Connectez-vous

La revue de presse du week-end

Samedi 29 Juin 2019

Divers sujets sont au menu de la livraison du week-end des quotidiens, parmi lesquels la hausse du prix du carburant, mesure devant être effective ce samedi à partir de 18 heures.

"L’Etat pompe 60 à 80 francs" CFA, titre à ce sujet le journal Le Quotidien. "Mais l’un dans l’autre, écrit le même journal, les usagers devront dès ce soir, débourser un peu plus pour remplir leur réservoir".

"Pour le supercarburant, le litre passera de 695 francs CFA à 775 FCFA le litre, soit une augmentation de 80 F. le gasoil connaîtra une hausse de 60 FCFA, car il faudra débourser 655 FCFA au lieu de 595 FCFA", détaille le quotidien Enquête.

"En revanche, ajoute ce journal, les prix des autres produits blancs", l’essence ordinaire, l’essence pirogue et le pétrole lampant "ne varient pas. Ils coûtent respectivement 665 FCFA, 497 FCFA et 410 FCFA le litre".

Selon Enquête, le débat sur le pétrole et le gaz "risque de s’accentuer davantage", avec cette nouvelle hausse des prix à la pompe du supercarburant et du gasoil. Cela "risque de créer une spirale inflationniste", souligne Walfquotidien.

Il signale que ces prix avaient été "longtemps bloqués, malgré l’insistance des bailleurs de fonds (….)". "Depuis quelques mois, l’augmentation du prix du carburant (était) agitée ça et là", note le quotidien L’As, Vox Populi rapportant que les transporteurs, de leur côté, sont "sur le pied de guerre". 

Plusieurs journaux s’intéressent par ailleurs à la "marche avortée" de "Aaar Li nu Bokk", une plateforme mise sur pied pour demander plus de transparence dans l’attribution de contrats pétroliers au Sénégal.

"Le préfet de Dakar dicte sa loi", qui "avait décidé d’interdire toutes les manifestations et contre-manifestations (…) envisagées dans la capitale sénégalaises", indique par exemple Sud Quotidien.

Pourtant, des membres de la plateforme "Aar Li nu Bokk" "se rebellent et manifestent", si l’on en croit Vox Populi, quotidien qui parle d’une dizaine d’arrestations "dont Karim Xrum Xax et Maïmouna Bousso".

Les sujets se rapportant à la Tanière sont aussi très en vue, en particulier après le revers des Lions contre l’Algérie, en match comptant pour la deuxième journée de l’édition 2019 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), qui se déroule actuellement en Egypte.

"Les limites de Cissé face aux grandes équipes", pointe L’Observateur, pour dire que la défaite du Sénégal face aux Fennecs d’Algérie "interroge sur les capacités de la sélection nationale à battre les grandes équipes", sous la conduite de Aliou Cissé.

Et pourtant, quand on a Sadio Mané, Idrissa Gana Guèye, Kalidou Koulibaly, Mbaye Niang, "on ne doit rien craindre", estime l’ancien attaquant-vedette des Lions El Hadj Ousseynou Diouf.

"Tout ce qu’on a à faire, dit-il dans des propos relayés à sa une par Vox Populi, c’est les laisser s’exprimer sur le terrain en prenant du plaisir".

"Une atmosphère polluée", affiche de son côté Enquête. "C’est le malaise dans la tanière, après les révélations de bamboula", écrit le journal, avant de préciser que le ministère des Sports "ne dément pas avoir convoyé des gens en Egypte".

Il y a aussi cette précision faite au journal par Abdoulaye Sow, vice-président de la Fédération sénégalaise de football (FSF) : "Tous les gens que j’ai amenés sont à ma charge". (APS)
Nombre de lectures : 59 fois












Inscription à la newsletter