Connectez-vous

Macky Sall : de l’incompétence à l’indignité

Jeudi 15 Août 2019

« On ne fait pas une opération mains propres, avec des mains sales »
 
Au terme de 7 ans d’une gouvernance médiocre, le Président de l’APR a abîmé les institutions, fragilisé considérablement la République et transformé l’espace démocratique sénégalais en un gigantesque champ de ruines. De locataire à milliardaire (devenu riche sans effort), celui qui n’a été ni capitaine d’industrie, ni millionnaire, ni héritier de biens immobiliers a amassé de 2000 à 2012, une fortune colossale évaluée 8 milliards de CFA, obtenue de manière illicite, grâce au pillage des deniers publics, d’un pays classé parmi les 25 nations les plus pauvres au monde (sa déclaration de patrimoine de 2012 fait foi).
 
Incompétent, sans cap, ni vision,la figure de la gouvernance propre, sobre, et vertueuse s’est littéralement fracassée avec l’exercice du pouvoir. Alors que la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté, que le peuple est tenaillé par la faim et la soif, et que le Sénégal traverse une crise de trésorerie sans précédent ; le pillage des ressources par les tenants du régime atteint une vitesse de croisière: l’affaire MITTAL met à nu des pratiques prédatrices opérées par une bande de mafieux ; l’affaire PRODAC (29 milliards de F CFA ) est assimilable à un braquage des ressources publiques; la nébuleuse affaire PETROTIM associe le Président de l’APR (Macky Sall), son frère Aliou Sall et le Ministre de l’Intérieur Aly N’Gouille N’Diaye dans le scandale du siècle (népotisme, favoritisme, signatures de contrats illégaux), un crime économique évalué à plus de 6000 milliards de F CFA.
 
Au même moment, des dizaines de milliards de F CFA ont été soustraits illégalement des caisses de l’Etat par l’ex Ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Ba, dans le cadre de remises gracieuses au profit d’entreprises, en violation totale des dispositions fiscales. Régulièrement, des scandales d’une extrême gravité sont révélés au grand jour par la presse, prouvant que le Sénégal est dirigé par une bande d’affairistes, de voleurs et d’incompétents.
 
L’incompétence est couplée à l’indignité lorsque les arrestations arbitraires pour des motifs fallacieux d’offense au chef de l’Etat, et d’atteinte à la sûreté de l’Etat se multiplient à un rythme effréné (Guy Marius Sagna, Adama Gaye et j’en passe…). Avec le Président de l’APR, le Sénégal s’est mué en un pays liberticide pour les démocrates et partisans de la liberté d’expression. L’indignité atteint son point culminant lorsque le Président de l’APR verse dans un grossier et scandaleux chantage « à la grâce présidentielle », s’agissant de Khalifa Sall. En soulignant que le décret de grâce de Khalifa Sall est signé, mais assorti de conditions avant sa publication au journal officiel (demande de Khalifa Sall), les tenants du régime se comportent comme « de vulgaires malfrats exigeant une rançon » : la signature de Khalifa en échange de sa libération (la grâce n’exige pas cette démarche). Ignoble procédé !
 
Jamais, dans l’histoire du Sénégal, la fonction présidentielle n’a été abaissée à ce niveau. Dans cette affaire, la sortie publique de 2 proches de Khalifa Sall, Babacar Thioye Ba (Directeur de cabinet adjoint de Khalifa), et Moussa Taye (porte-parole), précisant qu’aucune grâce ne sera demandée par Ababacar Khalifa Sall constitue une humiliation pour Macky Sall. Celui qui a signé le décret, tout en exigeant la demande de l’intéressé pour finaliser sa démarche se trouve désormais dans une situation de demandeur : contraint d’attendre une lettre écrite de Khalifa qu’il ne recevra jamais. Les rôles sont inversés : à l’indignité de Macky Sall (pratique qui n’honore pas la fonction), Khalifa Sall oppose, du fond de sa cellule, une dignité, dans l’épreuve.
 
Par sa posture, Khalifa Sall vient de donner une formidable leçon de dignité à celui qui est arrivé par effraction à la tête de la magistrature suprême.
 
Dans une excellente contribution intitulée « Revanchisme d’Etat », le Journaliste Serigne Saliou GUEYE (Le Témoin) a mis à nu les pratiques immondes et les errements d’un régime qui « utilise la répression carcérale comme le moyen le plus adéquat pour gagner le respect des citoyens ». Et le journaliste d’ajouter, à juste titre, que cette démarche est « littéralement contre-productive ».
 
Parce que tout ce qui excessif est insignifiant, le régime de terreur que tente d’instaurer le Président de l’APR est viscéralement voué à l’échec.
 
Lorsque l’horloge des citoyens libres du Sénégal sonnera, Khalifa Sall, la tête haute, recouvrera sa liberté : pleine et entière. Il ne faut point en douter.
 
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr
Nombre de lectures : 294 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter