Connectez-vous

Mali: Les troupes françaises mènent une campagne anti-jihadiste embourbée dans la boue et la méfiance

Mercredi 14 Août 2019

GOSSI, Mali (Reuters) - Les soldats français à la recherche de djihadistes dans les savanes du centre du Mali étaient préparés aux tempêtes de sable, aux orages, à l'absence d'une route et à la nécessité de remorquer des véhicules dont les roues étaient toujours coincées dans les plaines inondables.
 
Ils savaient qu'il serait difficile d'obtenir des informations des villageois terrifiés.
 
Mais alors que l'opération de plusieurs semaines se poursuivait dans le district de Gourma, où 400 soldats français et 100 Maliens alliés cherchaient une cinquantaine de djihadistes qu'ils estimaient cachés dans l'ombre, les obstacles se sont multipliés.
 
D'abord, il y a eu les tempêtes qui les ont forcés à abandonner le souper, à ranger leurs moustiquaires et à dormir tordues dans leurs véhicules. Puis à 3 heures du matin pour une mission qui ne pouvait pas commencer parce que la météo avait immobilisé leurs hélicoptères à la base.
 
Puis, les crues soudaines ont transformé le sol sablonneux en boue et ont fait éclater les oueds pour que seuls leurs véhicules de combat sur chenilles nouvellement déployés puissent traverser.
 
Quand ils ont atteint les villages de chaume et de bois où ils soupçonnaient les djihadistes de se cacher. Les hommes s'occupaient des vaches. Les femmes pilonnaient le mil. Tout le monde a souri. Et personne ne leur a rien dit.
 
"Nous n'allons pas résoudre ce problème en un jour", a déclaré David, le commandant de la base avancée française près de la ville de Gossi. Le règlement militaire français n'autorise la publication que de son prénom. "Ça va prendre du temps."
 
Les efforts menés par la France pour empêcher qu'une région située aux portes de l'Europe ne devienne une rampe de lancement pour des attaques à domicile sont de plus en plus pris au piège dans un jeu interminable de chat et de souris avec des djihadistes bien armés, qui connaissent le terrain et se cachent facilement parmi les civils.
 
Lors d'un rare voyage de reportage avec les troupes françaises dans le centre du Mali, les journalistes de Reuters ont pu constater de visu pourquoi une mission vieille de cinq ans - initialement planifiée comme un palliatif à court terme à remettre aux forces locales - pourrait avoir encore de nombreuses années à courir.
 
"ADVERSAIRE ACHARNÉ"
 
Les 4 500 soldats français déployés dans ce patchwork d'anciennes colonies françaises dans le cadre de l'opération Barkhane sont confrontés à d'énormes défis logistiques en terrain hostile. Plus difficile encore, ils comptent sur la coopération d'une population civile dispersée dans de vastes espaces reculés, souvent sympathique aux islamistes ou terrifiée à l'idée de les informer.
 
A Gossi, un refuge pour les combattants de l'Etat islamique à proximité des frontières avec le Burkina Faso et le Niger, le conseiller municipal de la ville avait fui après avoir été menacé et dormait maintenant dans la base malienne, a déclaré le commandant de la base française, David.
 
L'opération Barkhane a été lancée à la suite de l'opération Serval, une offensive française qui a repoussé les rebelles touaregs et les islamistes alliés du vaste désert du nord du Mali en 2013.
 
Alors que Serval avait apporté une stabilité modérée au nord du Mali, les troubles s'étaient propagés au centre du pays, plus peuplé, avec des attaques qui atteignaient également le Burkina Faso, le Niger et même la Côte d'Ivoire voisins.
 
Sans date de fin annoncée lors de son lancement, l'opération de suivi viserait à stabiliser les pays de la région en aidant leurs gouvernements dans une force antiterroriste ouest-africaine. Cinq ans plus tard, aucune fin n'est en vue.
 
"Nous avons un adversaire acharné, qui est coriace, puisant dans un terrain propice à sa reproduction parce que la population est isolée ", a déclaré le colonel Nicolas James, commandant du Desert Tactical Croup Belleface, à Reuters à sa base à Gao.
 
Le premier jour d'une mission, par 40 degrés Celsius (104 F), les soldats français sont arrivés dans un hameau situé à 10 km au nord de la ville de Ndaki, près d'un petit bois où des djihadistes présumés avaient été vus en fuite plus tôt.
 
Ils séparaient les femmes et les enfants à l'extérieur d'un dôme de chaume où les chameaux ruminaient. Ils ont fouillé les hommes, pris leurs smartphones et les ont copiés sur un ordinateur. L'une contenait de la propagande djihadiste incriminante.
 
"DES GENS VIENDRONT ET LA TUERONT"
 
"C'est votre téléphone ?" demanda un soldat au suspect, et il acquiesça. Ils ont relevé ses empreintes digitales, mais avec des preuves circonstancielles, ils l'ont laissé partir.
 
"Je suis sûr que c'est un djihadiste", chuchota plus tard un soldat français qui le gardait. "Il se moque de nous."
 
Un homme âgé, vêtu de la robe qui coule et qui est commun aux Peuls de la région, a apporté du lait frais en guise de geste d'hospitalité. Seuls deux d'entre eux l'ont essayé, avant de passer au village suivant.
 
Cette nuit-là, il pleuvait fort et l'après-midi suivant, une équipe logistique a passé toute la journée à remorquer des véhicules dans la boue. La mission a commencé avant midi. Quand les troupes sont revenues près de neuf heures plus tard, elles n'avaient parcouru que 5 km.
 
A un moment donné, ils ont entendu parler d'un groupe armé qui se dirigeait vers eux. Des avions de guerre ont été appelés pour faire fuir les combattants. Une unité voulait vérifier une forêt où les armes avaient été abandonnées, mais les troupes étaient encore bloquées à remorquer des véhicules.
 
Le lendemain matin, une mission franco-malienne s'est rendue dans un village peul près d'un boisé où ils avaient repéré des hommes en fuite. Le chef du village, un homme barbu avec une écharpe verte et une robe bleu ciel, a nié avoir vu des hommes armés.
 
"Ils veulent nous parler, mais ils ont peur", a déclaré plus tard à Reuters le capitaine Balassine, de la police militaire malienne.
 
"L'autre jour, nous parlions à une jeune fille, poursuit-il. "D'abord, elle a menti. Puis elle a dit qu'elle avait peur de parler parce qu'après notre départ, des gens viendront la tuer."
 
Nombre de lectures : 49 fois












Inscription à la newsletter