Connectez-vous

UA - Bathily quitte l’ONU pour une difficile campagne africaine

Mardi 11 Octobre 2016

Les choses sérieuses commencent pour Abdoulaye Bathily, actuel Représentant spécial des Nations-Unies pour l’Afrique centrale. Plus pour longtemps, cependant. Selon Jeune Afrique, l’ancien ministre sénégalais de l’Energie a présenté sa démission au secrétaire général de l’Onu et sera remplacé au poste par le Guinéen François Louncény Fall à partir du 1er novembre prochain pour un intérim qui durera jusqu’au 31 décembre 2016.
 
Pour Abdoulaye Bathily, candidat à la présidence de la Commission de l’Union africaine, c’est le début d’une difficile « campagne électorale » pour un scrutin prévu en janvier 2017 lors du sommet des chefs d’Etat de l’organisation continentale qui aura lieu à Addis-Abeba. Il s’agira alors de trouver un successeur à la Sud-africaine Nkosazana Dlamini-Zuma dont le mandat avait été prorogé pour une durée de six mois en juillet à Kigali faute de consensus entre les Etats.
 
Adoubé par le Sénégal, le Pr Bathily a été désigné en août dernier comme le candidat de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao), ce qui lui assure d’ores et déjà, en principe, quinze voix dont celle du puissant Nigeria, à condition que l’unité politique de la communauté soit préservée a moment crucial du vote.
 
A Kigali, trois candidats étaient en lice: la Botswanaise Pelonomi Venson-Moitoi, Agapito Mba Mokuy de la Guinée-équatoriale et l’ancienne vice-présidente de l’Ouganda, Speciosa Wandira-Kazibwe. Après deux tours de scrutin à huis clos, aucun d’eux n’avait pu obtenir les 2/3 des voix nécessaires pour être élu. Non convaincus par les compétences des postulants, une trentaine de pays avait choisi alors de ne pas prendre part au dernier tour. Une situation qui avait poussé la Cedeao à demander le report de l’élection au prochain sommet des chefs d’Etat.
 
Si l’Ouganda a fini par retirer sa candidate il y a quelques jours, ce serait pour donner plus de chance à la ministre des Affaires étrangères du Kenya, Amina Mohamed Jibril, et favoriser ainsi le contrôle de la commission de l’Ua par l’Afrique de l’Est. On signale également l’intention de certains gros calibres de briguer le poste : Le Bissau- guinéen Carlos Lopez , secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (Cea) des Nations-Unies, et l’ancien président tanzanien, Jakaya Kikwete.
 
Dans tous les cas, Bathily devra compter avec la très forte influence sud-africaine qui pourrait balancer en faveur d’un candidat de la Sadc, la Communauté de développement de l’Afrique australe, ou même être marchandée avec d’autres blocs du continent autour d’autres enjeux en perspective. (Par Momar Dieng)
 

 
Nombre de lectures : 599 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter