Connectez-vous

La démocratie sénégalaise reste debout*

Lundi 28 Août 2023

Pr Ahmadou Aly Mbaye, recteur de l'UCAD et signataire de la Tribune
Pr Ahmadou Aly Mbaye, recteur de l'UCAD et signataire de la Tribune
 
Nous traversons une curieuse période. Vocable plébiscité, la démocratie est devenue un cri de ralliement d’une galaxie fort hétérogène. Des universitaires pétitionnaires aux militaires putschistes, des populistes impénitents aux ultralibéraux enragés, des activistes frénétiques aux influenceurs autoproclamés, de vieux jeunes en quête de popularité et de reconnaissance aux rangés des voitures désireux de sortir de l’oubli, la coalition des « démocrates » vitupère de déclaration en déclaration.
Confondant vérité et notoriété, nos doctes « démocrates » ignorent royalement les faits et versent dans une entreprise incroyable de justification de l’injustifiable. Pour d’éminents universitaires, il faut dire sans ambages que c’est le comble du manque de rigueur. Nous en jugeons par la dernière pétition en date de 142 personnalités du monde universitaire, des barreaux et de l'opposition sénégalaise.

Les faits sont sacrés. Il faut donc les respecter. Le monde entier a été témoin de l’irruption d’une nouvelle pratique qui gangrène l’espace politique sénégalais. Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, un chef de parti, objet de plaintes dans le cadre d’affaires strictement privées, refuse de répondre à la justice et appelle publiquement ses partisans à l’insurrection et à l’usage de tous les moyens pour renverser un Président démocratiquement élu.

Joignant l’acte à la parole, des groupes de personnes pillent des commerces, incendient des stations d’essence et des domiciles de citoyens, détruisent des biens publics, attaquent des commissariats de police et des brigades de gendarmerie. Même l’université, lieu de production du savoir et abri de la raison, n’a pas échappé à la furie de ces groupes. Où étaient les signataires de cette pétition?

La dernière actualité inattendue est l’attaque d’un véhicule de transport en commun avec des cocktails Molotov. Bilan macabre : deux filles calcinées et de nombreux blessés. Le Sénégal endure encore la mort de plusieurs jeunes à la fleur de l'âge dans des manifestations violentes provoquées par M. Ousmane Sonko et ses partisans. Mais l’indignation des pétitionnaires est si précieuse que ces pertes humaines ne les émeuvent.

Ils ne s’émeuvent pas, non plus, lorsque M. Ousmane Sonko et ses partisans défient systématiquement les institutions et les organes de l’Etat, jettent le discrédit sur la magistrature, la police et la gendarmerie, diffusent de fausses nouvelles pour inciter les populations à l’émeute et disséminent des discours de haine.

Nos pétitionnaires « oublient » tout cela. Aucune allusion à ces faits graves n’effleure de leurs déclarations respectives comme si la réalité était autrement moins importante que la déclaration de principe.

Pourtant, les actualités médiatiques ont rendu compte, de façon circonstanciée, de tous les faits cités ci-dessus. Mais, pour les pétitionnaires, la sécurité des personnes et des biens est autrement moins essentielle que la liberté de violer les règles démocratiques.
La sécurité nationale est autrement moins essentielle que la liberté de violer les règles démocratiques.

L’intégrité des institutions, garante des équilibres fondamentaux de la société, est autrement moins essentielle que la liberté de violer les règles démocratiques. 

La mise sous mandat de dépôt de Monsieur Ousmane Sonko est bien fondée, jusqu’à ce que le juge dise le contraire, sur des faits qui ne souffrent d’aucune contestation possible. C’est dans ce cadre que s’inscrit la dissolution de Pastef, organisation qui a donné les preuves tangibles, par les discours et les pratiques de ses responsables, de son caractère séditieux et violent.

Les pétitionnaires ne cautionnent pas seulement cette série de violations qui sapent les bases de notre démocratie, disqualifient nos traditions de saine confrontation des idées et le consensus autour de l'intégrité des institutions. Ils opèrent également dans une étonnante rupture d’égalité entre citoyens sénégalais. Autrement, comment peuvent-ils demander la « mise en liberté d’office d’Ousmane Sonko » (citoyen supérieur) et la « liberté provisoire pour les autres personnes détenues » (citoyens inférieurs)?
De plus, comment d'éminents juristes parmi les signataires peuvent-ils demander au Président de la République de faire libérer un détenu, "oubliant" le principe de la séparation des pouvoirs ?
Voilà où mène le parti pris aveugle aux dures réalités et à la vérité. Ils savent, pourtant, qu'au Sénégal, personne n’a jamais été inquiété pour ses opinions. La liberté d'expression est totale par tous les moyens de communication.

En vérité, toutes les personnes détenues l’ont été pour des propos qui contreviennent à la loi (appel à l’insurrection, discrédit sur les institutions, outrage à magistrat ou autre agent public dans ses fonctions), ou pour des actes portant atteinte à la sécurité publique et privée (fabrication, détention et usage de cocktails Molotov, destruction de biens publics et privés, conspiration, etc).

L’Etat du Sénégal est attaché sans réserve à la démocratie et aux respects des libertés publiques et individuelles, et aux droits en général. C’est au nom de la préservation de ce régime des libertés que l’Etat ne saurait faire preuve de faiblesse coupable face aux violations répétées de la loi et aux atteintes à la sécurité nationale. La démocratie sénégalaise reste debout parce qu'elle tire sa force du génie de notre peuple aux traditions séculaires de tempérance, de tolérance et de dialogue.          
       
Le chemin de la vérité est ardu. Mais c’est le seul chemin salutaire pour les femmes et les hommes conscients que l’enjeu national importe plus que les intérêts particuliers des individus et des partis.
C'est la raison pour laquelle il faut condamner fermement la démarche sélective et partisane des auteurs de cette pétition qui déroge aux règles élémentaires de l'honnêteté intellectuelle et de la probité morale, en somme à l'éthique du courage et de la vérité.

Nous, signataires de cette déclaration, faisons de la vérité l’unique torche qui nous guide sur le chemin de gloire de notre Nation.
 
**Une tribune co-signée par 1220 sénégalais parmi lesquels 80 universitaires dont 5 recteurs, 200 acteurs politiques, 167 exécutifs territoriaux, 292 parlementaires, des religieux, des agents de l’Etat, des acteurs économiques, des sportifs et des artistes entre autres
 
1- Monsieur Amadou aly Mbaye, Professeur titulaire d’économie, Recteur de l’UCAD
2- Mahy Diaw, Professeur Titulaire des Universités, Recteur de l’UADB
3- Coumba Touré Kane, Professeur titulaire, recteur de l’USSEIN
4- Codou Gueye Mar Diop, Professeur d’université et ancienne Recteure de l’UAM
5- Ousmane Thiaré, Professeur d’Université, Ancien recteur de l’UGB
6- Khalifa ​GAYE,​Professeur d'Universtié
7- Mouhamadou hady Dème, Enseignant/chercheur
8- Chérif Baldé, Professeur titulaire des Universités
9- Diatou Thiaw , Professeur des Universités
10- Monsieur Courfia Diawara, Professeur des universitaités
11- Professeur Kalidou Diallo, Professeur d’Université, Ancien Ministre de l’éducation nationale
12- Monsieur Saliou Ngom, Chercheur à l’ISRA
13- Madame Aminta collé Lo, Enseignant/chercheur
14- Monsieur Boucar Fall, Chef de département
15- Monsieur Kémo Bladé, Enseignant/chercheur
16- Moussa Baldé, Professeur d’Université
17- Boubacar Siguine Sy, Enseignant/chercheur
18- Alpha Bocar Baldé, chercheur
19- Amadou Oury Ba, Enseignant/chercheur
20- Ibrahima Seck, Enseignant/chercheur
21- Lansana Konaté, Enseignant/chercheur
22- Abdoulaye Baïla Ndiaye, Enseignant/chercheur
23- Mamadou Imrane Sow, Enseignant/chercheur
24- Amadou Oury Diallo, Chercheur
25- Pape Chérif Bassène, Enseignant/chercheur
26- Nissire Sarr, Enseignant/chercheur
27- Monsieur El Hadji Dème, Enseignant/chercheur
28- Monsieur Hamat Dia, Enseignant/chercheur
29- Monsieur Issa Diagne, Professeur des Universités
30- Monsieur Moustapha Lo Diatta, Enseignant-Chercheur
31- Monsieur Mamadou Abdoul Diop, Professeur des Universités
32- Monsieur Réné Ndimag Diouf, Maitre de conférences Titulaire
33- Monsieur Mathioro Fall, Enseignant/chercheur
34- Monsieur Ibrahima Mendy, Enseignant/chercheur
35- Monsieur Ousseynou Diop, Professeur des Universités
36- Papa ogo seck, Professeur d’Université
37- Monsieur Amadou Bamba Sow, professeur titulaire des universités
38- Madame Ndèye Ngom Pouye, Enseignant/chercheur
39- Monsieur Boubacar Ba, Enseignant/chercheur
40- Monsieur Serigne Amadou Ndiaye, Ancien doyen de la Faculté des Sciences et techniques
41- Monsieur Abdourahmane Sow, Enseignant/chercheur
42- Monsieur Mamadou amadou Seck, Enseignant/chercheur
43- Monsieur Boubacar Toumbou, Enseignant/chercheur
44- Monsieur Cheikh Sakho, Enseignant/chercheur
45- Monsieur Gorgui Ciss, Enseignant chercheur
46- Monsieur Ibrahima Cissé, Dr en chimie
47- Monsieur Kandoura Noba, Professeur titulaire
48- Monsieur Mamadou Abdoul Diop, Professeur titulaire, UGB
49- Monsieur Amadou abdoul Sow, Professeur à la retraite
50- Monsieur Mamadou Moustapha Dieng, Professeur titulaire à
51- El hadji Malick Dème, Enseignant/chercheur
52- Moustapha Guèye, Enseignant/chercheur
53- Mandiomé Thiam, Enseignant/chercheur
54- Alioune Dieng, Enseignant/chercheur
55- Khalifa Gaye, Enseignant-chercheur
56- Amadou Tidiane Diallo, Enseignant/chercheur
57- Mamadou Boacr Sall, Professeur des Universités
58- Pierre Sambou, Enseignant-chercheur
59- Abdou Karim Tandjigora, Enseignant/chercheur
60- Ousmane Baba Anne, Chirurgien-Dentiste
61- Monsieur Bouna Mouhamed Seck, Professeur d’Université
62- Abdoulaye Bibi Baldé, Enseignant-Chercheur, ancien ministre
63- Fatimata Kane Sow, Enseignant/chercheur
64- Monsieur Abdoulaye Sakomo, Enseignant/chercheur
65- Mamadou Lamine Diallo, Enseignant/chercheur
66- Monsieur Ousseynou Thiam, Enseignant/chercheur
67- Monsieur Souleymane Niang, Enseignant-chercheur
68- Monsieur Thierno Boubacar Barry, Docteur en lettres, écrivain
69- Monsieur Idrissa Baldé, Enseignant/…
..................................





 
Nombre de lectures : 392 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter