Connectez-vous

Le pétrole termine en baisse, marché centré sur les tensions dans le Golfe

Lundi 5 Juin 2017

Le pétrole termine en baisse, marché centré sur les tensions dans le Golfe
New York (awp/afp) - Les cours du pétrole ont terminé en baisse lundi, le marché cherchant à évaluer l'impact éventuel sur la production des tensions dans le Golfe entre l'Arabie saoudite et ses alliés d'une part et le Qatar de l'autre.

Le prix du baril de "light sweet crude", référence américaine du brut, a perdu 26 cents à 47,40 dollars sur le contrat pour livraison en juillet au New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Le marché fait des allers-retours au sujet de la rupture de plusieurs relations diplomatiques avec le Qatar", a rapporté Phil Flynn de Price Futures.

L'Arabie saoudite mais aussi Bahreïn ou les Emirats arabes unis, tous producteurs de pétrole, ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutien au terrorisme".

Le marché a d'abord monté dans les échanges électroniques précédant la séance "parce qu'il y avait une panique à la Bourse qatarie et que cela aurait pu mener à des problèmes d'approvisionnement", a détaillé M. Flynn.

Le Qatar, très riche en gaz, ne représente que 2% de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et moins de 1% de la production mondiale de brut, mais cette crise intervient sur fonds de tensions entre les deux rivaux régionaux que sont l'Arabie saoudite et l'Iran.

Les autorités qataries ont affirmé la semaine dernière avoir été victimes de "hackers" ayant publié sur le site internet de l'agence de presse officielle de faux propos attribués à l'émir Tamim rompant avec le consensus régional sur plusieurs sujets sensibles, notamment l'Iran.

"Les craintes d'une éventuelle rupture d'approvisionnement laissent la place à une potentielle mésentente qui pourrait bloquer la coopération entre plusieurs producteurs", a commenté John Kilduff de Again Capital face à un marché reparti à la baisse.

Les pays de l'Opep, dont l'Arabie saoudite et l'Iran sont engagés dans un effort de baisse de l'offre, devant durer jusqu'en mars 2018, afin d'éponger le surplus mondial de brut et de faire remonter les cours.
 
Nombre de lectures : 47 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter