Connectez-vous

BATACLAN : Des militaires en faction devant la salle ne sont pas intervenus

Lundi 14 Novembre 2016

Il y a un an, le 13 novembre 2015, survenait l’attentat meurtrier contre la célèbre salle  de spectacle appelée Bataclan, située sur le boulevard Voltaire dans le 11e arrondissement de Paris. Le bilan a été terrible : 130 morts et plus de 410 blessés.

Mais selon le député belge social-chrétien Georges Dallemagne (ancien médecin proche du ministère français de la Défense), des militaires en faction devant Le Bataclan à Paris, lors de ces événements ne sont pas intervenus.
 
Interrogé par RTL Belgique au mois de juillet dernier (il y a donc 4 mois), l’homme politique a déclaré : « On sait que la gendarmerie n’est pas intervenue alors qu’elle était présente sur place. On sait que la force Sentinelle, qui avait six militaires en armes devant le Bataclan n’est pas intervenue au moment où le carnage se produisait au Bataclan » (…) « Ils ont estimé qu’ils ne devaient pas intervenir car leurs règles d’engagement ne prévoyaient pas qu’ils devaient intervenir. Leurs règles prévoyaient qu’ils ne pouvaient que se protéger eux-mêmes. C’est tout-à-fait incroyable, hallucinant ».

Le député a regretté un manque de bon sens, tandis que le ministère belge de la Défense a confirmé que ses hommes avaient instruction d’intervenir dans pareil cas. (Voltaire)
 
Ces informations viennent d’être confirmées par le très sérieux hebdomadaire « Canard Enchaîné ». (Avec voltairenet.org)
 
 
Nombre de lectures : 60 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter