Connectez-vous

Macky Sall : un médiocre apprenti dictateur au pouvoir (par Seybani Sougou)

Jeudi 25 Juin 2020

« La plus grande ambition de Macky Sall, était de devenir Chef de service à Petrosen » Souleymane Jules Diop

Souleymane Jules Diop qui a rejoint la mare aux canards est l’incarnation de la tortuosité, dans sa forme la plus ignoble et la plus aboutie. Mais, il y a un point sur lequel il avait au moins raison : l’ambition de Macky Sall ne devait jamais dépasser celle d’être à la tête d’un service de taille moyenne, au Sénégal.
 
L’épisode du tuyau de Keur Momar Sarr en 2013, montrant les images d’un Président débarquant d’un hélicoptère de l’armée de l’air, et paradant en tenue militaire pour faire face « au dysfonctionnement d’un tuyau » à l’origine de la pénurie d’eau dans la capitale est devenu le symbole de la médiocrité d’un homme qui attribue à la force une puissance démesurée. Car le problème de Keur Momar Sarr relève du seul domaine de la planification et de l’expertise technique et non d’une ridicule démonstration de force.
 
7 ans après le scandale de Keur Momar Sarr, des scènes dignes du moyen âge sont visibles à presque tous les coins de rue de la capitale. Les files indiennes de femmes se trimbalant avec des bassines et seaux d’eau, errant dans les rues à la recherche du liquide précieux viennent percuter de plein fouet le mythe d’un Sénégal émergent.
 
Celui qui, tel un matamore avait enfilé un camouflet, et une tenue de combat des hommes de troupe pour « affronter un tuyau défectueux en 2013 » se révèle totalement incapable d’assurer aux populations sénégalaises l’approvisionnement en eau potable.Celui qui n’est pas capable d’étancher la soif des sénégalais (un bien vital) est-il en mesure de tenir les rênes du Sénégal, un navire en totale perdition ? A VOUS DE JUGER.
 
Si les carences et limites de Macky Sall ne sont plus à démontrer au bout de 8 années d’une gouvernance médiocre et chaotique ponctuée par de nombreux scandales financiers, l’apprenti dictateur aura réussi à transformer le Sénégal en une gigantesque prison à ciel ouvert pour les démocrates et les esprits libres, réduisant en charpie la démocratie sénégalaise devenue la risée du continent africain et du monde démocratique.
 
Sous le magistère de Macky Sall, le Sénégal s’est mué en un Etat liberticide qui oscille entre arrestations arbitraires, fraudes, détournement, pillage des deniers publics, trafics de drogue et blanchiment d’argent sale (Bougazelli) : la gouvernance sale de Macky Sall a fait du Sénégal, l’un des pays les plus corrompus du monde. Dans le classement de l’Indice de perception de la corruption 2019 de Transparency international, le Sénégal figure en bonne place dans la zone rouge (une zone rouge dans laquelle elle est classée durant 4 années consécutives, sans discontinuité).
 
Nettoyer les écuries d’AUGIAS, après le départ de Macky Sall, est un impératif de salubrité publique. Cet homme qui est indigne de la fonction présidentielle a plongé le Sénégal dans un marasme sans précédent. Il ne fait aucun doute : Macky Sall est synonyme de malheur pour le Sénégal. A l’instar du peuple malien, les citoyens sénégalais doivent faire face à ce régime monstrueux et faire preuve de détermination pour préserver leurs acquis démocratiques obtenus de haute lutte. Que nul ne soit impressionné par la multiplication tous azimuts des arrestations arbitraires qui s’apparente davantage à une atmosphère de fin de règne. Si 1 ou 2 millions de citoyens se mobilisent et exercent leurs droits de manifester, la peur change de camp. Il est grand temps de stopper la folie du régime de Macky Sall.
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr
Nombre de lectures : 175 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter