Connectez-vous

Libérez Pape Alé avant qu’il ne soit trop tard (par François Mendy)

Dimanche 4 Décembre 2022

Conseil des médias à la Maison de la Presse le 16 novembre 2022 pour exiger la libération de Pape Alé Niang
Conseil des médias à la Maison de la Presse le 16 novembre 2022 pour exiger la libération de Pape Alé Niang

Pendant que le peuple à les yeux braqués au Qatar, un de ses enfants, arbitrairement incarcéré par le régime de Macky Sall entame une grève de la faim dont les conséquences peuvent être désastreuses. En faisant recours à cette forme extrême de lutte, Pape Alé Niang nous alerte sur sa situation et plus globalement, sur l’injustice qui est érigée en règle au Sénégal.
 
Il faut souligner que la plupart des personnes qui ont recours à la grève de la faim sont des victimes d’injustices de tous ordres (persécution politique, arrestations arbitraires, spoliations…). Donc, Pape Alé Niang lance un message à ceux qui doutent encore, qu’il est victime d’une persécution.
 
Parce qu’entamer une grève de la faim nécessite d’avoir une ferme conviction que vous êtes injustement privé de votre droit. Dans ce cas de Pape Alé, en dehors du symbole qu’il représente pour les Sénégalais et la liberté de la presse, le Gouvernement est mis face à ses responsabilités. Parce que c’est le Ministère public qui a pris la décision insensée de l’envoyer en prison.
 
Macky s’enfonce dans la dictature
 
Emprisonner un journaliste pour avoir publié un document, même secret défense soit-il, mais qui ne peut rien provoquer ou changer quelque chose, il faut être idiot pour le faire. Car en termes d’image, c’est une catastrophe pour le Sénégal au niveau international. En effet, ce que les médias internationaux nous relaient comme information sur tel leader d’opinion, intellectuel, artistes, homme politique… est en grève de la faim, et pour la plupart dans les dictatures, se passe désormais au pays de feu le Président Mamadou Dia. Quel recul!
 
De toutes les façons, l’image du Sénégal est déjà écornée par cette absurde arrestation qui pouvait, au pire des cas, aboutir à une garde à vue puis à une libération. Mais le « Monstre » a décidé de faire de ce journaliste « insolent et têtu », un cas d’école pour tous les confrères qui seraient tentés d’emprunter le même chemin.
 
Mais malheur à celui qui bâillonne la presse , car il signe son entrée dans le cercle restreint et peu envieux des dictatures . Et Macky Sall est en train, petit à petit, de faire son entrée dans ce groupe. Sauf qu’il oublie qu’au Sénégal, la notion de liberté est aussi vieille que l’homo senegalensis. Donc, libérez Pape Alé Niang avant qu’il ne soit trop tard.
François Mendy
 
Nombre de lectures : 123 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter