Connectez-vous

Prison à vie requise contre Ratko Mladic

Mercredi 7 Décembre 2016

LA HAYE (Reuters) - Les procureurs du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) ont requis mercredi une peine de prison à perpétuité à l'encontre de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic pour génocide et crimes de guerre pendant la guerre de Bosnie (1992-95).
 
Agé de 74 ans, Ratko Mladic, jugé pour deux chefs d'accusation de génocide et neuf chefs d'accusation de crimes contre l'humanité et crimes de guerre, est notamment accusé d'avoir été l'un des principaux artisans du massacre de 8.000 Musulmans bosniaques à Srebrenica en juillet 1995.
 
"Ce serait une insulte aux victimes vivantes ou mortes et un affront à la justice que d'imposer une peine moindre que la plus sévère autorisée par la loi: la prison à vie", a déclaré Alan Tieger, l'un des procureurs du TPIY, au terme de trois journées de réquisitoire de l'accusation.
 
La plaidoirie de la défense est programmée vendredi, lundi et mardi prochains, avant les derniers arguments jeudi 15 décembre, précise le TPIY sur son site internet. Le jugement est attendu en 2017.
 
Pendant leur réquisitoire, les procureurs du tribunal de La Haye ont eu notamment recours à des documents vidéo pour démontrer que Mladic avait personnellement ordonné le massacre de Srebrenica, où des milliers de Musulmans avaient fui, pensant que la zone serait protégée par les Nations unies.
"L'heure est venue de prendre une revanche sur les Turcs", avait déclaré Ratko Mladic à la télévision à la veille de la prise de l'enclave.
 
L'ancien commandant bosno-serbe avait été inculpé en même temps que le leader politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, peu après la fin de la guerre de Bosnie en 1995.
Les deux hommes sont restés introuvables pendant plus de dix ans avant d'être arrêtés en Serbie, Karadzic en 2008, Mladic en 2011.
 
Radovan Karadzic a été condamné en mars dernier à 40 années d'emprisonnement pour génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre. Il a fait appel en juillet.
Créé par l'Onu en 1993, le TPIY a inculpé 161 personnes pour des crimes de guerre commis dans les Balkans au cours des conflits des années 1990. Parmi elles, 83 personnes ont été reconnues coupables. Le dossier Mladic est l'un des derniers traités par le tribunal. 
Nombre de lectures : 32 fois












Inscription à la newsletter