Connectez-vous

Lettre ouverte à Monsieur Mamadou Bamba Ndiaye.

Vendredi 4 Mai 2018

« L’esclave n’a qu’un maître ; l’ambitieux en a autant qu’il y a de gens utiles à sa fortune ». Jean de La Bruyère.
 
A l’approche de l’élection présidentielle du 24 Février 2019, nous subissons de manière violente voire outrageante  les revirements spectaculaires de certains de nos politiciens professionnels à l’instar de monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, ex militant du Grand Parti de monsieur Malick Gakou.
 
En vérité,  nous avons du mal à comprendre comment des hommes ou des femmes peuvent en si peu de temps renier sans vergogne leurs convictions politiques. Pourtant après son ralliement au Grand Parti, Mamadou Bamba Ndiaye  le nouveau allié de circonstances de notre président par défaut, monsieur Macky Sall et ancien ministre des affaires religieuses dans le gouvernement libéral de maître Abdoulaye Wade, évoquait en des termes très éloquents sa volonté de soutenir mordicus monsieur Malick Gakou à l’élection présidentielle de 2019.  Dans une contribution du 12 Février2017 intitulée : «Pourquoi, j’ai décidé de rejoindre le Grand Parti ! », parue dans la presse en ligne, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye justifiait son choix en raison même du péril envahissant de la gouvernance du président de la République, monsieur Macky Sall  qui menace le pays.
 
Avant même de pouvoir nous faire une idée voire une représentation objective de la personnalité politique à qui nous avons affaire, lisons quelques passages de son plaidoyer sur la situation du pays en 2017 :
 
« Faisant preuve d’un patriotisme avéré, d’une détermination sans faille, mais surtout d’une lucidité rassurante, le tout nouveau coordonnateur de Mankoo Wattu Sénégal……. En plus des qualités de manager, d’homme de consensus et de loyauté dont Malick Gakou a fait preuve, il y a la discipline et la solidarité exemplaire qui règnent au sein du Grand Parti ».
 
Dites nous, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, après ce discours élogieux et éloquent, comment pouvez vous faire un virage à 180 degrés et tourner le dos de la sorte à cet homme politique exemplaire, brillant et qui rompt de manière définitive à  certaine image peu crédible de surcroît moins rassurante que nous avons de nos vieux briscards de la politique politicienne à la sénégalaise.
 
Ne nous arrêtons pas sur cet artefact du discours qui ressemble à bien des égards à un jeude séduction en vue de capter l’attention d’une autorité et par voie de conséquence à se positionner dans son cercle restreint de fidèles. C’est le même procédé que  nos politiciens professionnels utilisent à dessein afin de rentrer dans les grâces de tout nouveau régime politique en vue de pouvoir bénéficier de privilèges ou autres avantages indus sur le dos du contribuable sénégalais. Ne nous arrêtons pas en si bon chemin, continuons la lecture de ce texte révélateur.
 
« L’autre raison, c’est ce que d’aucuns appellent la seconde alternance, pilotée par le président Macky Sall, loin de répondre aux attentes de la majorité des sénégalais, est entrain de dévoyer les institutions de leur substance républicaine ».
« Au lieu d’être une posture suprême qui catalyse autour d’elle les forces vives de la nation sénégalaise pour la construction de l’Etat,  la présidence de la République est réduite à une instance partisane, à la fois d’exclusion et de répression,  mais aussi de favoritisme et de népotisme ».
 
« Face à un tel péril envahissant, aucun sénégalais n’a le droit de se mettre en dehors du jeu politique. La République a besoin d’être sauvée et refondée. Les échéances électorales du 30 Juillet 2017 s’avèrent de ce fait capitales et décisives parce qu’elles permettent aux citoyens sénégalais épris de bonne gouvernance et d’équité d’instaurer,  pour la première fois dans notre pays, une alternance législative capable de juguler le spectre des menaces antidémocratiques qui découlent quotidiennement du régime finissant du président Macky Sall ».
 
Ou encore d’une autre contribution du nouveau membre de la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar intitulée « Une Sainte alliance de prébendiers contre la République », parue toujours dans la presse en ligne du 26 Septembre 2017.
 
« C’est dans la même logique de mal gouvernance obscène que s’inscrit la récente nomination d’Aliou Sall au poste de directeur général de la Caisse des dépôts et consignations par son frère de président ».
 
Ou également dans un entretien avec Walf Quotidien du 18 Février 2018, l’ancien partisan et défendeur des causes religieuses de maître Abdoulaye Wade notamment sa position tant décriée par beaucoup de prédicateurs musulmans sur le statut de la Renaissance Africaine, nous surprend encore en affirmant de manière péremptoire que : « Le candidat sortant Macky Sall pourrait être éliminé dès le premier tour, ce qui mettrait face à face deux candidats issus de l’opposition au second tour ».
 
Sacré Mamadou Bamba Ndiaye ! Vous revenez de très loin. Pourtant, votre description de la situation du pays est à tout point de vue identique à celle de beaucoup de nos compatriotes épris de justice et qui sont à mille lieues des chapelles politiques.
 
Dites nous , monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, que faites vous de vos positions d’hier sur la gestion sombre et nauséabonde du président de la République, monsieur Macky Sall ? 
 
Ou est-ce une autre forme de  surenchère politique  politicienne en vue de pouvoir ouvrir les portes du palais de l’Avenue Roume au moyen de pressions voire de critiques acerbes afin que son locataire entende vos récriminations voire atermoiements pour vous accueillir à bras ouverts. Décidément, nos politiciens professionnels aguerris ont toujours la manie de vous offrir des scènes inédites de tergiversations ou de reniements extraordinaires.
 
Comment pouvez vous après ce volte face spectaculaire que les citoyens sénégalais continuent à voir en vous un homme. C’est impossible puisque vous nous prenez vraiment pour des écervelés juste bons à manipuler et à tromper.
 
Dites nous, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, qu’est ce qui a pu changer entre temps pour que vous changiez radicalement de position  sur notre président apprenti – dictateur,  monsieur Macky Sall en lui brossant un portrait flatteur très loin de la réalité objective ?
 
« Suite à une audience que j’ai eue avec le président de la République M Macky Sall et des discussions qui s’en sont suivi, j’ai pu comprendre  que l’homme fait preuve d’un patriotisme ardent, doublé d’une grande ambition pour le Sénégal, mais surtout d’une sérénité rassurante».
 
J’ai sursauté en lisant votre nouveau discours de ralliement au président–politicien professionnel, monsieur Macky Sall.  Quel sacré talent d’artiste comédien capable de jouer avec brio et élégance sans la moindre gêne toutes les situations les plus inimaginables de la condition humaine en faisant abstraction même des valeurs qui fondent notre identité !Qui eût cru que notre homme, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, après seulement un  entretien au palais de l’Avenue Roume avec son Excellence monsieur Macky Sall,  le roi de la cour de Benno Bokk Yakaar, était capable de faire ce revirement extraordinaire ? Personne. En effet, il s’est joué de tout le monde en adoptant la posture d’un vrai opposant au régime clanique voire familial alors qu’en vérité notre homme attendait seulement le moment idéal pour révéler aux citoyens sénégalais sa volonté sournoise de rallier le camp des fossoyeurs de nos valeurs républicaines.
 
Dites nous, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, avez-vous relu votre déclaration d’adhésion au Grand Parti de monsieur Malick Gakou avant de nous prendre au dépourvu en annonçant votre transhumance vers la mouvance présidentielle Benno Bokk Yakaar qui naguère ne trouvait pas grâce à vos yeux en raison même de leur propension à favoriser le népotisme et à exercer une répression sur le peuple ou sur ses adversaires politiques ? Pourtant, les deux textes se ressemblent assez singulièrement. Vous avez juste remplacé le nom de monsieur Malick Gakou par celui du président Macky Sall avec une intention  manifeste de plaire à votre allié du moment.
 
Vous savez mieux que nous que votre tableau reluisant de la gouvernance du président de la République, monsieur Macky Sall ne correspond pas à la vérité. En effet, dites nous, depuis quand notre président par défaut est un patriote ardent ? Son action à la tête de l’Etat démontre à suffisance que le président de la République, monsieur Macky Sall s’éloigne véritablement de la posture d’un responsable soucieux de la défense des intérêts légitimes du peuple sénégalais. Il ne cesse de prendre position pour la préservation des intérêts de ses maîtres français en accordant par exemple des concessions scandaleuses au groupe Total sur nos ressources énergétiques et d’autre part en signant des contrats léonins avec des firmes françaises à l’instar du groupe Alstom sur le TER.
 
Détrompez-vous Mamadou Bamba Ndiaye,  le président de la République Macky Sall a une piètre idée du patriotisme. Il est incapable de faire prévaloir les intérêts de l’ensemble du corps social sénégalais sur ceux de la France. En effet, les exemples de sa servitude volontaire à ses maîtres français sont hélas  nombreux !
 
Et quoi encore d’autres dites-vous d’une grande ambition pour le Sénégal ?  Non monsieur le transhumant Mamadou Bamba Ndiaye.  Le président de la République, monsieur Macky Sall n’a des ambitions que pour sa famille et son clan de flagorneurs. En vérité, il n’a pas l’étoffe voire l’envergure d’un  véritable homme d’Etat qui a une saine ambition pour ses compatriotes.  Depuis son élection, il a trahi à plusieurs reprises le peuple sénégalais en revenant sur ses engagements. Et puis, vous venez maintenant nous chanter les louanges du président Macky Sall. Quelle effronterie ! C’est à la fois révoltant et pathétique.
 
Les transhumants politiques de votre acabit montrent toujours au peuple le mauvais chemin à suivre n’est-ce pas monsieur Mamadou Bamba Ndiaye,  vous qui êtes censé nous indiquer la voie de la vertu, de la droiture et de la vérité en toutes circonstances. Il est vraiment regrettable nourri à la sève de la religion de se compromettre de la sorte en soutenant un homme injuste et oppresseur envers le peuple. A la longue, on en vient même à douter de la sincérité de nos politiciens professionnels à servir la cause du peuple sénégalais.
 
On ne sait plus qui est qui dans ce pays en raison du discours versatile des uns et des autres. Le fait de trahir ses convictions est devenue monnaie courante et à tous les niveaux de la stratification sociale. Et ce n’est pas une raison pour que vous vous offusquez  de la conduite de certains responsables politiques qui ont tourné le dos à juste titre à notre apprenti-dictateur,  monsieur Macky Sall pour respecter fidèles à leurs engagements de défendre les valeurs de la République.
 
A force de nommer à des postes de responsabilité des personnes sans foi ni loi, la société sénégalaise ne peut que s’enliser dans la déchéance morale. La République ne s’accommode pas à des arrangements de prébendiers sur le dos du contribuable sénégalais, n'est – ce pas monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, entre copains ou compagnons de route. Elle a le devoir d’encourager le mérite voire l’excellence et non de faire le lit de la médiocrité. Vu la vague de transhumance de responsables qui désertent le champ du combat politique et de l’honneur,  le PDS de maître Abdoulaye Wade subit aujourd’hui de plein fouet son ambition démesurée de faire la promotion de n’importe quel énergumène à un poste de responsabilité au sommet de l’Etat.
 
Cette volonté sournoise de nos politiciens professionnels aguerris à ramer à contre courant de nos valeurs est sciemment orchestrée en vue de faire croire à nos compatriotes que tout compte fait nous sommes tous pareils et rien que pour jouir de certaines délices nos compatriotes sont capables de toutes sortes de compromissions avilissantes.
 
Non, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye, contentez-vous simplement de tirer profit de votre grande cause nationale,  mais nous savons parfaitement que votre diagnostic de la situation socio-économique du pays n’est pas juste et ne correspond pas à la vérité. De surcroît, il est affront voire une provocation à nos compatriotes qui vivent au quotidien les désastres de la gestion sombre et nauséabonde du président de la République, monsieur Macky Sall.
 
Et devrons-nous continuer à écouter des personnes familiarisées au discours religieux nous tromper et qui ne se gênent nullement à dissimuler la vérité afin de pouvoir jouir des délices du pouvoir ? Non, monsieur Mamadou Bamba Ndiaye. Les citoyens sénégalais peuvent bien se passer de vous puisque vous n’êtes pas un modèle de loyauté à des principes ou des valeurs qui transcendent les hommes à proposer à nos jeunes compatriotes.
 
La dignité humaine ne se monnaie pas,  même pour tout l’or du monde.
 
massambandiaye2012@gmail.com
 
Nombre de lectures : 388 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter