Connectez-vous

Mort à Damas d’Ahmad Jibril, importante figure de la politique palestinienne

Mercredi 7 Juillet 2021

 
Ahmad Jibril, chef du Front populaire de libération de la Palestine-Commandant général (FPLP-CG), est décédé mercredi à Damas à l’âge de 83 ans, a appris l’AFP auprès de plusieurs sources.
 
« Il est mort de causes naturelles après avoir été malade », a déclaré à l’AFP son fils, Bader Jibril.
 
Sa mort a été confirmée par le mouvement FPLP-CG et deux de ses amis qui ont précisé à l’AFP qu’il était décédé dans un hôpital de Damas.
 
Ahmad Jibril avait cofondé en 1967 le Front populaire de libération de la Palestine, historiquement marqué à l’extrême gauche, avec Georges Habache, puis s’en était détaché dès l’année suivante en créant le FPLP-CG, dont il était devenu le secrétaire-général.
 
Connu pour son opposition à toute négociation entre Palestiniens et Israël, le mouvement de M. Jibril s’était violemment opposé à l’accord entre l’Etat hébreu et l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) sur une autonomie des Territoires palestiniens et avait menacé de mort Yasser Arafat, alors président de l’OLP.
 
Après le début du conflit syrien en 2011, le FPLP-CG s’était rapproché du régime de Damas, en devenant un allié indéfectible.
 
En 2012, des membres du FPLP-CG avaient ainsi combattu aux côtés de l’armée de Damas contre des insurgés à Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens devenu progressivement un quartier de Damas.
 
Le FPLP-CG avait été accusé d’être impliqué dans l’explosion en plein vol d’un Boeing de la compagnie américaine Pan Am, qui a fait 270 morts en décembre 1988 alors qu’il survolait Lockerbie, en Ecosse.
 
Ahmad Jibril avait démenti toute implication de son mouvement dans cet attentat. Le mouvement était aussi soupçonné d’avoir participé au crash d’un avion de Swissair en 1970 à destination de Tel-Aviv, qui avait fait 47 morts.
 
Le FPLP-CG est aussi accusé d’avoir commis des attaques terroristes contre des civils israéliens. Ahmad Jibril avait par ailleurs perdu son fils aîné en mai 2002 lors d’un attentat à la voiture piégée à Beyrouth, attribué par le mouvement prosyrien à Israël.
 
Depuis plusieurs années en perte de vitesse dans les Territoires palestiniens, le FPLP est considéré comme une organisation terroriste par Israël, les Etats-Unis et l’Union européenne. (AFP)
Nombre de lectures : 200 fois












Inscription à la newsletter