Connectez-vous

Le bilan s'alourdit à Beyrouth, 135 morts et près de 5.000 blessés, état de choc total

Mercredi 5 Août 2020

Le bilan de l’explosion massive qui a dévasté mardi le port de Beyrouth s’est alourdi à 135 morts et près de 5.000 blessés, a annoncé mercredi le ministre libanais de la Santé cité par la chaîne de télévision Al Manar.
Plusieurs dizaines de personnes sont toujours portées disparues, a-t-il précisé.
 
Au lendemain de l’explosion qui a ravagé la ville, Beyrouth est en état de choc tandis que les équipes de secours continuent de rechercher disparus et survivants.
 
Le président Michel Aoun a déclaré que 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium, un produit chimique utilisé pour fabriquer des engrais mais aussi des explosifs, étaient stockées dans le port depuis six ans sans mesures particulières de sécurité, une situation qu’il a jugée “inacceptable”.
 
Une source officielle informée des premiers résultats de l’enquête sur les causes de la catastrophe a déclaré que l’explosion était le résultat de négligences et que ce point avait été examiné à plusieurs reprises par différentes commissions et par la justice sans que “rien ne soit fait” pour ordonner l’évacuation de ces matières extrêmement dangereuses.
 
Le gouvernement libanais a décrété mercredi l’état d’urgence pour deux semaines à Beyrouth, dont la sécurité a été confiée à l’armée.
 
De source ministérielle, les autorités ont ordonné l’assignation à résidence des responsables portuaires chargés des entrepôts ou de surveiller les matériaux incriminés depuis 2014, ont déclaré à Reuters des sources ministérielles.
 
“On dirait une zone de guerre. Je ne trouve pas mes mots”, a déclaré à Reuters le maire de Beyrouth, Jamal Itani, mercredi après avoir constaté l’étendue des dégâts, qu’il a estimés à plusieurs milliards de dollars. “C’est une catastrophe pour Beyrouth et le Liban.”
 
Selon le ministère de la Santé, 113 personnes ont perdu la vie et plus de 4.000 ont été blessés.
 
Dans un communiqué, le Parquet de Paris a annoncé que 21 Français ont été identifiés parmi les blessés et l’ouverture en conséquence d’une enquête.
 
“LE COUP DE GRÂCE”
 
Dans le centre de Beyrouth, de nombreuses façades sont détruites, des meubles jonchent les rues et des habitants sous le choc marchent dans les décombres sur des tapis de bris de verre, cherchant des informations sur leurs proches disparus.
 
Les hélicoptères sillonnent le ciel de la ville et des équipes de plongeurs cherchent d’éventuels disparus dans les eaux du port où les corps des victimes ont été projeté par la force de l’explosion, survenue pendant l’heure de pointe de fin de journée.
 
“C’est le coup de grâce pour Beyrouth. Nous sommes une zone de catastrophe; mon immeuble a été secoué, je croyais que c’était un tremblement de terre”, a dit Bilal, un sexagénaire vivant dans le centre-ville.
 
Comme beaucoup de Libanais, il incrimine l’élite politique du pays.
“On avait déjà une crise économique, les gens sont affamés et ces voleurs, ces pilleurs, est-ce qu’ils vont indemniser les pertes? Qui va indemniser ceux qui ont perdu des êtres aimés?”, a-t-il dit.
 
L’explosion a détruit les silos du port, dans lesquels étaient stockés quelque 120.000 tonnes de céréales et a dévasté le principal point d’entrée des importations au Liban. Mais le ministre de l’Economie a assuré que le pays, qui compte environ six millions d’habitants - et peinait déjà à héberger et nourrir des centaines de milliers de réfugiés syriens - n’était pas menacé par une pénurie de farine.
 
A l’hôtel Le Gray, gravement endommagé, le gérant, Hassan Zaiter, 32 ans, estime que “cette explosion scelle l’effondrement du Liban”. “J’en veux vraiment à la classe dirigeante”, ajoute-t-il.
 
Pour Ali Abdoulwahed, 46 ans, gérant du Café de l’Etoile, non loin du Parlement, “cette explosion nous ramène aux années de guerre”.
 
LA CLASSE POLITIQUE MISE EN CAUSE
 
L’explosion, entendue jusqu’à Chypre, à quelque 160 kilomètres de Beyrouth, a ravivé dans la population libanaise le souvenir de la guerre civile de 1975-1990, durant laquelle la capitale a été régulièrement pilonnée et visée par des attentats à la voiture piégée.
 
Comme le président, le Premier ministre, Hassan Diab, a promis que les responsables de l’explosion “en paieront le prix” mais pour Abou Khaled, chauffeur à Beyrouth, Diab “et ses ministres sont les premiers qui devraient être tenus responsables de ce désastre. Ils ont commis un crime à l’égard des citoyens de ce pays avec leur négligence.”
 
De nombreux pays ont exprimé leur solidarité avec le peuple libanais et offert leur aide aux autorités, y compris Israël, ennemi historique du pays, l’Iran, principal soutien du mouvement chiite Hezbollah, et l’Arabie saoudite, allié des dirigeants sunnites du pays.
 
L’Elysée a fait savoir mercredi qu’Emmanuel Macron se rendrait jeudi au Liban pour y rencontrer l’ensemble des acteurs politiques.
 
La France avait annoncé dans la nuit l’envoi d’un détachement de la sécurité civile (55 personnes, 15 tonnes de matériel) et six tonnes de matériel sanitaire, ainsi qu’une dizaine de médecins urgentistes.
 
Deux avions partis de Roissy devaient arriver en fin de journée au Liban et un troisième appareil devrait suivre, a précisé le Premier ministre français Jean Castex mercredi à la mi-journée lors d’un déplacement dans le Cher. (Reuters)
Nombre de lectures : 196 fois

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter