Connectez-vous

Madagascar autorise la castration chimique en cas de viol d’enfants

Mercredi 14 Février 2024

le Le président Andry Rajoelina
le Le président Andry Rajoelina

Le Parlement de Madagascar a adopté une loi autorisant la castration chimique et, dans certains cas, chirurgicale des personnes reconnues coupables du viol d’une personne mineure.

 

La nouvelle législation a essuyé des critiques des groupes internationaux de défense des droits, mais a reçu le soutien de militants qui estiment qu’il s’agit d’un moyen de dissuasion approprié pour lutter contre la « culture du viol ».

 

Le parlement de ce pays insulaire de 28 millions d’habitants a adopté la loi le 2 février et le Sénat l’a approuvée la semaine dernière. Elle doit maintenant être ratifiée par la Haute Cour constitutionnelle et promulguée par le président Andry Rajoelina, qui a soulevé la question pour la première fois en décembre. C’est son gouvernement qui a proposé de modifier la loi.

 

La ministre de la Justice, Landy Mbolatiana Randriamanantenasoa, a déclaré qu’il s’agissait d’une mesure nécessaire en raison de l’augmentation des cas de viols d’enfants. En 2023, 600 cas de viols sur des personnes mineures ont été enregistrés, a-t-elle indiqué, et 133 déjà en janvier de cette année.

 

« Madagascar est un pays souverain qui a le droit de modifier ses lois en fonction des circonstances et dans l’intérêt général du peuple, a déclaré Mme Randriamanantenasoa. Le Code pénal actuel n’a pas suffi à réprimer les auteurs de ces crimes. »

 

La castration chirurgicale « sera toujours prononcée » pour les personnes coupables de viol sur un enfant de moins de 10 ans, selon le texte de la loi. Les cas de viol sur des enfants âgés de 10 à 13 ans seront punis par la castration chirurgicale ou chimique. Le viol de mineurs âgés de 14 à 17 ans sera puni par la castration chimique.

 

Les contrevenants risquent également désormais des peines plus sévères allant jusqu’à la prison à vie.

 

« Nous voulions protéger beaucoup plus les enfants. Plus l’enfant est jeune, plus la punition est lourde », a expliqué Mme Randriamanantenasoa.

 

La castration chimique est l’utilisation de médicaments pour bloquer les hormones et diminuer le désir sexuel. Elle est généralement réversible en arrêtant les médicaments. La castration chirurgicale est une procédure permanente.

 

Plusieurs pays et certains États américains, comme la Californie et la Floride, autorisent la castration chimique de certains délinquants sexuels. La castration chirurgicale est beaucoup plus rare. L’utilisation des deux est très controversée.

 

Des critiques et du soutien

 

La nouvelle loi malgache a été critiquée par l’organisation de défense des droits Amnistie internationale, qui l’a qualifiée de « traitement inhumain et dégradant » incompatible avec les lois constitutionnelles du pays. La loi devrait plutôt se concentrer sur la protection des victimes, a déclaré Nciko wa Nciko, conseiller de Madagascar à Amnistie internationale.

 

« Sur l’île, les procédures de plainte et les procès ne se déroulent pas de manière anonyme », a-t-il affirmé. « Il existe un manque de confiance dans le système judiciaire malgache, en raison de l’opacité et de la corruption. Et les représailles contre les victimes de viols sont fréquentes. Cependant, la loi ne combat pas ces facteurs. »

 

Il a ajouté que la castration chirurgicale constituait une peine pénale problématique si la personne qui la subit est par la suite exonérée d’un crime en appel. Il a également émis des doutes sur la capacité des autorités médicales à mener à bien ces procédures.

 

Mais malgré les critiques, certains militants malgaches sont d’accord avec le changement de loi, car rien d’autre ne semble fonctionner.

 

« Il y a vraiment une culture du viol à Madagascar », estime Jessica Lolonirina Nivoseheno du groupe Women Break the Silence, qui milite contre le viol et soutient les victimes. « Nous sommes en train de normaliser certains cas de violences sexuelles, en minimisant également la gravité de ces cas. »

 

« [La nouvelle loi] est un progrès, car elle constitue une sanction dissuasive. Elle pourrait empêcher les agresseurs potentiels d’agir… mais seulement si nous, en tant que citoyens, sommes conscients de l’existence et de l’importance de cette nouvelle sanction. » [ASSOCIATED PRESS]

 
Nombre de lectures : 152 fois











Inscription à la newsletter