Connectez-vous

Coronavirus: état d’alerte en Chine à la frontière russe

Jeudi 9 Avril 2020

Quartiers bouclés, hôpital improvisé, frontière fermée aux voyageurs: une petite ville chinoise limitrophe de la Russie est en alerte face à l’arrivée de voyageurs contaminés par le nouveau coronavirus.
 
Le bouclage de Wuhan (centre), berceau du Covid-19, a été levé mercredi. Mais le même jour, à 2.000 km de là, la commune de Suifenhe, dans la province du Heilongjiang (nord-est), a décidé de confiner ses 70.000 habitants.
 
La ville est devenue l’un des principaux postes-frontières routiers avec la Russie depuis la suspension fin mars par les autorités russes de toutes les liaisons aériennes internationales.
 
Car dans la foulée, beaucoup de voyageurs présents sur le sol russe ont pris des vols intérieurs vers Vladivostok (est), d’où ils ont ensuite rejoint Suifenhe par la route, à 200 km de là.
 
Mais la Commission de la santé du Heilongjiang a annoncé ces derniers jours une hausse inquiétante du nombre de personnes contaminées arrivées dans la province depuis l’étranger: 25 mercredi, puis 40 jeudi.
Tous sont des Chinois venant de Russie.
 
L’épidémie de Covid-19 est endiguée en Chine: le nombre officiel de nouveaux décès y est de moins de cinq par jour depuis une semaine. Mais les autorités restent sur le qui-vive face aux cas importés, qui pourraient déclencher une deuxième vague épidémique.
 
Or, le nouveau coronavirus progresse en Russie, avec désormais près de 9.000 cas recensés et 63 morts. La tendance s’est accélérée ces derniers jours, avec quelque 1.000 cas supplémentaires mercredi.
 
En réaction, Suifenhe a fermé sa frontière aux voyageurs, la maintenant toutefois ouverte aux marchandises, a indiqué jeudi l’agence de presse officielle Chine nouvelle, citant le maire de la commune.
 
Suifenhe a également décidé depuis mercredi de confiner l’ensemble de ses quartiers d’habitation. Une mesure draconienne rappelant celle appliquée à Wuhan entre fin janvier et début avril.
 
Enfin, la commune est en train de construire un hôpital temporaire de 600 lits dans un bâtiment déjà existant, a indiqué Chine nouvelle.
 
Selon Oleg Kojemiako, le gouverneur de la région russe du Primorié, frontalière de Suifenhe, 1.947 ressortissants chinois sont passés sur le territoire régional du 29 mars au 6 avril pour rentrer en Chine.
 
Il s’est alarmé de cette situation et a demandé mercredi au président russe Vladimir Poutine d’interdire aux citoyens étrangers de prendre des vols intérieurs.
 
« Sinon, nous ne pourrons pas faire face à l’afflux de Chinois », a-t-il déclaré selon les agences de presse russes, lors d’une rencontre entre le chef d’Etat et des dirigeants régionaux.
 
Tous les citoyens chinois arrivant dans le Primorié doivent désormais se placer 14 jours en quarantaine, selon un communiqué publié lundi par la région. (AFP)
 
Nombre de lectures : 49 fois












Inscription à la newsletter