Connectez-vous

Tunisie: le mouvement d'opposition du Front du salut national annonce boycotter la présidentielle

Mercredi 1 Mai 2024

Le mouvement du Front du salut national - qui agrège à la fois des figures politiques de gauche comme d’anciens du parti islamiste Ennahdha - a annoncé mardi qu’il ne présenterait pas de candidat à la prochaine présidentielle qui doit se tenir cet automne en Tunisie.

 

Faut-il participer à la présidentielle au risque de donner du crédit à ce qu’il appelle une « comédie électorale » ou boycotter le scrutin au risque de disparaître encore plus du spectre politique tunisien ? Pour le Front du salut national, la question est désormais tranchée. 

 

« À ce jour, nous avons décidé de ne pas présenter de candidats car les conditions d’une concurrence ne sont pas assurées », a déclaré Ahmed Nejib Chebbi, président du Front de salut national et figure emblématique de gauche qui fut par le passé un opposant à Habib Bourguiba et Zine el-Abidine Ben Ali. Il s’oppose aujourd’hui à Kaïs Saïed. 

 

La position du mouvement est une position de principe mais aussi de réalité car deux figures majeures du mouvement sont toujours en prison. Arrêtées il y a plus d’un an dans le cadre d’une affaire supposée de complot contre la sûreté de l’État, ces personnalités ont été appréhendées pour leur opposition à Kaïs Saïed, selon Amnesty International, qui évoque des « détentions arbitraires ». [RFI]

 
Nombre de lectures : 162 fois











Inscription à la newsletter