Connectez-vous

Tentative d’assassinat à Bagdad : l’attaque contre le Premier ministre a été menée avec trois drones

Dimanche 7 Novembre 2021

Le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, sorti indemne d'une attaque de drones
Le Premier ministre irakien Moustafa al-Kazimi, sorti indemne d'une attaque de drones
La garde rapprochée de Moustafa al-Kazimi a abattu deux des trois appareils qui ont visé sa résidence ce dimanche. Le troisième a pu faire exploser sa charge contre la maison, blessant deux agents de sécurité.
 
La tentative d’assassinat contre le Premier ministre irakien dimanche à Bagdad a été menée par «trois drones, dont deux ont été abattus» par la garde rapprochée de Moustafa al-Kazimi, a-t-on appris auprès de deux sources de sécurité.
 
Les trois appareils «ont été lancés depuis un site proche du pont de la République», sur la rive orientale du fleuve Tigre. Ils se sont ensuite dirigés vers la Zone verte, sur la rive occidentale, où se trouve la résidence du Premier ministre, a indiqué l’une de ces sources.
 
«Deux drones ont été abattus» en vol, a précisé ce responsable qui a requis l’anonymat. Le troisième a pu faire exploser sa charge contre la maison, blessant deux gardes du corps de Moustafa al-Kazimi qui s’en est, lui, sorti indemne.
 
La source sécuritaire a affirmé que les batteries de défense C-RAM de l’ambassade américaine, également située dans la Zone verte, n’étaient «pas entrées en action», sans pouvoir expliquer pourquoi. L’opération n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.
 
Les attaques au drone piégé se sont multipliées ces derniers mois en Irak, notamment contre des sites abritant des intérêts américains. Ces opérations sont rarement revendiquées mais très souvent saluées par les pro-Iran en Irak.
 
Un manifestant tué
 
L’attaque contre Moustafa al-Kazimi, condamnée par les États-Unis et plusieurs pays voisins de l’Irak, est la première à viser la résidence du Premier ministre. Elle survient au moment où les partis mènent des tractations en vue de former des coalitions parlementaires sur la base des résultats préliminaires des législatives du 10 octobre.
 
L’Alliance de la conquête, vitrine politique du Hachd al-Chaabi, une influente coalition d’anciens paramilitaires pro-Iran, a vu son nombre de sièges fondre à l’issue du vote et dénonce une «fraude» électorale. Certains partisans du Hachd accusent Moustafa al-Kazimi d’être «complice» de cette «escroquerie».
 
Plusieurs d’entre eux ont entamé des sit-in à proximité de deux entrées de la Zone verte pour protester contre les résultats des élections.
 
Des heurts ont eu lieu vendredi avec les forces de sécurité près de l’une des entrées de la Zone verte. Selon une source sécuritaire, un manifestant a été tué, tandis qu’une source au sein du Hachd al-Chaabi a évoqué «deux morts». (ATS)
 
 
 
Nombre de lectures : 77 fois












Inscription à la newsletter