Connectez-vous

Le parc national commence à prendre forme (Le Quotidien du Peuple)

Lundi 31 Août 2020

Le parc national commence à prendre forme (Le Quotidien du Peuple)
“Les animaux que nous n’avons jamais vus sont apparus. Les animaux que nous voyions rarement apparaissent en troupeau.” À partir de la source du fleuve Jaune, on voit de belles prairies et d’immenses lacs. On voit partout des oiseaux sauvages comme des oies à tête barrée et des Tadorne casarca. Nous sommes bien au premier parc national pilote en Chine : le parc national pilote des sources des trois rivières.
 
Le comté de Maduo de la province du Qinghai se trouve à la source du fleuve Jaune. À une altitude moyenne de 4200 mètres, ce comté est pittoresque avec “mille lacs”. Situé au cœur de la réserve naturelle des sources des trois rivières, il est aussi la zone de protection principale à la source du fleuve Jaune dans le parc. Quand on évoque le changement dans le comté de Maduo, Ma Gui, directeur adjoint du bureau des ressources écologiques et naturelles du comité de gestion de la partie de la source du fleuve Jaune du parc national des sources des trois rivières, aime toujours inviter des visiteurs à y aller sur place.
 
La route de 90 kilomètres entre le comté de Maduo et le monument de la tête de yak marquant la source du fleuve Jaune avait beaucoup inquiété Ma Gui parce qu’il y avait rarement d’herbes sur d’immenses prairies dégradées. Pour construire la route, on a creusé des fosses pour prendre des pierres, ce qui a laissé plus de 400 fosses. Il y avait même une “cicatrice” sur la montagne à côté : la montagne manquait une partie et on voyait directement les pierres blanches.
 
“Nous avons planté des herbes sur plus de 300 petites fosses comblées aujourd’hui. De fosses profondes servent à avertir les gens”,a dit Ma Gui. Après la mise en œuvre du projet pilote pendant 5 ans, au parc pilote des sources des trois rivières, nous avons mis fin à la dégradation des herbes. Le taux de rétention d’eau connaît une croissance annuelle supérieure à 6%. Le taux de couverture des herbes et la production d’herbes ont enregistré une hausse respective de 11% et de 30% par rapport à il y a 10 ans. Nous avons aussi constaté une augmentation notable de troupeaux d’animaux.
 
En 2015, la Chine a démarré le projet pilote de parc national. Des parcs pilotes ont priorisé les actions écologiques. 10 parcs du projet pilote ont été construits dans 12 provinces, comme le parc national de tigres de Sibérie et de léopard, le mont Qilian, la protection des pandas géants et la forêt tropicale dans la province du Hainan. Ils couvrent une superficie totale de 220 000 km2, soit 2,3% du territoire terrestre de la Chine. Aujourd’hui, l'Administration nationale des forêts et des prairies organise une évaluation de la mise en œuvre du projet pilote dans 10 parcs pilotes par la tierce partie, laquelle s’achèvera avant fin octobre. Elle formulera la liste officielle de suggestion de création de parcs nationaux en fin d’année.
 
Pourquoi créer un système de parcs nationaux ? Selon un responsable de l'Administration nationale des forêts et des prairies, depuis 1956, la Chine a déjà créé 11800 réserves naturelles, représentant 18% du territoire terrestre et 4,1% du territoire maritime de la Chine. Cependant, comme ces réserves naturelles sont gérées par plusieurs organismes, des rôles et des responsabilités ne sont pas bien définis. La protection est en conflit avec le développement.
 
Dans le nouveau système de parcs nationaux, la gestion est centralisée et assurée par un seul établissement. Ce nouveau mode de gestion a déjà porté ses fruits. À l’heure actuelle, dans la zone pilote de tigres de Sibérie et de léopard, 17367 hectares de forêts ont été plantées. 2130 hectares de terres cultivées ont été reboisées. L’écologie a été restaurée sur des zones de 741 hectares. Depuis la mise en œuvre du projet pilote, des animaux sauvages se sont multipliés, comme des ours noirs, des chevreuils (Capreolus pygargus) et des cerfs sauvages. La zone pilote de mont Wuyi a restauré l’écologie sur 6500 mu (433 hectares), a remis en ordre 7300 mu (486,7 hectares) de montagnes où est produit illégalement le thé et a démoli 39 constructions illégales. Le projet pilote de parc de pandas géants a restauré l’écologie et les habitats de presque 40000 mu (2666,7 hectares). Des centres de retour à la vie sauvage ont été construits pour des pandas géants.
 
Par Chang Qin (journaliste du Quotidien du Peuple)
Nombre de lectures : 122 fois












Inscription à la newsletter