Connectez-vous

Prisons sénégalaises : surpeuplement, morts non élucidées, bavures impunies…(Rapport 2020 du Département d'Etat)

Samedi 3 Avril 2021

Me Malick Sall, le ministre de la Justice du Sénégal
Me Malick Sall, le ministre de la Justice du Sénégal
Conditions de détention dans les prisons et les centres de détention
 
Certaines conditions dans les prisons et les centres de détention étaient dures et mettaient la vie en danger en raison de pénuries alimentaires, surpopulation, mauvaises conditions sanitaires et soins médicaux inadéquats.
 
Conditions physiques
 
La surpopulation était endémique. Par exemple, la principale prison de Dakar prison de Dakar, Rebeuss, contenait plus du double du nombre de détenus pour lequel elle était pour laquelle elle a été conçue. Les conditions de détention des femmes étaient généralement meilleures que celles des hommes.
 
Les détenus en attente de jugement n'étaient pas toujours séparés des prisonniers condamnés.
 
Les détenus mineurs étaient souvent détenus avec des hommes ou autorisés à se déplacer librement avec eux pendant la journée. Les filles étaient détenues avec les femmes. Les nourrissons et les nouveau-nés étaient souvent gardés en prison avec leur mère jusqu'à l'âge d'un an, sans cellule spéciale, sans soins médicaux supplémentaires ou de rations alimentaires supplémentaires.
 
Un mort à la prison de Mbour
 
En plus du surpeuplement, l'Organisation nationale des droits de l'homme, une organisation non gouvernementale (ONG), a identifié le manque d'installations sanitaires adéquates comme un problème majeur. La nourriture pauvre et insuffisante, l'accès limité aux soins médicaux, la chaleur étouffante, le mauvais drainage et les infestations d'insectes étaient également des problèmes dans l'ensemble du système pénitentiaire. Le 20 février, un détenu est décédé à la prison de Mbour.
 
Selon les rapports officiels, il a souffert d'une crise d'asthme aiguë due au fait qu'il était détenu dans une cellule surpeuplée contenant 87 autres détenus.
 
Selon les dernières statistiques gouvernementales disponibles, 31 détenus sont morts dans des prisons et des centres de détention en 2019, soit six de plus que ceux qui ont péri en 2018. Les statistiques gouvernementales n'ont pas fourni la cause des décès.
 
Si les auteurs de ces actes, qui comprenaient des membres du personnel pénitentiaire et d'autres détenus, ont pu faire l'objet de sanctions disciplinaires internes, aucune poursuite ou autre action publique n'a été engagée contre eux.
 
Administration
 
Les autorités (sénégalaises) n'ont pas toujours mené des enquêtes crédibles sur les allégations de mauvais traitements. Des médiateurs étaient disponibles pour répondre aux plaintes, mais les prisonniers ne savaient pas comment y accéder ou déposer des rapports.
 
Les autorités ont autorisé les prisonniers et les détenus à déposer des plaintes auprès des autorités judiciaires sans censure et à demander une enquête sur les allégations crédibles de conditions inhumaines.
 
Surveillance indépendante
 
Le gouvernement a autorisé les visites de prisons par des groupes locaux de défense des droits de l'homme, qui opéraient tous de manière indépendante, ainsi que par des observateurs internationaux.
 
L'observatoire national des établissements de détention a eu un accès complet et sans entrave à toutes les prisons et à tous les établissements de détention civils, mais pas aux installations militaires et de renseignement.
 
L'observatoire national n'était pas en mesure de surveiller les prisons dans tout le pays. Il publiait auparavant un rapport annuel, mais les rapports pour 2015-19 n'avaient pas été
publiés à la fin de l'année.
 
Des membres du Comité international de la Croix-Rouge ont visité des prisons à Dakar et en Casamance.
 
Améliorations
 
En avril, le Président Sall a gracié 2 036 détenus afin de contrôler la propagation du COVID-19 dans le système carcéral.
 
 
Nombre de lectures : 180 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter