Connectez-vous

USA 2020: Biden sous le feu des critiques après des propos polémiques

Jeudi 20 Juin 2019

WASHINGTON (Reuters) - L'ancien vice-président Joe Biden a essuyé les critiques de certains de ses rivaux pour la primaire démocrate de 2020 après les propos qu'il a tenus la veille sur l'époque où il siégeait au Sénat avec des ségrégationnistes.
 
S'exprimant lors d'une collecte de fonds mardi soir à New York, Biden a déclaré que les dirigeants américains avaient perdu leur capacité à travailler ensemble. Il a notamment cité deux ségrégationnistes du Sud qui siégeaient au Sénat lors de sa première élection - les sénateurs démocrates James Eastland (Mississippi) et Herman Talmadge (Géorgie).
 
Eastland considérait les Afro-Américains comme un peuple inférieur. Lorsque Biden est entré au Sénat en 1973, les deux hommes ont siégé au sein de la même commission.
 
"Au moins, il y avait une certaine courtoisie. Nous avons fait avancer les choses. Nous n'étions pas d'accord sur quoi que ce soit", a déclaré Biden, selon des images diffusées par son équipe de campagne.
 
"Mais aujourd'hui, vous regardez de l'autre côté de l'échiquier et vous êtes l'ennemi. Pas l'opposition, l'ennemi. Nous ne nous parlons plus.", a-t-il ajouté.
 
Le sénateur américain Cory Booker, qui est candidat à l'investiture démocrate, a réclamé des excuses de la part de Biden.
 
"Honnêtement, je suis déçu qu'il n'ait pas présenté d'excuses immédiatement pour la souffrance que ses propos ont engendrée pour de nombreux Américains. Il devrait (le faire)", a-t-il commenté.
 
Le maire de New York, Bill de Blasio, lui aussi en course pour l'investiture démocrate, a également demandé à Biden de présenter des excuses.
 
"Il est grand temps de présenter des excuses ou d'évoluer @JoeBiden", écrit-il sur Twitter. "Il a démontré à plusieurs reprises qu'il n'était pas en phase avec les valeurs du Parti démocrate moderne".
 
BIDEN EN TÊTE DES SONDAGES
 
S'exprimant mercredi soir devant des journalistes, Joe Biden a été interrogé sur les excuses réclamées par Booker.
 
"Des excuses pour quoi ? C'est Cory qui devrait s'excuser. Il sait très bien. Il n'y a pas une once de racisme en moi. J'ai été impliqué dans les droits civiques toute ma carrière", s'est-il défendu.
 
Lors d'une collecte de fonds à Potomac, dans le Maryland, dans la banlieue de Washington, Biden a cité la figure des droits civiques, le révérend Martin Luther King Jr., comme un "héros" personnel et une source d'inspiration pour sa carrière politique.
 
L'équipe de campagne de Biden a précisé que l'ancien vice-président n'adhérait pas aux idées de ces ségrégationnistes, mais qu'il les avait plutôt cités en exemple des personnes avec qui il n'était pas d'accord.
 
"Et je pense que tous ceux qui ont travaillé avec Joe Biden, que ce soit au Sénat ou au cours de ses huit années en tant que vice-président de Barack Obama, savent que c'est un homme attaché à l'égalité et aux droits civiques dans ce pays ", a dit à la chaîne MSNBC Anita Dunn, une collaboratrice de Biden.
 
Biden, âgé de 76 ans, est en tête des premières enquêtes d'opinion pour désigner le candidat démocrate qui affrontera le président républicain Donald Trump aux élections de novembre 2020.
Nombre de lectures : 52 fois












Inscription à la newsletter