Connectez-vous

Obamacare : Trump fixe un ultimatum à la Chambre vendredi

Vendredi 24 Mars 2017

Obamacare : Trump fixe un ultimatum à la Chambre vendredi
WASHINGTON (Reuters) - Donald Trump a posé jeudi un ultimatum aux membres de son propre parti républicain et a prévenu que l'Obamacare resterait en place si la nouvelle législation n'est pas adoptée vendredi lors d'un vote à la Chambre des représentants.
 
Jeudi soir, on ignorait encore si le projet de loi, premier grand test législatif de son administration, avait rassemblé suffisamment de soutiens pour être adopté.
 
"Nous avons promis au peuple américain que nous abrogerions et remplacerions cette loi boiteuse car elle s'effondre et elle laisse tomber les familles et demain nous avancerons", a dit le chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants, Paul Ryan, à l'issue d'une réunion dans la soirée. Il a refusé de répondre aux questions sur le nombre de soutiens réunis.
 
Donald Trump n'a pas réussi jeudi à convaincre suffisamment de républicains d'engager le détricotage de l'Obamacare, contraignant la Chambre des représentants à différer son vote.
Le jour avait été choisi pour marquer l'anniversaire de l'Affordable Care Act, adopté le 21 mars 2010 par les représentants.
 
Trump et ses alliés républicains ont promis d'abroger la loi jugée trop dispendieuse et trop intrusive face à l'autorité des Etats. A l'issue d'une semaine de débats et de rendez-vous à la Maison blanche avec les élus, Donald Trump n'est pourtant pas parvenu à s'allier deux factions républicaines opposées à son texte.
 
Les républicains les plus conservateurs, affiliés au Freedom Caucus, estiment que le nouveau texte ne diffère pas assez de l'Obamacare tandis que les modérés craignent à l'inverse que la proposition de loi ne revienne à accroître le nombre d'Américains sans couverture maladie.
 
QUITTE OU DOUBLE
Alors que la tension était à son comble à la Chambre, le président Trump a pris une pause dans les négociations pour discuter avec des chauffeurs de poids lourds, montant même dans un camion garé derrière la Maison blanche, et faisant entendre plusieurs coups de klaxon.
 
Devant des journalistes, il a estimé que le vote passerait de justesse et s'est dit optimiste: "Je pense ça marche bien. On verra dans environ trois heures", a-t-il dit, alors que l'annonce du report du vote émergeait tout juste.
 
Dans la soirée, Donald Trump a envoyé ses lieutenants au Capitole pour une réunion centrée sur un ultimatum.
 
Selon le représentant de New York Chris Collins, proche allié de Trump, le directeur du budget de la Maison blanche Mick Mulvaney a déclaré jeudi soir aux républicains de la Chambre que le président voulait un vote vendredi.
 
"Le président a dit qu'il voulait un vote demain, pour ou contre", a déclaré Chris Collins. "Si pour une quelconque raison c'est contre, nous allons continuer à avancer sur d'autres parties de son programme", comme des réformes fiscales, a-t-il ajouté.
 
A l'issue d'une réunion au Congrès entre responsables de la Maison blanche et dirigeants de la Chambre, des représentants ont confirmé à des journalistes que le vote aurait lieu.
 
AMENDEMENTS
Quatre pages d'amendements ont été ajoutées au texte dans la soirée, permettant notamment aux Etats de choisir les minimas sociaux requis pour les compagnies d'assurances.
 
Selon le représentant Mark Meadows, président du Freedom Caucus, le soutien nécessaire à l'adoption du projet reste incertain.
 
"J'essaie d'arriver à un 'oui' à tout prix, et je pense que le président le sait. Je lui ai dit personnellement", a-t-il déclaré.
 
Les républicains, avec 237 élus contre 193 pour les démocrates, sont majoritaires à la Chambre des républicains, mais le parti est divisé sur le projet.
 
Jeudi matin, NBC News rapportait que 30 élus républicains prévoyaient de voter "non" ou penchaient en faveur du "non". Le parti ne peut se permettre que 21 "non" face à l'opposition démocrate pour que le texte soit adopté.
 
Baptisé American Health Care Act, le projet républicain annule par exemple l'amende infligée à ceux qui ne souscrivent pas à une couverture santé, réduit le financement de Medicaid, le programme pour les pauvres et les handicapés, et modifie les subventions qui aident les particuliers à s'assurer.
 
La Bourse de New York, qui a basculé dans le rouge jeudi en fin de séance à l'annonce du report du vote de la chambre basse du Congrès, est susceptible d'être attentive vendredi après-midi au vote des représentants.
 
Nombre de lectures : 23 fois









Inscription à la newsletter