Connectez-vous

La Chine écrit un nouveau chapitre dans l’entraide à toute épreuve entre elle et l’Afrique

Vendredi 1 Mai 2020

La Chine suit de près l’évolution de l’épidémie en Afrique et contribue à la lutte contre l’épidémie en Afrique par les échanges à distance, l’envoi des équipes d’experts médicaux et les dons de matériels, de manière à aider et à soutenir les pays africains dans la mesure du possible. C’est un exemple vivant de la construction d’une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide proposée par le président Xi Jinping et sert de modèle dans la construction conjointe de la communauté de destin pour l’humanité.
 
Au moment critique de la lutte contre l’épidémie en Chine, les pays africains et les organisations régionales ont donné le soutien ferme et précieux à la Chine par différents moyens. Comme dit le Livre des Odes, “celui qui me donne des pêches, je le paierai de belles pierres.” Quand les pays africains mènent une lutte acharnée contre l’épidémie, la Chine a aidé de nouveau et a coopéré activement avec l’Afrique dans cette bataille.
 
Depuis l’éclatement de l’épidémie de COVID-19, la Chine a créé des équipes de direction d’experts à distance pour échanger l’expérience avec des pays suite à leur invitation. Le 18 mars 2020, les experts chinois ont organisé la première visioconférence avec l’Afrique sur la prévention et le contrôle de l’épidémie. Presque 300 personnes y ont participé en ligne, y compris les dirigeants politiques de 24 pays africains et de l’Union africaine, les experts de santé et des représentants de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) auprès de certains pays. Avec une attitude ouverte, transparente et hautement responsable, la Chine a partagé avec l’Afrique son expérience dans la lutte contre l’épidémie, de manière à approfondir la coopération internationale dans la lutte contre la pandémie et à renforcer la capacité de réponse à l’épidémie. Des provinces comme le Hubei et le Sichuan, jumelées avec les pays africains tels que l’Algérie et le Mozambique pour apporter l’aide, ont organisé des échanges d’expérience à distance.
 
Jusqu’au 12 avril, la Chine a déjà fourni l’aide par 5 groupes à 139 pays et 4 organisations internationales, y compris 53 pays africains, atténuant effectivement la pression liée à la demande de matériels. Le 16 avril, suite à l’invitation du gouvernement burkinabè et éthiopien, sous l’égide de la Commission nationale de la santé, la municipalité de Tianjin et la province du Sichuan ont envoyé les experts médicaux aux deux pays. Il s’agit des premiers experts médicaux envoyés en Afrique par la Chine.
 
Actuellement, la Chine prépare activement la composition de l’équipe d’experts médicaux à envoyer à l’Algérie, à la République Démocratique du Congo et au Zimbabwe. Les experts médicaux chinois se sont mis en danger pour apporter l’aide, ce qui renforcera largement la confiance et la détermination de l’Afrique dans la lutte contre l’épidémie et impulsera une nouvelle dynamique dans la lutte conjointe contre l’épidémie par la communauté internationale. Cela ajoutera un nouveau chapitre à l’entraide à toute épreuve entre l’Afrique et la Chine.
 
Depuis l’envoi de la première équipe médicale en Algérie en 1963, cela fait déjà 57 ans que la Chine envoie ses équipes médicales en Afrique. Depuis plus d’un demi-siècle, la Chine a déjà envoyé 993 équipes médicales, soit 22 000 agents de santé à 48 pays africains. 220 millions de patients ont été traités. Aujourd’hui, presque 1000 agents de santé offrent le service médical gratuit aux 100 points de consultation dans 45 pays africains. Depuis 57 ans, l’expertise et l’éthique médicale des membres d’équipes ont été saluées par le gouvernement et le peuple du pays d’accueil. Beaucoup de membres ont considéré l’Afrique comme leur deuxième pays natal,dont les enfants ou même les petits-enfants ont intégré les équipes médicales en Afrique.
 
Face à l’aggravation de l’épidémie et à la pénurie de plus en plus grave de matériels, les équipes médicales chinoises, tout en bien se protégeant, ont pris l’initiative pour aider les pays d’accueil dans la prévention et le contrôle de l’épidémie de façon scientifique et appropriée. L’équipe envoyée en Quinée équatoriale a traduit en espagnol le plan de traitement et a organisé des formations spécifiques pour les personnels médicaux locaux. Les équipes envoyées au Cameroun, au Sénégal et au Lesotho ont aidé les hôpitaux locaux et les départements de santé à élaborer les mesures de prévention de l’épidémie. L’équipe envoyée au Zimbabwe a rénové les chambres de soins intensifs. L’équipe envoyée en Tunisie a fait un don financier à l’hôpital où elle travaillait. Jusqu’au 22 avril, les équipes médicales envoyées en Afrique ont formé 12690 personnes par 350 formations spécifiques. Elles ont publié 1203 notices d’information, notifications et manuels. Beaucoup de membres d’équipes ont demandé volontairement de se rendre en première ligne par des lettres d’engagement. Les équipes médicales ont aussi fait don de fournitures anti-épidémiques par l’ambassade, afin de répondre aux besoins d’urgence des pays d’accueil. Par les actions concrètes, elles ont incarné l’esprit des équipes médicales chinoises qui consiste “à réaliser des sacrifices et à sauver la vie par un grand amour qui transcende les frontières malgré les difficultés”. Elles font preuve d’esprit humanitaire, de l’amitié profonde et d’un sens des responsabilités avec lesquels les agents de santé chinois ont lutté contre l’épidémie avec le peuple africain.
 
Face à l’épidémie, portant la vision d’une communauté de destin pour l’humanité, la Chine renforce activement la coopération internationale et partage sans réserve son expérience sur la prévention, le contrôle de l’épidémie et le traitement avec les pays africains pour affronter le défi ensemble. Tout en bien gérant la prévention et le contrôle régulier de l’épidémie en Chine, la Chine a toujours aidé les pays africains dans la mesure du possible, afin de défendre la sécurité sanitaire régionale et internationale.
 
He Zhaohua (directeur adjoint du département de coopération internationale de la Commission nationale de la santé)
 
 
 
Nombre de lectures : 160 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 12/05/2020 08:34
Non, la chine n'est pas le bienfaiteur de l'Afrique, mais son bourreau. lA CHINE a empoisonné le rese du monde, volontairement ou involontairement (je pense plus involontairement) et le problème n'est pas là. La chine, ce que tout le monde a tendance à oublier, est un régime communiste pur et dur, avc ses prisons, ses camps d'internement, ses disparitions, et un président nommé à vie. Je appellerai quand même que, pour la troisième fois, unvirus touchant le monde entier, est parti de CHINE, et pas d'ailleurs.
Quand à l'aide (ridicule) de la chine envers l'Afrique, c'est bien le moins que la chine puisse faire, après l'avoir empoisonnée.
Faut il égalemen rappeler que si la chine est en afrique, c'est uniquement pour ses propres intérêts, et certainement pas pour aider l'Afrique à se développer? lA CHINE veur (et malheureusement arrive à ses fins) s'acaparer à bon compte toutes les richesses des pays africains, et asservir les populations afriaines à un esclavage d'un autre age. lA CHINE connait que la dictaure: voir le comportement de la chine à l'égard de TAIWAN, de Hong Kong...Où sont les milliers de chinois qui ont eu le malheur de s'élever publiquement ou pas, contre un tel régime dictatoril? disparus ou en prison.
alors non, la chine n'est pas l'amie de l'Afrique, la chine est l'ennemie du reste du monde, et il faut en avoir conscience.
iL est même honteux et scandaleux que la chine profite d'une pendémie qu'elle a elle même provoquée, volontairement ou pas - et je ne parle pas du laboratoire qui pose problème, et pour laquelle la chine, "grande amie" de tout le monde, se refuse toujours à une enquète impartiale par des experts choisis et reconnus dans le monde entier, y compris chinois, si tant est que ces derniers puissent s'exprimer-
La chine n'est surement pas l'amie du reste du monde, et encore moins de l'Afrique.
La chine n'est pas fréquentable, et tous les pays du reste du monde commencent à découvrir la vérité qu'ils avaient eu tendance, ces derniers temps à oublier. Les frontières avec la chine sont actuellement fermées, pour cause de pandémie: espéérons qu'elles le resteront encore longtemps après, et qu'elles ne se rouvrirons que lorsque la chine aura fait la preuve qu'elle est devenue un pays démocratique.
lA CHINE ne sait pas que les droits humains véhiculent des valeurs que personne, absolument personne, pas même un dictateur nommé à vie ne peut se permettre de les fouler aux pieds.
Quand la chine aura appris cela, et qu'elle l'aura mis en pratique, alors, bien volontiers, nous pourrons dire "nos amis chinois" et rouvrir nos frontières.
Pour l'instant, il ne doit pas en être question, et pour l'instant, la chine n'est pas fréquentable.
Me François JURAIN

2.Posté par Me François JURAIN le 12/05/2020 08:34
Non, la chine n'est pas le bienfaiteur de l'Afrique, mais son bourreau. lA CHINE a empoisonné le rese du monde, volontairement ou involontairement (je pense plus involontairement) et le problème n'est pas là. La chine, ce que tout le monde a tendance à oublier, est un régime communiste pur et dur, avc ses prisons, ses camps d'internement, ses disparitions, et un président nommé à vie. Je appellerai quand même que, pour la troisième fois, unvirus touchant le monde entier, est parti de CHINE, et pas d'ailleurs.
Quand à l'aide (ridicule) de la chine envers l'Afrique, c'est bien le moins que la chine puisse faire, après l'avoir empoisonnée.
Faut il égalemen rappeler que si la chine est en afrique, c'est uniquement pour ses propres intérêts, et certainement pas pour aider l'Afrique à se développer? lA CHINE veur (et malheureusement arrive à ses fins) s'acaparer à bon compte toutes les richesses des pays africains, et asservir les populations afriaines à un esclavage d'un autre age. lA CHINE connait que la dictaure: voir le comportement de la chine à l'égard de TAIWAN, de Hong Kong...Où sont les milliers de chinois qui ont eu le malheur de s'élever publiquement ou pas, contre un tel régime dictatoril? disparus ou en prison.
alors non, la chine n'est pas l'amie de l'Afrique, la chine est l'ennemie du reste du monde, et il faut en avoir conscience.
iL est même honteux et scandaleux que la chine profite d'une pendémie qu'elle a elle même provoquée, volontairement ou pas - et je ne parle pas du laboratoire qui pose problème, et pour laquelle la chine, "grande amie" de tout le monde, se refuse toujours à une enquète impartiale par des experts choisis et reconnus dans le monde entier, y compris chinois, si tant est que ces derniers puissent s'exprimer-
La chine n'est surement pas l'amie du reste du monde, et encore moins de l'Afrique.
La chine n'est pas fréquentable, et tous les pays du reste du monde commencent à découvrir la vérité qu'ils avaient eu tendance, ces derniers temps à oublier. Les frontières avec la chine sont actuellement fermées, pour cause de pandémie: espéérons qu'elles le resteront encore longtemps après, et qu'elles ne se rouvrirons que lorsque la chine aura fait la preuve qu'elle est devenue un pays démocratique.
lA CHINE ne sait pas que les droits humains véhiculent des valeurs que personne, absolument personne, pas même un dictateur nommé à vie ne peut se permettre de les fouler aux pieds.
Quand la chine aura appris cela, et qu'elle l'aura mis en pratique, alors, bien volontiers, nous pourrons dire "nos amis chinois" et rouvrir nos frontières.
Pour l'instant, il ne doit pas en être question, et pour l'instant, la chine n'est pas fréquentable.
Me François JURAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter