Connectez-vous

GAZ SENEGAL/MAURITANIE : BP entre dans Kosmos Energy avec 500 milliards CFA pour un partenariat verrouillé

Lundi 19 Décembre 2016

Un peu moins de 500 milliards de francs CFA. C’est la contrepartie fixe que la major anglo-néerlandaise British Petroleum (BP) a versée à Kosmos Energy dans le cadre d’un protocole d’accord concernant le gaz découvert au Sénégal et en Mauritanie. Selon un communiqué rendu public à cet effet, « cet accord réunit l’expertise d’exploration de Kosmos avec l’expérience de BP dans le développement en eaux profondes, ainsi que dans la production et la commercialisation du gaz naturel liquéfié. »
 
Sur le bassin sénégalais, Kosmos Energy détient les blocs de Saint-Louis Offshore profond et Cayar Offshore profond. L’accord paraphé entre les deux groupes concède « une participation effective de 32,49% » à British Petroleum alors que Kosmos gardera 32,51% des licences.

Du côté mauritanien, et « selon les modalités de l’accord, BP sera opérateur désigné et actionnaire à hauteur de 62% des contrats de Kosmos des blocs C6, C8, C12 et C13 » contre 28% des licences à son partenaire.
 
Les modalités de versement de la « contrepartie fixe » de 916 millions attribuée à Kosmos sont détaillées ainsi : un paiement initial en espèces de 162 millions de dollars (81 milliards de francs Cfa) ; des investissements pour la recherche et l’évaluation à hauteur de 221 millions de dollars (110,5 milliards de francs Cfa) ; des coûts de développement plafonnés à 533 millions de dollars (266,5 milliards de francs Cfa) « jusqu’à la première production de gaz dans le projet tortue… »
 
« Vision alignée avec les intérêts des deux pays »
Les deux nouveaux partenaires du gaz sénégalo-mauritanien se sont accordé sur deux clauses favorables à chacun d’eux. « Kosmos recevra un bonus potentiel maximal de 2 dollars par baril, jusqu’à 1 milliard de barils de liquide, ledit bonus étant structuré en tant que redevance sur la production, sous réserve d’une future découvertes de liquides et du prix du baril », indique le communiqué.

Pour sa part, British Petroleum a obtenu « un partenariat exclusif de recherche, couvrant de nouvelles occasions potentielles d’entreprises en Mauritanie, au Sénégal et en Gambie. »
Par ailleurs, « Kosmos demeurera l’opérateur pendant la phase de recherche pour toute nouvelle entreprises acquise dans les domaines d’intérêt, tandis que BP sera l’opérateur pendant la phase de développement. »
 
Pour Andrew Inglis, président-directeur général de Kosmos, cet accord avec BP « démontre la valeur de notre stratégie, ainsi que la qualité du bassin que nous avons découvert au large de la Mauritanie et du Sénégal. » Et si la compagnie anglo-néerlandaise a été choisie, c’est dû à deux raisons au moins. D’une part, c’est parce qu’elle « s’est montrée le meilleur partenaire pour nous aider à faire progresser le projet gazier de Tortue de façon rapide, et à faire avancer un programme de recherche prévoyant le forage de plusieurs puits, qui testera le potentiel des liquides du bassin, commençant en mi-2017

D’autre part, BP est « une super-major qui apporte une capacité financière, une expertise dans le développement en eaux profondes et en matière de GNL, ainsi qu’une vision qui est pleinement alignée avec les intérêts des deux pays », le Sénégal et la Mauritanie.
 
Selon Bernard Looney, directeur général des activités en amont de BP, « le bassin mauritano-sénégalais est un atout à l’échelle mondiale avec un potentiel de classe mondiale… Nous estimons qu’(il) deviendra un important centre de profit pour nos activités en amont. » (Impact.sn)
 
 
Nombre de lectures : 235 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter