Connectez-vous

Un robot dopé à l'intelligence artificielle, nouvel eldorado des entreprises françaises

Jeudi 29 Février 2024

Des robots capables de répondre à des questions complexes et des assistants virtuels pointus: les entreprises françaises, alléchées par les promesses de l'intelligence artificielle (IA) générative, sont sur la ligne de départ, y compris dans des secteurs peu technologiques.

 

De l'IA dans les coups de fil ou pour assister les auxiliaires de vie, l'éventail est vaste.

 

Sur son ordinateur, Matthieu Brun-Bellut, le directeur informatique de Vitalliance, fait la démonstration du nouveau robot de cette entreprise d'aide à domicile. Grâce au "bot" maison dopé à l'IA, sur le point d'entrer en service et qui sera à terme accessible via une application sur leur téléphone, les employés pourront obtenir des réponses rapides sans avoir à s'abîmer la vue dans les 400 pages du manuel de l'entreprise.

 

"Ce manuel est un gros document, avec des changements apportés régulièrement. C'est fastidieux pour un salarié d'aller chercher constamment ce qui a été modifié", fait-il valoir. Pour quelques milliers d'euros, l'entreprise a donc mis au point ce nouvel outil.

 

Cela donne un robot conversationnel "capable de répondre comme s'il connaissait toutes les consignes de tous nos métiers, une sorte de +super monsieur Vitalliance+ qui sache tout de notre boîte", explique le spécialiste. Un outil qui sera même capable de répondre de façon juste - en termes de droit du travail - à une question du type: "Un patient a uriné sur moi, que faire?".

 

L'entreprise devra ensuite payer son fournisseur de service, dans ce cas Amazon Web Services (AWS), en fonction du nombre de questions posées au "chatbot".

 

Les secteurs technologiques ne sont plus les seuls concernés par l'IA dite générative, qui a émergé à la faveur du lancement fin 2022 du robot conversationnel ChatGPT par l'américaine OpenAI.

 

"J'ai été étonné, toutes sortes d'entreprises nous ont contactés depuis un an et demi", raconte Xavier Perret, directeur France d'Azure, la plateforme de cloud du géant américain Microsoft, qui propose à ses clients de développer leur propre "bot".

 

"Je pense que nous sommes au début d'une nouvelle vague technologique", ajoute-t-il. "Chacun va être amené à intégrer des outils d'IA générative, en particulier dans les secteurs qui ont beaucoup de relations clients".

 

Selon une étude menée par Strand Partners pour AWS, un tiers des entreprises essaient déjà des solutions d'IA en Europe. 
 

En France, le nombre d'entreprises ayant adopté l'IA est passé à 27% en 2023. "Un cas d'usage courant avec lequel de nombreuses entreprises démarrent l'IA générative, consiste à indexer les quantités gigantesques de documents non structurés qu'elles possèdent", explique Stephan Hadinger, directeur technique d'AWS France.

 

- Emploi -

 

Les agences immobilières, pas forcément associées à la "tech" de haute volée, en font potentiellement partie. C'est d'ailleurs l'un des projets développés par Damien Schmitt, cofondateur d'Atyos, un cabinet de conseil qui met en place divers outils d'IA. [AA]

 
Nombre de lectures : 227 fois











Inscription à la newsletter