Connectez-vous

La revue de presse du 8 décembre 2022

Jeudi 8 Décembre 2022

Les quotidiens parvenus, jeudi, à l’Agence de presse sénégalaise abordent divers sujets se rapportant à la gestion des collectivités territoriales, la justice et l’économie.
 
Concernant les affaires judiciaires, Sud Quotidien note que ‘’la presse durcit le ton’’ pour obtenir la libération du journaliste Pape Alé Niang en prison depuis plus d’un mois.
 
‘’La Coordination des associations de presse (CAP) prévoit de boycotter toutes les activités gouvernementales et envisage une journée sans presse, si Pape Alé Niang n’obtient pas la liberté provisoire, vendredi prochain lors de sa comparution devant le Juge’’, écrit le journal.
 
Enquête souligne que la structure qui réunit des associations de presse ‘’va utiliser des actions non conventionnelles, si Pape Alé Niang n’est pas libéré à l’issue de son audition au fond’’. Pour Vox Populi, ‘’la CAP fixe un ultimatum et exige la libération de Pape Alé Niang''.
 
Le patron du site d’information Dakar Matin, très critique envers les dirigeants actuels du Sénégal, a été arrêté le 6 novembre dernier. Il est accusé de “divulgation d’informations (…) de nature à nuire à la défense nationale”, “recel de documents administratifs et militaires" et "diffusion de fausses nouvelles”.
 
Inculpé depuis le 9 novembre, le journaliste est placé en détention préventive à la prison de Sébikhotane, dans le département de Rufisque (ouest). Il risque une peine maximale de cinq ans de prison. Pape Alé Niang observe une grève de la faim depuis vendredi dernier.
Selon plusieurs médias, il sera auditionné vendredi prochain par un juge d'instruction. (…)
 
Le Témoin s’intéresse au Juge d’instruction en charge de ce dossier, Oumar Maham Diallo, qu'il présente comme ‘’le visage d’une justice à bout de souffle’’.
 
Le journal souligne qu’’’entre les mains frêles de ce juge d’instruction reposent la paix et la stabilité du pays dans les prochains mois. Oumar Maham Diallo a donc la lourde mission de rendre une décision équitable’’.
 
Dans des témoignages recueillis par la publication, un collègue du juge soutient : ‘’Oumar Maham Diallo que je connais ne se laissera intimider par aucun des bords’’. Un autre déclare que le Doyen des juges  ‘’a la réputation d’être indépendant’’.
 
Dans sa livraison du jour, Bës Bi s’interroge ‘’A quand l’envol de Air Sénégal ?’’.
‘’La compagnie, créée après la faillite de Sénégal Airlines en 2016 avec l’ambition de devenir un acteur majeur du transport aérien en Afrique de l’ouest, peine à mettre au 7e ciel ses clients. Chaque semaine ou mois, c’est une succession de récriminations aux allures de procès contre la boîte dirigée par Alioune Badara Fall. Pertes de bagages, retard dans les vols, des déprogrammations, absence d’interlocuteurs, des passagers laissés en rade dans les aéroports… autant de griefs que les usagers retiennent contre les services de la compagnie aérienne nationale'', écrit le journal.
 
‘’Beaucoup de passagers ont saisi Bés bi pour se plaindre du service de la compagnie nationale. +Air Sénégal déshonore le pays, 4e annulation. Rendez-vous encore aujourd’hui 23h55 (hier). Passagers bloqués à New York depuis plus de 4 jours, 5 annulations du vol, aucun membre de la compagnie pour communiquer+, s’indignent des voyageurs’’, lit-on dans la publication. (APS)
Nombre de lectures : 70 fois












Inscription à la newsletter