Connectez-vous

La colère grandit alors que les familles enterrent les morts après l'attaque du Burkina Faso

Dimanche 10 Novembre 2019

OUAGADOUGOU (Reuters) - Les proches des personnes tuées et des survivants de l'attentat perpétré cette semaine contre un convoi d'autobus de mineurs au Burkina Faso ont été de plus en plus fâchés samedi par le manque de soutien des autorités et de la compagnie minière.
 
Des centaines de parents, d'amis et de collègues des victimes ont attendu pendant des heures pour récupérer leurs corps dans une morgue de la capitale Ouagadougou, alors qu'un cortège de véhicules se rendait aux cimetières de la ville. "Je suis mécontent parce que j'ai perdu mon collègue et je suis mécontent de la façon dont le gouvernement gère la situation ", a déclaré Mahamdi Mande, 32 ans, en attendant le corps de son collègue, Moussa Ouattara.
 
La société aurifère canadienne Semafo a déclaré que cinq de ses autobus, qui voyageaient avec une escorte militaire, ont été la cible de tirs mercredi sur la route menant à sa mine Boungou, dans la région est. Selon les autorités, 38 personnes ont été tuées dans cette attaque, l'une des plus meurtrières depuis des années dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.
 
Un survivant, qui travaillait pour le fournisseur australien de services miniers Perenti, a déclaré que ni Semafo ni Perenti ne l'avaient contacté depuis l'attaque, au cours de laquelle il avait fait semblant d'être mort pour éviter de se faire tirer dessus.
 
"Ils doivent me traiter comme un être humain. Ils auraient pu essayer de parler à tout le monde. Je ne comprends pas - ils auraient dû faire mieux. Ce qu'ils ont fait pour nous n'est pas suffisant ", a déclaré le travailleur, qui a demandé à ne pas être identifié pour des raisons de sécurité.
 
Oumarou Tankouano, dont le frère a été tué, a également déclaré ne pas avoir été contacté par Semafo. "Peut-être qu'après les enterrements, ils vont nous contacter. Je pense que si un soutien doit venir, il devrait provenir de Semafo", a déclaré l'athlète de 34 ans.
 
Semafo et Perenti n'ont pas pu être joints immédiatement un samedi pour commentaires.
Le gouvernement n'a pas pu être joint pour commentaires vendredi.
 
Les survivants interrogés par Reuters ont laissé entendre que le nombre de décès pourrait être beaucoup plus élevé que les 38 officiellement signalés. Le convoi transportait probablement environ 250 personnes, une source de sécurité qui travaille dans le secteur et un travailleur de la mine l'ont dit précédemment, laissant des dizaines de personnes portées disparues.
 
Ni Semafo ni les autorités n'ont confirmé combien de personnes étaient dans le convoi. L'identité des agresseurs n'était pas claire, mais deux témoins ont déclaré que certains agresseurs avaient crié une phrase islamique.
 
Tous les corps récupérés par le gouvernement avaient été officiellement identifiés samedi, a déclaré le procureur Harouna Yoda dans un communiqué. Des parents désemparés et en colère s'étaient plaints plus tôt que les autorités ne les avaient pas laissés voir les corps pendant des jours après l'attaque.
 
Semafo a déclaré que le site minier de Boungou, à environ 355 km (220 miles) de Ouagadougou, est sécurisé, mais qu'il a suspendu ses activités.
 
Le Burkina Faso lutte contre la montée de la violence islamiste dans les régions isolées de l'est et du nord de la garrigue. Une insurrection locale de trois ans s'est répandue dans certaines régions du pays, amplifiée par la violence et la criminalité militantes islamistes qui débordent de son voisin du nord, le Mali.
 
Nombre de lectures : 57 fois












Inscription à la newsletter