Connectez-vous

USA: Le Congrès va enquêter tous azimuts sur Trump

Lundi 4 Mars 2019

WASHINGTON (Reuters) - Une commission du Congrès des Etats-Unis a lancé lundi une offensive tous azimuts contre Donald Trump, demandant à pas moins de 81 personnes et institutions de lui fournir des documents dans le cadre d'une enquête sur de possibles obstructions à la justice et abus de pouvoir.
 
Des membres de la famille du président américain, dont son fils, Eric Trump, et son gendre, Jared Kushner, font partie des personnes sollicitées par la puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates.
 
Les élus ont aussi réclamé des documents à des membres actuels ou passés de l'administration Trump, comme l'ancien ministre de la Justice Jeff Sessions, ainsi qu'à des responsables de la Maison blanche, du FBI, de la Trump Organization et même de WikiLeaks.
 
"Nous avons constaté les dégâts causés à nos institutions démocratiques pendant les deux années où le Congrès a refusé d'exercer son autorité de contrôle", a déclaré le président de la commission, Jerrold Nadler.
 
"Le Congrès doit contrôler les abus de pouvoir."
 
Aux correspondants à la Maison blanche qui lui demandaient s'il entendait coopérer avec la commission, Donald Trump: "Je coopère tout le temps avec tout le monde."
 
La Maison blanche répondra "au moment opportun" à la demande de la commission, a ajouté sa porte-parole, Sarah Sanders.
 
Trump est la cible d'enquête de plusieurs commissions du Congrès, en plus de celle du procureur spécial Robert Mueller sur les ingérences de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016 et l'éventuelle collusion entre Moscou et son équipe de campagne.
 
Un avocat de la commission judiciaire a déclaré à la presse que dans l'immédiat, l'objectif de l'enquête était d'amasser des éléments de preuve pour permettre d'orienter les investigations et de déterminer quels témoins seraient cités à comparaître ultérieurement.
 
Les élus vont notamment chercher à déterminer si Trump s'est rendu coupable d'obstruction à la justice en écartant de leurs fonctions des responsables du département de la Justice, comme l'ancien chef du FBI James Comey, ou d'abus de pouvoir en promettant la grâce présidentielle à d'anciens proches poursuivis en justice ou en se livrant à une subornation de témoins.
Nombre de lectures : 38 fois










Inscription à la newsletter