Connectez-vous

Une mission prospective du Conservatoire national des arts et métiers au Sénégal du 21 au 23 février

Mardi 21 Février 2017

Une mission prospective du Conservatoire national des arts et métiers au Sénégal du 21 au 23 février
(Dakar) Le Cnam effectue une mission à Dakar du 21 au 23 février 2017 afin d’identifier les besoins de formation exprimés dans le cadre du Plan Sénégal Emergent, en concertation avec les pouvoirs publics, les acteurs économiques et les établissements d’enseignement supérieur.
 
Lors de la visite d’Etat du son Excellence M. Macky Sall à Paris en décembre dernier, M. Olivier Faron, Administrateur général du Cnam, a remis au Président de la République le titre et les insignes de Docteur Honoris Causa du Conservatoire national des arts et métiers, en présence de M. Thierry Mandon, secrétaire d’Etat chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le mercredi 21 décembre 2016 au siège du Cnam.
 
Au cours de cette cérémonie, une convention cadre de coopération bilatérale a été signée entre l’administrateur général du Cnam et le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du Sénégal, M. Mary Teuw Niane, ainsi que par le Secrétaire d’Etat M. Thierry Mandon.
 
Cette convention cadre définit les domaines de coopération ainsi que les modalités de mise en œuvre en matière de formation professionnelle supérieure de ce partenariat.
 
Le Cnam effectue une mission à Dakar du 21 au 23 février 2017 afin d’identifier les besoins de formation exprimés dans le cadre du Plan Sénégal Emergent, en concertation avec les pouvoirs publics, les acteurs économiques et les établissements d’enseignement supérieur.
 
Une forte délégation du Cnam, couvrant de nombreux champs de compétence, accompagnera Didier Bouquet, Directeur général des services.
 
Secteurs de partenariat
Les domaines de partenariat envisagés concernent principalement : la conception, l’élaboration et la diffusion de programmes de formations professionnelles supérieures et continues certifiant et diplômant du Cnam au Sénégal, notamment dans le cadre de programmes de formation de formateurs, et de transfert de compétences, d’ingénierie et de savoir-faire relatif à la Formation tout au long de la vie ; la professionnalisation des formations en particulier les Licences professionnelles (diplômes nationaux et européens LMD) et les Bachelors (diplômes d’établissement) ; l’accompagnement dans la mise en place de dispositifs de reconnaissance par la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) ainsi que la Valorisation des Acquis Professionnels (VAP) : l’accompagnement dans la mise en œuvre de formations professionnelles en alternance (contrats d’apprentissage et de professionnalisation) entre les établissements de formation et les entreprises ; l’appui au dispositif de l’enseignement virtuel à distance (FOAD) et des usages pédagogiques du Numérique notamment dans le cadre de déploiement de MOOCs certifiants du Cnam.
 
Une première mission de prospection :
L’un des objectifs stratégiques de cette mission est de rencontrer des entreprises et leurs représentants. Le Cnam entend en effet partir de l’analyse du besoin pour pouvoir apporter des réponses contextualisées, selon une logique de référentiel qui lie étroitement métiers, compétences et formations.
 
Le projet de l’ouverture d’une représentation permanente du Cnam au Sénégal sera examiné. Cette représentation favorisera un rapide développement des actions envisagées et la pérennisation du partenariat.
 
Une nouvelle mission sera réalisée par  l’administrateur général du Cnam, M. Olivier Faron, en mai 2017. Celle-ci permettra de fixer le cadre institutionnel, de mettre en place un conseil d’orientation stratégique (pouvoirs publics, groupements d’entreprises, établissements de formation supérieure) et éventuellement d’organiser la représentation du Cnam au Sénégal.
 
L’ambassade de France est mobilisée afin d’accompagner les pouvoirs publics et les entreprises au regard des enjeux de professionnalisation des compétences, en particulier dans des secteurs porteurs d’avenir pour le Sénégal, et contribuer ainsi à faire de ce pays un hub francophone de la formation professionnelle supérieure en Afrique de l’Ouest. (APO)
 
Nombre de lectures : 89 fois












Inscription à la newsletter