Connectez-vous

Le Kenya renforce la surveillance frontalière des shebabs

Mercredi 28 Septembre 2016

NAIROBI, 28 septembre (Xinhua) -- La police kenyane a annoncé mercredi avoir renforcé la surveillance des activités des shebabs de l'autre côté de la frontière pour prévenir toute tentative d'infiltration dans le pays.

L'inspecteur général de la police, Joseph Boinett, a déclaré que les agents de sécurité ont observé et repoussé les tentatives d'attaques terroristes sporadiques le mois dernier dans les régions comme Mandera et Wajir dans le nord-est du Kenya, bordant la Somalie.

"Nous surveillons également de près la situation en Somalie où l'on a pu constater une hausse du nombre de combattants shebabs dans les régions bordant le Kenya", a expliqué M. Boinnet dans un communiqué publié à Nairobi.
 
Selon lui, l'objectif des rebelles est d'attaquer les installations sécuritaires et les centres médicaux situés le long de la frontière pour voler les armes et munitions, les médicaments et autres fournitures médicales.
 
Le gouvernement a annoncé l'augmentation de ses patrouilles navales dans l'océan Indien afin d'empêcher les insurgés d'entrer dans le pays par les eaux ouvertes.

M. Boinnet a souligné que les mesures pour lutter contre le terrorisme ont conduit à la durabilité des programmes, des projets, des initiatives et des réformes visant à résoudre les facteurs et les conditions qui nourrissent le terrorisme, le radicalisme et les autres activités criminelles.

"La menace représentée par les shebabs et d'autres groupes similaires agissant dans la région demeure notre priorité et pour ce faire la police ne cèdera pas tant que les groupes ne seront pas totalement neutralisés", a indiqué M. Boinnet.
 
Il a ajouté que les agences de sécurité sont bien au courant des plans opérationnels des shebabs qui compte transporter leurs hommes par camions à la frontière commune pour qu'ils entrent à pieds dans le pays pour mener des attaques.

"Aussi, nous appelons tous les citoyens, et encore plus les communautés qui habitent dans les limites de ces régions frontalières, à être à l'affût de ces individus et en informer rapidement les policiers les plus proches", a-t-il conclu.
 
 
Nombre de lectures : 20 fois












Inscription à la newsletter