Connectez-vous

Violences au Nigeria : Buhari sort du silence pour attaquer ses voisins et les réseaux sociaux

Jeudi 22 Octobre 2020

Attendu sur le déferlement de violences qui s’est abattu sur Lagos avec plusieurs morts signalés par les médias, le Président Muhammadu Buhari est intervenu ce soir autant pour apporter des clarifications rappeler son engagement pour la bonne gouvernance et la sécurité de ses compatriotes. Il s’en est pris également aux fake news émanant des médias sociaux pour décrire une situation qui n’existe pas.
 
« À nos voisins en particulier, et aux membres de la communauté internationale, dont beaucoup ont exprimé leur inquiétude quant à l'évolution actuelle du Nigeria, nous vous remercions et vous invitons tous à chercher à connaître tous les faits disponibles avant de prendre position... »
 
Sur son compte Twitter, le Président Buhari a jugé « nécessaire pour (lui) de (s’) adresser à vous après avoir entendu de nombreux Nigérians inquiets et après avoir tenu une réunion avec tous les chefs de la sécurité. »
 
Extraits
 
« Nous continuerons à améliorer la bonne gouvernance et notre processus démocratique, notamment par un engagement soutenu. »
 
« Nous continuerons à veiller à ce que la liberté et la sûreté, ainsi que les droits fondamentaux de tous les citoyens, soient protégés. »
 
« J'appelle tous les Nigérians à vaquer à leurs occupations habituelles et j'enjoins les agences de sécurité à protéger les vies et les biens de tous les citoyens respectueux de la loi sans porter préjudice à ceux qu'ils sont censés protéger. »
 
« Je remercie également les responsables de la jeunesse qui ont empêché leurs adeptes de prendre la loi en main. »
 
« La diffusion délibérée de mensonges et d'informations erronées par le biais des médias sociaux en particulier, selon lesquels ce gouvernement est inconscient des souffrances et de la détresse de ses citoyens, est un stratagème visant à tromper les personnes non averties à l'intérieur et à l'extérieur du Nigéria en les amenant à porter des jugements injustes et à adopter des comportements perturbateurs. »
 
 
 
 
 
 
Nombre de lectures : 124 fois












Inscription à la newsletter