Connectez-vous

Séisme politique aux Législatives : la liste de la coalition BENNO est doublement irrecevable !

Samedi 21 Mai 2022

Thiendella Fall, directeur général des élections
Thiendella Fall, directeur général des élections
« Thiendella FALL et les membres de la commission de réception des candidatures doivent être poursuivis et emprisonnés pour fraude électorale »
 
C’est un fait politique inédit dans l’histoire du Sénégal : après l’irrecevabilité absolue de la liste de la coalition BENNO BOK YAKAAR, pour dépassement du seuil maximum de parrains autorisé par le Code Electoral (55 328 parrains au lieu de 55 327), la majorité présidentielle vient littéralement de s’effondrer avec la preuve apportée du non-respect de la parité de sa liste nationale (au niveau des suppléants, 2 femmes se succèdent : Rokhaya N’DAO (43ème  place) et Maïmouna N’DIAYE (44ème place).
 
L’article L.149 de la Loi n°2021‐35 du 23 juillet 2021, portant code électoral dispose :
 
« Pour pouvoir valablement présenter une liste de candidats, les partis politiques légalement constitués, les coalitions de partis politiques légalement constitués et les entités regroupant des personnes indépendantes doivent recueillir la signature de 0,5 % au minimum et 0,8 % au maximum des électeurs inscrits du fichier général…. En tout état de cause, la parité homme-femme s’applique à toutes les listes. Les listes de candidatures, titulaires, comme suppléants, doivent être alternativement composées de personnes des deux sexes ».
 
Toute liste de candidatures, titulaires comme suppléants, doit être alternativement composée de personnes des deux sexes, sous peine d’irrecevabilité. Il n’existe pas 1 liste composée de titulaires et 1 autre liste composée de suppléants ; mais une seule liste composée de titulaires et de suppléants. Si la parité n’est pas respectée, que ce soit au niveau des titulaires ou de celle des suppléants, de facto, la liste est irrecevable.
 
La question que se posent tous les Sénégalais est la suivante : comment se fait-il que la liste de la coalition Benno Bok Yakaar qui ne respecte ni la règle du seuil maximum fixé par le parrainage (55 327 parrains), ni celle de la parité a pu être déclarée recevable par la commission de réception des candidatures ?
 
La réponse est simple : Thiendella FALL et certains membres de la commission de réception des candidatures, de connivence avec le ministre de l’Intérieur Antoine DIOM, n’ont procédé à aucune vérification de forme ou de fond de la liste de BENNO. Ils se sont contentés de déclarer ladite liste recevable, sans appliquer une seule fois, les dispositions prévues par le code électoral en matière de contrôle des parrainages et d’étude de la recevabilité juridique du dossier de BENNO.
 
Ce qui s’est passé à la DGE avec la liste de la coalition BENNO BOK YAKAAT est une fraude d’une extrême gravité qui porte les germes d’un coup d’état électoral, une infraction pénale et un manquement grave aux principes de transparence et de sincérité qui fondent l’essence d’une élection démocratique.
 
C’est pourquoi, dans cette affaire qui porte atteinte à l’image et à la crédibilité du Sénégal, la responsabilité du Directeur Général des Elections (DGE), Thiendella Fall, est engagée : il doit être poursuivi, arrêté et emprisonné. Tous les membres de la commission de réception des candidatures qui ont participé à la validation de la liste de BENNO BOK YAKAAR (recevabilité) doivent être identifiés et poursuivis.
Une enquête approfondie doit être menée pour situer le degré de responsabilité du ministre de l’Intérieur Antoine DIOM et son niveau d’implication dans cette fraude électorale réalisée en amont, qui a conduit à la recevabilité d’une liste irrecevable.
 
La liste de la coalition BENNO est frappée d’une double irrecevabilité (dépassement de parrains et non-respect du de la parité) qui ne peut faire l’objet d’aucune régularisation. Cette irrecevabilité est absolue et définitive.
 
Macky SALL a créé un Monstre (le parrainage) qui lui échappe et dont il ne maitrise ni les tenants, ni les aboutissants. Depuis 2012, à chaque scrutin, Macky SALL a toujours voulu terrasser l’opposition par KO, de manière totalement déloyale (élimination de candidats ou de listes).
 
Cette fois, la manœuvre s’est retournée contre son auteur : la majorité présidentielle est sonnée, totalement KO : Il n’existe aucune possibilité juridique pour que BENNO puisse participer aux élections législatives du 31 juillet 2022.
 
C’est un énorme séisme politique sur l’échelle de RICHTER dont Macky SALL ne sortira pas indemne (adieu le rêve d’une 3éme candidature !).
 
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr
 
Nota bene :
 
Attention, la situation de la liste de YEWWI est totalement différente de celle de BENNO
Lorsque le mandataire de la coalition YEWWI accompagné d’un huissier s’est présenté dans les locaux de la Direction générale des élections, le 11 mai 2022, pour notifier à la commission de réception des candidatures, le retrait de candidature de 2 membres figurant dans sa liste départementale à Dakar, l’étude de la recevabilité des listes de candidature n’avait pas encore débuté (nous étions encore à la phase de contrôle et de régularisation des parrainages).
A cette étape du processus, le Code électoral de 2021 autorise le mandataire de YEWWI à faire une déclaration complémentaire de candidature pour remplacer 2 membres de la coalition, qui ont retiré leur candidature (démission).
 
Le constat d’huissier établi le 11 mai 2022, prouve que le mandataire de la coalition YEWWI a respecté la loi et les délais, afin de faire procéder au remplacement de membres de la coalition qui ont retiré leur candidature.
 
Tel n’est pas le cas de la coalition BENNO BOK YAKAAR, qui n’a effectué aucune démarche de retrait de membres de sa coalition, jusqu’au moment où l’étude de la recevabilité des listes de candidature a débuté (BENNO a franchi illégalement le stade du contrôle des parrainages suite à une fraude et une complicité de la DGE).
 
Nombre de lectures : 383 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 06/06/2022 12:17
Tout ceci démontre -si besoin était- que nous sommes en fin de règne, et que le Président de l'APR, tellement obnubilé par son troisième mandat, depuis 2012, ce qui l'a contraint à se rendre coupable d'une trahison envers son peuple (relire le discour du 03 avril 2012, et le comparer à ce qui a suivi de la part de celui que les moutons bêlants de son cercle et de son clan qualifient de "génie de la politique": Sil faut être un voyou, passant son temps à refuser le combat loyal avec son opposition, s'il s'agit de se rendre coupable de mensonges, de promesses non tenues, de mépris de son peuple, s'il s'agit de rendre la justice et les magistrats incapables de rendre une saine justice, alors qu'ils en ont toute les capacités, s'il s'agit d’instaurer une véritable dictature dans le pays, réussissant cette performance que n'avait même pas réussie son prédécesseur, pourtant pas manchot dans le genre, à savoir de voir réintégrer le sénégal sur la liste grise des pays pratiquant le plu la corruption dans le monde, alors une chose est sure, je ne ferai jamais de la politique, par peur de devenir un génie!
Un tel comportement ne peut qu'inspirer que honte et dégout. Ce n'est ps ce que l'on peut attendre d'un Président de parti, et encore moins d'un Président de la République. En fait, le peuple s'est battu, en 2012, pour éviter que le SENEGAL ne devienne une république bananière, et à fait confiance à un homme qui n'a eu de cesse de le trahir, de le voler, et de le rabaisser: en dix ans, incapable de changer le taux d’illettrisme dans le pays, incapable de réduire, ne serait ce qu'un demi point, la pauvreté dans ce pays! et au bout de onze ans! quelle performance! par contre, lui, ses moutons bêlants qui l'accompagnent, pour eux tout va bien! ils sont tous devenus milliardaires, même ceux qui font partie du troupeau et qui ne savent ni lire ni écrire! quel encouragement pour la jeunesse qui étudie dans des conditions souvent spartiates! Quel culte des valeurs qui devraient être prônées, au lieu d'être foulées au pied! Et cet apprenti dictateur veut nous imposer un troisième mandat: Sans honte, il se permet de déclarer -à la presse étrangère, comme d'habitude, il a trop de mépris pour la presse de son pays, qui pourtant n'ont rien à envier à la presse française, sur le plan de la qualité- que "son travail de président est loin d'être terminé" As til oublié que ce n'est pas à lui de décider, mais au peuple! C'est le peuple qui l'a mis là où il est, sur une tromperie, une trahison à laquelle ne s'attendait surement le peuple sénégalais. Se souvient il pourquoi il a fait le beau, devant les grilles du palais, avec déjà des idées bien précises en tête? Pourquoi le peuple sénégalais était prêt, en 2012, à payer de sa vie pour déloger un Président qui voulait s'incruster? Pense t il faire mieux que son Maître, au motif que sa cour d'âne bâtés lui tressent des lauriers à chaque fois qu'il se mouche où qu'il éternue? On se croirait revenus au temps de Mao TSE TONG, et le culte de la personnalité! Où sommes nous, dans quel pays vivons nous? Quand nous voyons Madame A. TOURE, qui, il y a quelques mois, jurait ses grands dieu que le troisième mandat ne passera pas, parce que anti-constitutionnel, et qui maintenant, de peur de tomber dans l'oublie et perdre les avantages qui vont avec l'appartenance du "premier cercle", se prépare à nous convaincre du contraire! Quelle honte, mais ces gens là ne lisent donc pas les journaux, ne discutent donc pas avec le peuple, pour savoir qu'ils sont vomis, et qu'ils seront seuls responsables, devant l'histoire, des évènements tragiques qui sont en train de se préparer dans le pays, car le troisième mandat ne passera pas pour SALL, pas plus qu'il n'est passé pour WADE. Le peuple n'en veut pas, et c'est le peuple qui décide, pas même un apprenti dictateur. Oui, Monsieur le Président, votre travail de Président est loin d'être terminé, mais vous avez la chance de connaître la date de fin: janvier 2024! le temps nécessaire de vous poser plusieurs questions, et notamment celle ci: Qu'ai-je fais pour le bien de mon peuple! Je n'ai rien fait pour l'école et les universités, je n'ai rien fait pour le plateau sanitaire, je n'ai rien fait pour combattre l’illettrisme, je n'ai rien fait pour combattre la pauvreté, mais par contra, j'ai fait beaucoup pour le troupeau bêlant de supporters, qui sont tous devenus riches grâce à moi, j'ai fait un joli stade, une jolie salle Arena, et je me suis beaucoup enrichi, ça c'est peut être ce que j'ai fait de mieux! Bien sur, c'est le peuple sénégalais qui décidera -enfin, il aimerait bien décider pour peu que le processus électoral ne soit pas truqué, et la loi électorale volontairement distordue par quelques magistrats qui ont bien compris qu'il était intéressant de faire pencher le plateau de la balance du bon côté, c'est à dire du leur, jetant ainsi au passage l'oprobe sur toute la magistrature, qui elle, dans sa plus grande majorité (celle qui rend la justice au Palais, mais le Palais de justice, pas l'autre!) fait un travail remarquable.
Alors, dans les manifestations que nous allons subir, jusqu'en 2024, d'un côté un Président et son armée qui se défendra bec et ongle, pour sauvegarder les privilèges qu'ils ont usurpé au peuple, et de l'autre côté, un peuple qui se battra jusqu'à la mort, parce qu'ils n'ont plus rien à perdre, et qu'ils n'en peuvent plus de mener une vie de miséreux alors que pendant ce emps là, "le camp d'en face", ceux d'en haut, les nargue avec leurs richesses mal acquises, on va, n'en doutons pas entendre et voir les pancartes "MACKY DEGAGE". Personnellement, je serai plus respectueux non pas de l'homme, qui ne mérite certainement pas le respect, lais de la fonction, je dirai simplement: Monsieur le Président, le SENEGAL ne vous appartient pas. Vous avez souvent été cité dans des problèmes de détournements de fonds publics, vous, votre famille, vos amis. Vous avez délibérément bloqués les dossiers que présentaient consciencieusement l'ofnac L'igs la cour des comptes . Vous avez protégez beaucoup et beaucoup de vos amis, qui se sont comportés comme des voyous notoires et patentés. Vous avez voulu réduire l'opposition à sa plus simple expression, afin de pouvoir exercer un régime totalitaire et faire tout ce que vous vouliez, sans avoir à fendre de compte. Tout ca, le peuple sénégalais vous le pardonne. tout est pardonné, MAIS RIEN N'EST OUBLIE; Alors, s'il vous plait, partez à la date prévue, et dès maintenant, dès maintenant, annoncez, devant la presse nationale et internationale, que, bien évidemment par respect pour la constitution, votre mandat prendra fin en JANVIER 024, date des prochaines élections présidentielles. Vous pouvez même adressez un "bonne chance" à votre successeur, mais ca, c'est peut être un peu trop demander à un homme pétri d'orgueil et de vanité. Mais ce n'est pas grave, votre départ suffira à calmer les esprits des sénégalais, leur redonner espoir et de pouvoir penser que non, le SENEGAL ne deviendra jamais une dictature concentrant tous les pouvoirs dans les mains d'un seul homme, que ce même homme ne foulera pas aux pieds les droits élèmentaires de chaque citoyens, que les dossiers adressés par l'ofnac ET l'IG, ne seront ps trillés par ce même despote, en un mot, que la vraie justice sera à nouveau rendue, comme avant! d'autant que les tribunaux existent, et mieux encore, le SENEGAL dispose, dans leur immense majorité, de magistrats extrêmement bien formés, compétents, impartiaux, et qui rendent souvent des jugements qui font l'admiration de tous les professionnels, que ce soit ici où à l'étranger.
Alors, plutôt que de vous entêter à vouloir faire pousser des racines à votre fauteuil, plutôt que de vous buter dans votre projet infamant, de vouloir faire un troisième mandat que la constitution ne vous accorde pas, au risque de "marcher sur les cadavres", vous avez encore une petite, toute petite chance, de sortir par la grande porte: ne ratez pas cette occasion. Vous prétendez bien connaître le peuple sénégalais auquel vous appartenez. Mais je crois que vous avez oublié une petite chose, toute petite, mais qui a son importance: le sénégalais est totalement imprévisible. Il va supporter beaucoup, le sourire aux lèvres, et puis, d'un seul coup d'un seul sans que l'on sache pourquoi (mais lui le sait), il va partir dansune colère folle, et tout casser! Si vous pouviez nous éviter une véritable guerre civile qui est en train de germer sur le terreau de la politique politicienne qui semble être votre jardin favori, croyez moi, tout le peuple vous en sera reconnaissant, et l'histoire retiendra alors de vous le stade qui se voulait magnifique, et la salle Arena à l'utilité mal définie!
Car enfin, qu'est ce qu'il y a de plus important que la Paix? Si vous avez des doutes sur la réponse, demandez à votre collègue d'Ukraine et aux ukrainiens, eux savent ce que ça représente LA PAIX!
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter