Connectez-vous

La revue de presse du 2 juillet 2022

Samedi 2 Juillet 2022

Les quotidiens parvenus samedi à l’APS traitent de divers sujets allant de la situation économique du Sénégal au bilan du Dak’art 2022 en passant par les préparatifs de la Tabaski, la grande fête musulmane également appelée Aïd-el-kébir.

Selon L’Observateur, de "grosses menaces (pèsent) sur l’économie sénégalaise". "Malgré des perspectives assez optimistes avec un budget projeté à plus de 6000 milliards pour 2023, l’économie sénégalaise n’est pas à l’abri de risques macro-économiques internes et externes", écrit le journal. Il note que l’inflation pourrait dépasser la barre de 3% en fin 2022, sans compter d’autres difficultés liées à la baisse de la production agricole et au retard dans la production de gaz et de pétrole.

Le potentiel du Sénégal reste malgré tout "énorme", juge le directeur Afrique du Fonds monétaire international (FMI), Abebe Aemro Selassie, dans des propos rapportés par le quotidien Le Soleil. M. Selassie, qui séjourne actuellement au Sénégal, cite "le dynamisme" de la jeunesse parmi les atouts du Sénégal, "un potentiel qu’il convient de libérer grâce à une bonne gestion macro-économique".

Avec les sujets portant sur l’économie, les préparatifs de la Tabaski, la grande fête musulmane prévue dans environ une semaine, sont aussi au menu des journaux. Il n’a pas échappé aux journaux que cette fête s’inscrit dans un contexte économique et social national et international considéré comme difficile.

Sud-Quotidien évoque "une incertitude" chez les tailleurs, qui craignent de "ne pouvoir honorer leurs commandes", en raison de "la recrudescence des coupures d’électricité".
Pour le reste, écrit le même journal, "une ambiance carnavalesque s’installe au niveau des marchés de Dakar, notamment celui des HLM. Des décibels, mégaphones et bruit de tout genre retentissent de tous les côtés. Pour les commerçants, tous les moyens sont bons pour attirer le plus de clients".

Le Quotidien dépoussière pour sa part la législation du travail et annonce "l’heure de la réforme" de ce texte, la survenue du Covid-19 ayant changé les règles du monde du travail.
Le télétravail "a été imposé, le chômage technique, avec le versement de 70% du salaire, a été improvisé", toutes choses qui font que le Code du travail actuel, datant de 1997, "ne correspond plus aux exigences de compétitivité des entreprises et de l’environnement des affaires", décrète ce journal.
 
Enquête ne s’embarrasse pas de mots au moment de parler du bilan de l’édition 2022 de la Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (19 mai-21 juin) : "Echec total !".
"Avec deux budgets cumulés, le secrétariat général du Dak’art n’a pas pu faire mieux que les éditions précédentes", ce qui fait que "bon nombre d’acteurs culturels, d’amoureux des arts, etc." parlent d’un "énorme flop", rapporte Enquête. "Attaquée de tous bords", la SG du Dak’art, Marième Ba, "se défend" et dit attendre "la disponibilité d’un bilan pour apporter la réplique aux interpellations concernant l’organisation de l’évènement", conclut le journal.
 
Nombre de lectures : 110 fois












Inscription à la newsletter