Connectez-vous

MACKY SALL VEUT DETOURNER LE SUFFRAGE DES SENEGALAIS (Seybani Sougou)

Mercredi 3 Août 2022

L'ex président Alpha Condé, aux mains des militaires après le coup d'Etat de septembre 2021 en Guinée
L'ex président Alpha Condé, aux mains des militaires après le coup d'Etat de septembre 2021 en Guinée
Lors des Locales du 23 janvier 2022, les 4 régions de Dakar, Thiès, Diourbel et Ziguinchor totalisaient, à elles seules, 3.571.084 électeurs, soit plus de la moitié de l’électorat total au niveau national, inscrit dans le fichier qui comptait 6 614 259 électeurs. Ces bastions stratégiques, à fort potentiel électoral ont été remportés haut la main, avec des écarts conséquents par YEWWI et WALLU, le 31 juillet ; sans compter la Diaspora, les Départements de Saint Louis, de Sédhiou, Goudomp, Tivaouane et Saraya. Pour les législatives, gagner30 départements ne veut rien dire. Ce qui compte, c’est le nombre de sièges (députés) attribué à chaque département. Le raisonnement surle nombre de départements est absurde. La seule région de Dakar (18 députés) équivaut à 12 départements remportés par BENNO.
 
Département
 
Nombre de députés
KANEL
 
2
MATAM
 
2
 
RANEROU
 
1
BIRKELANE 1
 
KAFFRINE
 
2
 
KOUNGUEL
 
2
MALEM HODDAR
 
1
 
FATICK
 
2
FOUNDIOUGNE 2
 
GOSSAS
 
1
 
KEDOUGOU 1
SALEMATA
 
1
 
 
 
12 Départements Total députés : 18
 
Le tableau précité le prouve : il faut 12 départements de BENNO pour arriver au même nombre de députés que la Ville de DAKAR (18).C’est un fait BENNO a été laminé lors du scrutin du 31 juillet 2022. Le comportement pitoyable, indigne et outrancier d’Aminata TOURE pousse le régime honni de Macky SALL à jouer les prolongations par une intense campagne de désinformation, axée désormais sur le nombre de départements gagnés. Les observateurs avertis ont constaté que lorsque la tête de liste de BENNO, Aminata TOURE, évoque« 30 départements » remportés, elle ne précise jamais le nombre de députés correspondant à ces 30 départements. La preuve de sa mauvaise foi et de sa malhonnêteté.
Ce qui sera déterminant et décisif pour obtenir la majorité à l’assemblée, c’est le principe du quotient appliqué pour le scrutin proportionnel pour les 53 sièges à pourvoir, qui consiste à diviser le nombre de suffrages valablement exprimés par le nombre de sièges disponibles pour déterminer le nombre de députés attribué à chaque liste.
 
Il ne faut pas insulter l’intelligence des sénégalais ou les prendre pour des demeurés. Quand on gagne de nombreux bastions stratégiques qui dépassent largement la moitié de l’électorat total, on remporte l’élection. C’est aussi simple que ça. Les fiefs situés dans le Nord (Matam ou Podor par exemple) ne peuvent en aucun cas compenser les pertes irréversibles (le poids du monde rural doit être relativisé). D’ailleurs, les résultats du département de PODOR, méritent des investigations quant à leur fiabilité. Sur une population évaluée à 450 000 dont 222 725 électeurs inscrits, 104 951 auraient voté lors des législatives du 31 juillet, soit un taux de votants d’environ 47%. Comment la participation à Podor peut-elle frôler les 50% alors que tout au long de la journée du 31 juillet, une faible mobilisation a été notée quasiment sur le territoire ?
 
Pour l’heure, le verdict des urnes doit être rigoureusement respecté. Les tendances issues des urnes sont claires, lourdes et irréversibles. La majorité revient à l’opposition incarnée par YEWWI-WALLU et on n’a pas besoin d’attendre la proclamation officielle des résultats pour savoir que BENNO a lamentablement perdu avec le déshonneur. Toute tentative de confiscation de la volonté populaire risque de plonger le pays dans une crise politique inédite susceptible de le faire basculer dans la violence et l’instabilité, dont l’unique responsable est Macky SALL. Aucune substitution ou falsification de PV ne sera tolérée. La Commission nationale de recensement des votes ne peut pas inventer d’autres résultats que ceux issus des urnes.
 
Les médias internationaux ont parfaitement compris qu’il y avait une atmosphère de fin de règne au Sénégal. Le 01 août, « Jeune Afrique » n’a pas mis de gants pour évoquer l’hypothèse de la cohabitation. Dans un article consacré au risque de crise politique issu des élections du 31 juillet, le journal le Monde souligne : « Que quelle que soit l’issue de ces législatives, une victoire étriquée du pouvoir ou une cohabitation qui l’obligerait à nommer un gouvernement qui lui est hostile, Macky Sall apparaît aujourd’hui comme le premier perdant des législatives ». Même Robert Bourgi qui le côtoie et sait lire les états d’âme admet que Macky SALL est seul, en termes plus clairs, défait !
 
La preuve du hold-up électoral a été confirmée par une militante de l’APR, qui, dans un message audio viral largement diffusé sur les réseaux sociaux, a reconnu la défaite de BENNO tout en soulignant qu’il fallait publiquement affirmer le contraire et défendre l’idée selon laquelle BENNO a gagné les élections législatives, afin d’instrumentaliser l’opinion publique et le Conseil Constitutionnel.  Cette militante qui souligne avoir reçu l’onction de pontes du régime et de Directeurs généraux doit être recherchée et arrêtée. Le Procureur de la République doit s’autosaisir sur cette affaire d’une extrême gravité pour identifier les commanditaires qui ont incité la fille à diffuser et propager de fausses nouvelles, en vue d’un hold-up électoral, savamment planifié.
 
Si Macky SALL tente le diable (détournement du suffrage des sénégalais), il risque de connaître une fin de pouvoir tragique similaire à celle d’ALPHA CONDE. Il quittera le palais, les « pieds nus ».
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@yahoo.fr
 
 





 
Nombre de lectures : 182 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter