Connectez-vous

Lavrov: l'opération militaire en Cisjordanie n'est pas moins dangereuse que celle qui sévit à Gaza

Jeudi 29 Février 2024

Serguei Lavrov, chef de la diplomatie russe
Serguei Lavrov, chef de la diplomatie russe

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré jeudi que l'opération militaire israélienne en Cisjordanie n'était pas moins dangereuse et féroce que celle qui sévit dans la bande de Gaza.

 

C'est ce qui ressort d'un discours prononcé par Lavrov lors d'une réunion avec des factions palestiniennes, tenue à Moscou, pour discuter des moyens de parvenir à une réconciliation nationale palestinienne.

 

Lavrov a déclaré que la Russie et des pays arabes, dont l'Égypte et l'Algérie, avaient tenté de créer une opportunité pour rapprocher les Palestiniens, éliminer les malentendus entre eux et restaurer l’unité.

 

Le ministre russe des Affaires étrangères a souligné que ‘’la vague de violence sans précédent dans la bande de Gaza est le résultat de la longue stagnation du processus pour parvenir à un règlement, due aux tentatives des États-Unis de monopoliser les efforts de médiation’’.

 

Il a également évoqué la situation en Cisjordanie, affirmant que ‘’l'opération militaire israélienne là-bas n'est pas moins dangereuse et féroce que celle qui se déroule dans la bande de Gaza.’’

 

Lavrov a souligné que ‘’la priorité est d'arrêter l'effusion de sang’’, estimant que ‘’le recours à la punition collective contre les Palestiniens en réponse à l'attaque du 7 octobre dernier, doit cesser’’.

 

Le chef de la diplomatie russe a conclu son discours en affirmant que ‘’l'établissement d'un État palestinien dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, sur la base du droit international, est le seul moyen de parvenir à une paix durable dans la région.’’

 

La réunion de Moscou intervient au milieu de déclarations positives faites à Anadolu par les dirigeants de factions palestiniennes parmi lesquelles les deux grandes factions du mouvement national palestinien, le Hamas et le Fatah.

 

La Palestine est divisée de fait, depuis 2007, en deux entités dirigées par deux gouvernements distincts : l’Autorité palestinienne dominée par le Fatah et présidée par Mahmoud Abbas en Cisjordanie et le gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza.

 

Plusieurs réunions et rencontres ont eu lieu entre les factions palestiniennes dans le but de mettre fin à la division et de restaurer l'unité nationale. Une tentative de réunification des factions palestiniennes avait eu lieu à Alger, à l’initiative du président Abdelmadjid Tebboune, en octobre 2022. La dernière réunion en date, s’est tenue dans la ville égyptienne d'El Alamein le 30 juin 2023, sans aboutir à des mesures pratiques sérieuses pour atteindre ses buts.

 

Le 16 février dernier, la Russie avait annoncé une nouvelle initiative en ce sens, en organisant une réunion inter-palestinienne à Moscou du 29 février au 2 mars, selon les déclarations de l'envoyé présidentiel pour le Moyen-Orient et l'Afrique, Mikhaïl Bogdanov.

 

Les nouveaux pourparlers interviennent en pleine guerre à outrance menée par Israël dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre dernier, avec le soutien de Washington, qui a fait des dizaines de milliers de victimes civiles, en majorité des enfants et des femmes.

 

Le conflit a provoqué également ‘’des destructions massives et une catastrophe humanitaire sans précédent’’, selon l’Onu. [AA]

 
Nombre de lectures : 179 fois











Inscription à la newsletter