Connectez-vous

Kenya Airways soutiendra la nationalisation pour survivre, selon son président

Mercredi 12 Juin 2019

NAIROBI (Reuters) - Kenya Airways soutiendra le gouvernement s'il décide que la nationalisation de la compagnie aérienne est essentielle pour son avenir, a déclaré mardi son président Michael Joseph.
 
La compagnie déficitaire, détenue à 48,9% par l’État et à 7,8% par Air France-KLM, lutte pour revenir à la rentabilité et à la croissance. L'échec de l'expansion et la contraction du transport aérien l'ont obligé à restructurer une dette de 2 milliards de dollars en 2017 pour sauver l'entreprise.
 
L'année dernière, le gouvernement a approuvé un plan visant à confier à Kenya Airways la gestion du très rentable aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) à Nairobi, dans le but de renforcer son bilan et de lui permettre d'acheter de nouveaux avions et d'ouvrir de nouvelles routes.
 
Mais la commission des transports du Parlement, qui ne veut pas que la compagnie aérienne gère l'aéroport, a rejeté ce plan.
 
Le comité préparait des recommandations alternatives pour raviver le transporteur, y compris une éventuelle nationalisation, a déclaré Joseph à Reuters lors d'un entretien.
"Ils proposent une sorte de société de portefeuille aéronautique dans laquelle KQ (Kenya Airways) appartiendrait à 100% à l'État", a-t-il déclaré.
 
«Si cela sert au mieux les intérêts de la compagnie aérienne afin de nous placer sur un pied d'égalité avec les compagnies aériennes concurrentes, et si cela nous permet de développer le hub JKIA dans le meilleur intérêt du Kenya, c'est ce que nous devrions faire. ”
James Macharia, ministre des Transports du Kenya, n'a pas répondu aux demandes de commentaires.
 
Kenya Airways, qui compte 41 avions, souhaite augmenter la flotte et ouvrir de nouvelles routes pour concurrencer plus efficacement des transporteurs comme Ethiopian Airlines et Emirates.
 
Ethiopian Airlines exploite plus de 100 avions et a transformé Addis-Abeba en une plaque tournante de l'aviation et des voyages pour le continent au cours de la dernière décennie.
 
Avec une perte avant impôts de 7,59 milliards de shillings (74,89 millions de dollars) l'année dernière, Kenya Airways avait besoin d'une intervention de l'État pour rétablir sa croissance, a déclaré Joseph.
 
"Nous ne voulons pas que KQ soit nationalisé, mais si c'est la bonne façon de procéder et dans l'intérêt à la fois de KQ et de l'industrie aéronautique au Kenya, alors je dirais que c'est la bonne façon de faire", a-t-il déclaré.
(1 $ = 101,3500 shillings kenyans)
Nombre de lectures : 33 fois












Inscription à la newsletter