Connectez-vous

20 candidats choisis par le Conseil constitutionnel : Forgeons la victoire du camp patriotique dans les urnes le 25 février 24 (Diagne Fodé Roland)

Dimanche 21 Janvier 2024

Diagne Fodé Roland
Diagne Fodé Roland

Malgré deux décisions de justice, les injonctions de la CENA, le grave refus du Ministère de l’Intérieur de les exécuter, le refus de la Caisse de Dépôt et Consignation de remettre l’attestation confirmant la caution obtenue et la recevabilité de sa candidature que les « considérants 15 et 16 » de sa séance du 20 janvier 24 relèvent en reconnaissant qu’ « il est tout aussi vrai que ce fait ne saurait lui être reproché puisqu’il est indépendant de sa volonté », notre candidat O. Sonko, chef indéniable de l’opposition et du camp patriotique, ne figure pas sur la liste des 20 candidats retenus pour la compétition électorale du 25 février 24.

 

Dommage que le Conseil Constitutionnel ait en plus ignoré l’enjeu de l’unité nationale posée par 40 ans de « rébellion en Casamance » et les discriminations de nos jours plus que jamais visibles visant le territoire et les ressortissants du sud.

 

Manifestement la tactique de « la candidature pour la candidature de Sonko » et du focus sur « Sonko 5ème président » a permis que trois candidats (Diomaye, Cheikh Tidiane, Habib) du camp patriotique soient retenus parmi les 20 définitivement appelés à concourir dont UN seul devrait le faire pour assurer LA VICTOIRE. La parole de Sonko indiquant ce choix démocratique est donc attendue par le peuple.

 

Que reste-t-il à Macky/APR/BBY ? Persister dans la recherche du « chaos » que l’actuel président mettait comme condition pour sa troisième candidature anticonstitutionnelle ou pour « reporter l’élection présidentielle » comme ne cessent de l’asséner les thuriféraires fascisants du pouvoir libéral néocolonial.

 

Ou encore profiter de la confusion de la multiplicité des candidats du camp patriotique pour accomplir un vol électoral putschiste.
 

Le peuple et les patriotes ont su jusqu’ici éviter ces pièges attrape-nigaud, il faut donc poursuivre la mobilisation populaire par la sonkorisation - sécurisation de l’espace public, de la campagne électorale et du vote lui-même par :

 

- l’indispensable choix d’un candidat UNIQUE du camp patriotique ;

- la mise en place d’un staff électoral associant tous les candidats et toutes les coalitions initialement pour la candidature de Sonko ;

- la proposition d’un pacte de non agression entre tous les candidats retenus et non retenus d’accords que la tâche principale aujourd’hui est de débarrasser le Sénégal de l’autocratie Macky/APR/BBY pour, ensemble, sécuriser le vote du peuple le 25 février 24, libérer tous les prisonniers politiques, abolir la dissolution arbitraire de Pastef Les Patriotes, réparer les injustices, rétablir les conquêtes démocratiques piétinées de nos jours, sortir le pays de l’actuel État hors la loi et instituer l’État de droit;

- l’invite à l’implication des forces vives citoyennes, démocratiques comme vigie pour l’obtention du vrai fichier électoral et une élection présidentielle transparente et démocratique.

 

Le crépuscule de l’autocratie libérale néocoloniale qui s’annonce peut et doit devenir l’aube d’une ère des réparations des dévastations infligées par l’État autocratique hors la loi étape vers un « contrat national consensuel » que préfigurent les Assises Nationales à réactualiser trahies par certains de ses initiateurs et acteurs.

 

Soyons donc à la hauteur du vent de l’histoire souverainiste qui souffle au Sénégal et en Afrique pour que vive l’union libre des peuples libres d’Afrique selon la juste formule panafricaniste de nos prédécesseurs communistes Tiémoko Garang Kouyaté et de lamine Arfan Senghor.

20/01/24

Diagne Roland Fodé

 
Nombre de lectures : 202 fois

Nouveau commentaire :












Inscription à la newsletter