous les candidats, serait une bonne chose, mais surveillée et contrôlée par l'OFNAC? Quand on connait la "personnalité" qui dirige l'ofnac, un procureur félon qui a renié son serment, et a délibérément tourné le dos à la population dont il a en charge la défense des intérêts, pour se mettre au service d'un homme et son clan, sa famille, pour faciliter les détournements en tous genres dont nous avons eu connaissance, au cours de ces longues douze dernières années, ou la corruption, le détournement, le vol de biens publics a prospérer dans des proportions invraisemblables, pulvérisant le record, pour tant bien établi, du prédécesseur et de son fils!

Moi, je préconiserais plutôt que sera soutenu le candidat qui mettra dans son programme, dans le cadre de la lutte contre la corruption, le vol et detournement en tous genres, le fait que, dès qu'il sera élu, il fera prendre une loi, punissant de dix ans incompressibles, toute personne détentrice de l'autorité public, qui se sera livrée à un détourement, quelle que soit son importance, peine étendue pour complicité à toutes les personnes qui auront profité de cet argent sale, avec bien évidemment obligation de rembourser lesdites sommes, plus une amende du triple de cette somme, et bien sûr, interdiction de se présenter à une élection, quelle qu'elle soit, fusse même pour la présidence du plus petit club de football du plus petit village du Sénégal, pendant trente ans, incompressible.
On pourrait même se payer le luxe de faire inscrire cette mesure dans la constitution.

Voila qui en ferait réfléchir plus d'un, et mettrait sinon fin, en tout cas limiterait grandement la corruption dans ce pays, voire ce continent.
Tant que la corruption régnera en Maître, le Sénégal, mais l'Afrique toute entière, ne sera jamais prise au sérieux sur l'échiquier politique mondial. Il faut des mesures fortes, et celle-ci en est une. Mais elle est indispensable ET SALVATRICE;
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter