Connectez-vous

La Norvège réduit ses ponctions dans la manne pétrolière

Jeudi 11 Mai 2017

La Norvège réduit ses ponctions dans la manne pétrolière
Oslo - La Norvège va moins puiser que prévu dans son immense manne pétrolière grâce à la reprise de son économie, selon le projet de loi de Finances rectificative présenté jeudi.

Alors que le gouvernement de droite prévoyait en septembre, dans son projet de budget 2017, de ponctionner son fonds souverain de 225,6 milliards de couronnes (24,2 milliards d'euros au cours actuel), ces prélèvements sont désormais revus en baisse, à 220,9 milliards.

"Le chômage recule et la croissance de l'économie s'accélère", a fait valoir la ministre des Finances et de l'Économie, Siv Jensen, dans un communiqué.

Plus gros producteur de pétrole d'Europe de l'Ouest, le pays scandinave a pâti de la baisse du cours des hydrocarbures depuis la mi-2014.

Permise par des taux d'intérêt bas, une couronne affaiblie et une politique budgétaire expansionniste, la reprise est une bonne nouvelle pour le gouvernement --conservateurs et droite anti-immigration-- qui s'achemine vers des législatives difficiles en septembre.

Le produit intérieur brut "continental" (hors hydrocarbures et transport maritime) devrait croître de 1,6% cette année, puis de 2,4% l'an prochain, après un maigre 0,8% en 2016, selon le projet de budget révisé.

Autre signe d'embellie, le taux de chômage devrait retomber à 4,3% en 2017, puis 4,1% en 2018, en nette baisse par rapport à l'an dernier (4,7%).

Les ponctions dans la manne pétrolière proposées jeudi représentent 2,9% de la valeur du fonds souverain, le plus gros au monde, au début de l'année.

C'est moins que la limite de 3% proposée en février par le même gouvernement, à la place de la règle en vigueur qui autorise jusqu'à 4%. Jeudi matin, le fonds pesait 8.065 milliards de couronnes, investis en actions et obligations ainsi que dans l'immobilier à travers le monde.

Minoritaire au Parlement, le gouvernement doit maintenant négocier avec ses alliés de centre-droit pour faire adopter son projet de budget.
 
 
Nombre de lectures : 32 fois












Inscription à la newsletter