Connectez-vous

Imam Ahmad KANTE, une ignorance confirmée

Mardi 24 Avril 2018

Imam Ahmad KANTE, une ignorance confirmée
Excusez yaa imam je ne savais même pas que vous m’aviez fait l’honneur d’apporter une réponse à ma réponse. Avec les préparatifs du 138ième anniversaire de l’appel du Mahdi (psl) vous comprendrez.
Vous me taxez de  discourtois mais vous me concéderez que face à votre discourtoisie à l’égard de la meilleure des créatures Seydina limamou Lahi (psl), la mienne est fort négligeable.
 
Pour entrer dans le vif du sujet :  

KANTE écrit : 
« J’avoue ne pas être au courant de cette « attestation » du chérif Sadikh de Médine, est-il possible d’avoir l’élément pour permettre à tout le monde d’en prendre connaissance ? Si ce chérif est un petit-fils du prophète Muhammad (saws), demandez-lui ainsi qu’aux chérifs contemporains, de vous fournir leur liste généalogique et on verra s’ils pensent que c’est à Yoff que repose leur aïeul et s’ils croient aussi qu’il est revenu réincarné en âme et en chair. Et puisque lui-même gère le mausolée de son grand-père Muhammad (saws) à Médine, alors s’est-il trompé de mausolée puisque ce dernier en aurait un autre à Yoff ? » 
 
REPONSE
Je persiste à croire que vous n’êtes pas de mauvaise foi, que votre seul tord est l’ignorance sur cette problématique et surtout sur la communauté ahlulahi. Ce que je vous reproche fondamentalement est de ne pas poser la question « demandez donc à ceux qui savent si vous ne savez pas » (sourate 21 verset7, au lieu de faire des déductions erronées. C’est cela le vrai « mandu »dont vous parlez.
 
Demander si chérif Sadikh s’est trompé de mausolée n’est pas une réelle question pour qui connait l’ironie. Il faudra le lui demander peut être si vous en aurez l’occasion. Pour nous ahlulahi, le mausolée qui est à Médine est celui du prophète au même titre que celui qui est à Yoff. Dire qu’il s’est trompé de mausolée reviendrait à renier sa première mission en Arabie. Bref, comme l’avait dit le prophéte « addinou nassihat » et c’est ce qu’il nous a rappelé dans sa seconde mission ; donc je répondrai à votre question sur l’histoire de ce cachet et peut être que vous  en saurez davantage sur la communauté du Mahdi psl.
 
« En 1920 Seydina Issa Laye avait écrit une lettre à un de ses disciples du nom de Maam Abdoulaay Baar qui habitait Diourbel. A la fin de la lettre, Seydina Issa signa Seydina Issa Rohou Lahi. Puisque Maam Abdoulaay Baar ne savait pas lire, il se fit lire la missive et à la fin du texte, à la lecture de la signature, le lecteur s'exclama : « il a du toupet, le fils de Limamou Laay, il prétend être Issa le fils de Marie ». 

Quand les pèlerins sénégalais arrivèrent à Médine cette année là, le Gardien du Mausolée de Muhammad Rassoul leur demanda s'ils connaissaient Seydina Issa Rohou Lahi du Sénégal et qu'il avait un paquet pour lui. L'un d'entre eux, du nom de Balla Silwi Séne, habitant Saint-Louis, accepta de prendre le paquet que lui remit le Gardien du Mausolée en promettant de le remettre en mains propres à son destinataire. Et c'est ce qu'il fit. En lui donnant le paquet, le Gardien médinois du mausolée de Muhammad le Prophète d'Allah (PSL), lui avait fait savoir que c'est dans un rêve que le Prophète Muhammad lui avait ordonné de préparer ce paquet qui devait être acheminé vers le Sénégal par les pèlerins. 

Dans le paquet, se trouvait un tampon, entre autres, sur lequel il était écrit en arabe : « Seydina Issa Rohou Laahi fils de l'Imam de tous les imams, imam des deux Lieux Saints  (la Mecque et Médine)». 
 
Sa généalogie est cherif Sadikhe fils de Abou Bikrine, fils de Atarine, fils de Hassane fils de Malã, fils de Idris,  fils de Aouf Arrafihi, fils  de Ousseyn fils de Ali ibn Abi Talib et de Fatimatou bintou Rassoul.
 
Consultez almahdiyou.org
 
images (5).jpg

  
KANTE ecrit:
Je suis en partie d’accord pour dire que des « érudits » ont refusé de croire mais je souligne bien « des » car on ne peut pas mettre « les » Il y a pour les deux cas que vous avez cités, des contre-exemples, c’est-à-dire, des érudits qui ont cru. Ne me considérant pas « érudit », je ne me sens pas concerné par votre affirmation superficielle et radicale. 
 
REPONSE
Cette remarque est une distraction car il est évident que tous les érudits ne peuvent être récalcitrants. Ce que j’ai voulu vous faire remarquer et que vous n’admettez pas est qu’aucun des khoulafaou rachidoune n’a consulté des livres précurseurs pour croire en la mission du prophète Muhammad (psl) ; que la majorité des sahabas du Prophète était illettrée donc n’était même pas en mesure de vérifier la véracité de la mission du prophète dans les livres. En réalité ce que je vous reproche c’est de ne pas poser les bonnes questions. Ce ne sont pas les textes qui certifient les prophéties, ce qui ne veut pas dire qu’on doive les ignorer, mais il est des questions prioritaires nous y reviendrons.

KANTE ecrit
Pour ce qui est de la langue utilisée par Limamou pour lancer son appel, vous voyez bien que je n’ai fait que citer un site, de votre communauté, chose que tout le monde peut faire pour voir ceci : « Enveloppé dans ses pagnes, il déambula sur les collines, dans les ruelles et places publiques, tel un pèlerin arpentant la distance de La Mecque à Arafat, appelant à haute voix ses concitoyens, en une langue Wolof teinté d'un accent Lébou : "Répondez à l'appel de Dieu, venez à moi, je suis le messager de Dieu, je suis le Mahdi qu'on attendait .... ", et il ne cessa plus de glorifier nuit et jour, publiquement et en privé, le Créateur Suprême prononçant constamment ses noms et attributs » « http://www.layene.sn/new/l_francais/limamou.php   » 

Donc, vous pouvez honnêtement, puisque vous aimez bien ce mot sans apparemment en mesurer les exigences y liées, convenir avec moi que ce n’est ma faute si vous n’harmonisez pas ce que vous dites ou écrivez au sujet de Limamou et notamment de son Appel qui est la base du credo layène.  

REPONSE
Encore des accusations gratuites et des déductions hâtives. La vérité n’a pas besoin d’être harmonisée car elle est comme elle est.
 
Il aurait mieux valu demander des éclaircissements sur une histoire que manifestement vous ne maitrisez pas au lieu de vous enliser dans l’erreur. Vous n’avez pas l’humilité de demander mais je vais vous expliquer quand même. Lorsque le Mahdi Seydina limamou Lahi lançait son appel, il a dit à haute voix plusieurs formules dont certaines en langue arabe comme cette formule que vous dites être une transcription et d’autres en wolof car « wama arsalnaa min rassuulin illa bi lissaani qawmihi liyubayyina lahum » (sourate Ibrahim verset 3). Nous n’envoyons de prophète qu’avec la langue de son peuple.
 
Je vous exhorte vivement à aller vers l’information. J’ai la conviction que vous n’êtes pas de mauvaise foi mais ayez la patience et le respect de vous documentez SERIEUSEMENT sur Seydina limamou Lahi au lieu de vous focaliser sur un site qui résume son histoire et de faire vos propres conclusions. La biographie de seydina limamou (psl) est disponible depuis le début du vingtième siècle ; les archives de l’Ifan sont disponibles ; les gardiens de la tradition orale sont là. Si vous êtes un chercheur sérieux, allez vers l’information !

KANTE écrit :
En vérité, il existe deux textes de la Bible dont un parle de la vierge, mais les auteurs juifs disent que la bonne traduction, c’est une jeune femme tout court, les voici : « C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d'Emmanuel (Ésaïe 7:14) et « Tout cela arriva afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète: Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous » (Matthieu 1   : 22-23) 
  
Puisque vous parlez de « avant Jésus », c’est donc le texte d’Esaïe qui pourrait vous intéresser. En tout cas, je ne vois pas là où vous voulez en venir avec l’exemple de Judas. Je ne pense pas qu’on soit dans le sujet puisqu’ici, rien dans la personne de Jésus, sa naissance sans père, sa filiation israélite par Marie n’est en cause. C’est Judas qui a changé, pas Jésus (paix sur lui). Et puis, votre exemple indique que Jésus (paix sur lui) n’est pas mort sur terre. De vivant au ciel, il revient en âme et en chair enfanté par un père et une autre mère que Marie selon votre credo. 

Donc votre exemple ne respecte pas le « parallélisme des formes » et de ce fait, ne fait pas avancer la discussion. De plus, à partir de l’avènement du prophète Muhammad (saws), nous avons le Coran et sa Sounna pour savoir quoi croire ou ne pas croire comme le dit son testament. Donc, je ne vois pas à quoi ça rime de poser ce genre de questions. Il y a des textes qui parlent du Mahdi, de Jésus (paix sur lui), du « Dajjâl » (le faux Messie), de Gog et Magog, etc. Ils devraient nous servir de base de discussion active et non circulaire ni autoritaire du genre : saviez-vous que…Je ne suis pas votre élève.
Ce n’est pas parce que vous ne comprenez pas que je fais hors sujet.
 
REPONSE
 J’irai plus loin que vous.
 En ce qui concerne l’immaculée conception, certains chrétiens disent qu’elle a été prédite dans Isai 7,14 qui parle d’une ‘alma enceinte qui donnera naissance à un fils. Mais les juifs rétorquent que ‘alma signifie juste jeune fille et pas nécessairement vierge. Si vous tranchez en faveur des chrétiens est ce par érudition et objectivité ou est ce parce que cela est conforme à votre foi ? Seriez-vous un spécialiste de la langue hébraïque ?  Édifiez nous alors sur le sens véritable de ce mot.
 
Vous parlez de parallélisme des formes alors parlons en. On parle de la véracité d’une mission prophétique, donc le parallélisme des formes voudrait qu’on demande à celui qui prétend être un prophète les mêmes types de preuves qu’on demandait aux prophètes antérieurs lorsqu’ils avaient affirmé la même chose devant leur peuple. La hiérarchie des normes voudrait qu’une autorité  inferieure ne puisse certifier une autre supérieure. C’est ainsi, je ne vous apprends rien, que la preuve d’une prophétie est le miracle et ce sont ces miracles qui sont nommés preuves dans le Coran « al bayyinah ». Cela même les mécréants avertis le savent. A titre d’exemple, Pharaon avait demandé à Moise des miracles pour attester de sa véracité mais il conclut que c’était de la magie : « Si tu adoptes, dit (Pharaon), un autre dieu que moi, je te ferai prisonnier! »  Moïse répondit : « Et même si je t’apportais une preuve évidente [et convaincante]? »  Pharaon répliqua : « Apporte-la, si tu es du nombre des véridiques. » (Coran 26:20-31)

 Il (Pharaon) dit : « Es-tu venu avec ta magie pour nous chasser de notre pays, ô Moïse?  Nous pouvons certainement produire une magie semblable.  Fixe un rendez-vous entre nous, que nous observerons tous deux sans faute, dans un endroit convenant à chacun. »  Alors Moïse dit : « Votre rendez-vous aura lieu le jour de la fête.  Et que les gens se rassemblent dès le matin. » (Coran 20:57-59)
 Le peuple de Salih lui avait demandé un miracle d’où  la chamelle « Nous avions donné aux Thamoud la chamelle, qui était un signe évident; mais ils lui firent du tort. » (Coran 17:59)
 
De même que la table servie avec Issa rohou Lahi. Malheureusement nous les noirs n’avons pas la culture de la prophétie et c’est pourquoi on ne pose pas les bonnes questions. Vous parlez d’avancée du débat ; moi je vous dis que le débat n’a même pas encore commencé car vous posez les mauvaises questions. Aucun prophète, je dis bien aucun n’a rempli toutes prédictions des savants et des livres qui lui sont antérieurs ce qui revient quasiment au même car ce sont les savants qui interprètent et expliquent les livres saints et les paroles des prophètes. J’attends un contre exemple.
 
Donc votre première question devrait être : « quels sont les miracles que Seydina Lmamou Lahi a fait en tant que prétendant de la prophétie ? ». Et il n’a été donné à aucun messager de produire un signe autrement que par la permission de Dieu. » (Coran 40:78)

KANTE écrit :
 
Ces lignes ne sont pas très compréhensibles à mon niveau, mais, disons que j’ai parlé de marginalité par rapport à ce que croit la majorité des musulmans, sunnites comme chiites au sujet du Mahdi et du Messie. Vous avez encore du mal à rester dans le sujet. De plus, vous parlez de spécificités du prophète Muhammad (saws), alors que la question porte sur la variante de la réincarnation que votre credo applique au prophète Muhammad (saws). En d’autres termes, avez-vous des textes ou autres arguments décisifs à ce propos comme vous en avez pour son voyage nocturne, son appel adressé aux humains et aux jinns, le changement de l’apparence de Judas, etc., bref, des choses bien moins significatives que la réincarnation du prophète Muhammad (saws) dans la personne de Limamou, et le cumul du statut de Mahdi ainsi que la renaissance de Jésus (paix sur lui). Dieu me pardonne les termes que j’utilise pour des besoins de clarté ? 
 
REPONSE
Excusez-moi yaa imam mais je ne suis pas responsable si vous n’êtes pas en mesure de faire une étude comparative. Si Seydina Limamou (psl) affirme être la même personne que Mohammad (psl) revenue, votre premier reflexe si vous aviez une culture de la prophétie, devrait être de comparer les deux hommes. Mais là encore vous n’avez pas compris donc je fais hors sujet selon vous. D’autre part, si vous dites que le voyage nocturne est moins significatif que la réincarnation c’est votre appréciation personnelle et qui est bien arbitraire car ne reposant sur aucun critère.  Serai-je obligé de vous répéter que les textes sunnites ou chiites dont vous parlez ne sont que des indications et non des preuves pour une prophétie. J’ai envie de vous demander quels sont les critères distinctifs d’un prophète. Ne vous trompez pas d’éléments de mesures yaa imam. Je sais que vous aimez le coran je vous renvoie au coran pour y voir quels ont été les preuves qu’on avait demandées aux prophètes une fois qu’ils avaient lancé leur appel. Nous n’en sommes pas encore au débat de fond mais aux rectificatifs de la démarche que vous avez adoptée.

KANTE écrit :
Il y a toujours dans les livres révélés et dans les propos des prophètes (paix sur eux), des annonces sur les choses significatives qui vont se passer à leur époque où dans le futur. C’est ainsi que Muhammad (saws), de par son statut de sceau des prophètes « nabiyyûn » et dernier des messagers « rusul, mursalûn » nous a dit l’essentiel sur le Mahdi, la seconde venue de Jésus (paix sur lui), le faux Messie « almasîhud-dajjâl » et sur d’autres événements de « la fin des temps ». Et dans ces hadiths figurent le nom du Mahdi et certaines de ses caractéristiques physiques et morales. La question qu’on doit vous poser, c’est : y croyez-vous ou non ? Si c’est non, dites-nous sur quoi se fonde votre rejet de ces hadiths et la sélection que vous faites en la matière, étant donné que vous en citez certains. 
 
REPONSE
Merci yaa imam je vois que vous faites des efforts pour poser  le débat mais vous n’y êtes pas encore. Il ya en effet, une panoplie de hadith au sujet du mahdi. Vous savez autant que moi que tous les hadiths ne sont pas authentiques. Vous savez aussi que nombreux sont les oulémas qui ont parlé du sujet. Vous savez aussi que le mahdi n’est aucunement mentionné dans le coran. Je présume aussi que vous savez que c’est le sujet où il ya le plus de désaccord au niveau des savants islamique en cette fin des temps. Et à ma connaissance vous n’êtes pas en mesure d’identifier le vrai de l’ivraie. Vous n’êtes sûrement pas un mouhadith ou si c’est le cas démentez moi. Eu égard à tout cela, les milliers de hadiths qui en parlent ne pourront pas être étalés ici pour être étudiés un à un. Mais ne vous inquiétez pas lorsque les bases de ce débat qui semble vous tenir à cœur seront établies vous verrez que notre foi repose sur des bases solides. Mais avant cela établissons d’abord les bases.
 
Seydina limamou se dit prophète. Vous conviendrez avec moi que la première chose que vous auriez dû demander est qu’il apporte une preuve alors que la preuve d’une prophétie est le miracle, cela tous les oulémas le savent. Vous n’entrerez pas dans ce terrain car ses miracles sont indiscutables, mais je préfère croire que vous ne le saviez pas et que vous êtes de bonne foi. Comme disait le Mahdi « baniuniuma danuma xamul ». La deuxième chose qui devrait vous intéresser est sa moralité car Dieu n’envoie jamais une personne d’une moralité douteuse. Et la troisième question devrait porter sur ses enseignements et leur conformité avec la foi islamique dont les principes n’ont jamais changé depuis Adam. Alors là on aura posé quelques jalons d’un débat sérieux sur la véracité ou non d’une prophétie. Ainsi on pourra entrer dans le fond et montrer quels sont les hadiths et savants qui peuvent renforcer notre foi.

KANTE écrit:
La clarté n’est pas votre fort mais, apparemment, vous êtes dotés d’une omniscience qui vous a permis de déceler dans le très-fonds de mon être ce que je crois. Qui vous a dit que je crois en cela ? Est-ce une telle attitude (le niaka mandu) qu’enseigne la morale layène ? Je ne crois sincèrement pas, même si je ne partage pas son credo. Alors pour y voir clair, il suffit juste de savoir que c’est le judaïsme rabbinique qui considère que le Messie que les juifs attendent, sera de la maison de David. Il sera un « Ben David ». C’est dire que le Messie sera une personne née d’un père et d’une mère. Et étant donné que Jésus (paix sur lui) ne remplit pas ce critère biologique, n’ayant pas de père, il ne peut être le vrai Messie fils de David que les juifs attendent. Il vous aurait suffi de poser la question pour que j’y réponde. A la place, vous jouez au devin. 

Maintenant, si voulez savoir ce que je crois à ce sujet, en résumé, c’est ceci : comme le dit le Coran, Jésus (paix sur lui) est le vrai Messie « al masîh, ‘îsabnu maryam » que la majorité des juifs n’ont pas reconnu ou accepté lors de sa première venue. D’ailleurs, sa seconde venue aura pour but parmi d’autres, de clarifier cela. Une question intéressante en découle, à savoir, pourquoi le judaïsme rabbinique rejette la messianité de Jésus (paix sur lui) ? Je pourrais en parler en temps et lieu opportuns, plaise à Dieu. En outre, vous vous trompez encore, comment oserai-je reprocher quelque chose au Mahdi, je crois que vous vous êtes mal exprimé. Cela ne fait pas sens à l’aune de ce que je tiens pour vrai à ce sujet. Nous discutions de qui est le Mahdi et pas d’autre chose. 
 
REPONSE
En réalité je n’ai pas de problème car j’ai déjà trouvé le mahdi c’est vous qui attendez toujours et c’est vous qui n’avez pas encore trouvé. Donc si je parle du mahdi je parle de seydina limamou (psl) car je ne fais pas la différence. Encore là aussi vous ne comprenez pas parce que votre démarche est claudicante. Il est clair que je fais une comparaison entre les problèmes qu’ont posés les filiations des prophètes dont seydina limamou lahi psl. En mentionnant que les textes avaient prédit que le mahdi sera un descendant du prophète vous avez omis de dire que les textes avaient aussi dit que jésus sera un descendant de David. Vous avez aussi omis de dire que les textes avaient dit que Mohammad psl sera un descendant d’Abraham alors qu’aucun historien sérieux ne peut aller au delà de son douzième aieul Adnan. Entre Adnan et ismael il ya un gap que seul notre foi nous permet de combler. Là j’espère ne pas me tromper si je dis que vous y croyez.
 
C’est facile de dire que vous croyez en ce que le coran dit de jésus maintenant. Mais lorsque jésus lançait son appel le coran n’existait pas encore donc il faudra remonter à cette époque pour une analyse sérieuse. C’est comme si je venais pour citer un livre de ma communauté et la considérer comme preuve. On ne peut être juge et partie c’est un principe élémentaire.
  
KANTE écrit : 
Tout le monde se rend compte des faiblesses de votre démarche qui consiste à citer des textes équivoques assortis d’interprétations alambiquées à dessein. D’abord la traduction est douteuse, ensuite le contenu indique bien que ces hadith sont sous le mode de l’allusion mise au conditionnel « si un tel…alors il serait ». Ce genre de textes ne relève pas de ceux qui établissent des enseignements fondamentaux de l’islam, notamment dans le domaine du monde « ‘âlamul ghayb » auquel nos sens communs ne peuvent accéder. Par ailleurs, on trouve d’autres textes du même registre qui permettent d’avoir une compréhension satisfaisante de ce qui est visé. En voici un exemple : « N'es-tu pas satisfait d'être pour moi ce que Hârûn fut pour Mûsâ, si ce n'est qu'il n'y aura pas de prophète après moi ? » 
  
Comment peut-on se baser sur ce genre de textes pour remettre en cause la clôture de la nubuwwa (le phénomène prophétique) comme le dit clairement le verset et les hadiths authentifiés par les oulémas de la matière ? Le verset est connu : « Muhammad n’est le père d’aucun de vos hommes (mâles), mais il est le Messager (rasûllallahi) de Dieu et le Sceau des prophètes (khâtaman-nabiyyyîn) » (Coran 33 : 40). D’ailleurs, ce verset indique que par Son infinie sagesse, Dieu n’a laissé survivre aucun enfant mâle du prophète Muhammad (saws). Une des « raisons » serait que s’il en avait, les gens auraient tendance avec l’aide de Satan, à lui donner des attributs de prophète voire de Dieu. Et voilà que selon le credo layène, Muhammad (saws) revient réincarné et père de Jésus (paix sur lui) ! 
 
Les hadiths qui disent : « pas de prophète (nabi) après moi » sont aussi connus de tous les musulmans. De plus, aucun de ces textes n’établit la réincarnation du prophète Muhammad (saws) en âme et en chair dans la personne de quelqu’un d’autre, comme vous le croyez. A noter au passage que tous ces textes équivoques que vous citez, figurent dans les sources de la communauté Ahmadiya, cette communauté concurrente des layènes vu qu’elle considère que Mirza Ahmad Ghulam est le Mahdi et le Messie. Peut-être qu’un jour, nous saurons qui copie qui : voici un lien instructif à ce sujet :
 « http://khuddam.fr/livres/Khataman_Nabiyyine.pdf   » 
  
  Pour ce qui est de la citation attribuée à Aïcha, la mère des croyants, qu’Allah l’agrée : « Dites qu’il est le sceau des prophètes, mais ne dites pas qu’il n’y a pas de prophète après lui », il faut d’abord noter que ce n’est pas un hadith en tant que tel mais les propos de notre mère qui ne peuvent être érigés au statut d’article de foi. Ensuite, nombre d’oulémas mettent en cause leur authenticité. Si quand même nous admettons leur recevabilité au plan technique, on ne pourrait pas s’y fonder pour remettre en cause la fin ou la clôture de la « nubuwwa » (phénomène prophétique) comme l’indiquent le verset précité et des hadiths bien établis. En effet, notre mère Aïcha ayant entendu des gens prononcer les hadiths genre « pas de prophète (nabi) après moi », leur dit : dites préférablement « il est le sceau des prophètes (khâtaman-nabiyyîn ) » Le souci d’Aïcha, qu’Allah l’agrée, a consisté à attirer l’attention de ses interlocuteurs sur le retour de Jésus (paix sur lui). Elle a voulu juste que les musulmans n’oublient pas de concilier ces deux choses : fin ou clôture du phénomène prophétique et aussi retour de Jésus (paix sur lui) dont le statut de prophète a été établi auparavant. 
  
Notre mère voulait rappeler aux musulmans de ne pas douter ou oublier que Jésus (paix sur lui) reviendra, et ce, sans aucune contradiction avec la fin ou la clôture du phénomène prophétique. Cela est conforté par le hadith où le prophète (saws) voyant entre les mains d’Oumar des feuillets de la Bible lui dit : « Si Moïse était de retour, il ne ferait que me suivre ! ». Aucune confusion ne peut être entretenue à partir de ces propos et surtout pas la réincarnation du prophète Muhammad (saws) lui-même en chair et en âme dans une autre personne. Rien aussi de ces textes pour équivoques qu’ils soient, qui établisse comme vous le croyez, que Jésus (paix sur lui) est revenu enfanté par un père et une mère autre que Marie. Quant à ce que vous dites d’Ibn Arabi, même si la traduction est tout sauf claire, il appert qu’il ne remet pas en cause la fin de la « nubuwwa » et de la « risâlah ». Je voudrais juste savoir si vous disposez d’un de ses écrits où il soutient la réincarnation du prophète Muhammad (saws) en chair et en âme et la renaissance de Jésus (paix sur lui) tel que l’enseigne votre crédo ?
 
REPONSE
Je tire en longueur car je suis obligé de vous expliquer mot à mot. Je pars du postulat que vous ne le faites pas exprès. Je n’ose pas penser que vous semer le doute sur l’authenticité de tous les textes qui ne vous arrangent pas. Citez les oulémas qui remettent en cause l’authenticité de cette parole d’Aicha si vous en avez et n’oubliez pas de citer les oulémas qui l’attestent et n’oubliez surtout pas de préciser lequel des deux groupes est plus fiable. Au lieu de dire que ces hadiths sont tirés de la communauté ahmadiyah, dites plutôt en quoi ils ne sont pas authentiques si vous le pouvez car ils n’ont pas été crées par cette communauté. Aussi si la traduction vous semble douteuse donnez nous la bonne traduction car les références que je vous ai données vous permettront d’aller vérifier, d’aller aux sources, ce qui ne semble pas être votre fort.
   
 KANTE écrit:
Je conviens avec vous qu’un prophète « nabi » peut dire quelque chose de neuf ou pas par rapport à un prophète antérieur ou de la même époque. Toutefois, si vous regardez bien comme sauront le faire les lecteurs, vous notez que je parle bien du cas spécifique du Sceau des prophètes Muhammad (saws). D’ailleurs, si je ne m’abuse, le credo layène n’envisage pas le retour d’autres prophètes ou de nouveaux prophètes. Je ne connais pas le bien-fondé de ces expressions qui donnent des qualificatifs au « nubuwwa » car il est clair que le phénomène prophétique a été clos avec le rappel à Dieu du prophète Muhammad (saws). Et je le rappelle, dans votre credo, il est question de réincarnation du prophète Muhammad (saws) et de renaissance de Jésus (paix sur lui) mais pas de continuation de la « nubuwwa » au sens d’un nouveau dépositaire du phénomène prophétique après Muhammad (saws). D’ailleurs dans votre credo, vous ne parlez pas d’un autre prophète mais du même qui s’est réincarné. 
 
REPONSE
Vous conviendrez avec moi que je n’ai répondu qu’à votre question. Dans celle-ci vous avez voulu montrer l’absurdité du retour du prophète car d’après vous il n y a rien de nouveau à apporter. Ma réponse à consisté à vous faire savoir, si tel n’était pas le cas, que les messagers sont repartis en trois groupes. Les messagers qui amènent une nouvelle loi et qui donc apportent quelque chose de nouveau à l’instar de Jésus, Mohamed, Ibrahim et tous les messagers qui ont amené avec eux un livre. Il en est d’autres qui n’apportent rien de nouveau mais viennent perpétuer la loi qui existe déjà comme Huud, Saalih, Loot etc. d’autres enfin, n’ont pour mission que de soutenir un autre messager dans sa mission comme Harun par rapport à Moise et Yahya par rapport à Jesus. Ainsi, si vous aviez posé la question on vous aurait dit que seydina limamou est un mujaddid cela veut dire que dans cette seconde mission il n’est pas venu changer la loi islamique mais perpétuer ce qu’il a lui-même instauré auparavant. Ainsi les oulémas ont-ils fait la différence entre les différents types de nubuwa que vous dites ignorer.

KANTE écrit
Je ne saurais terminer sans dire que mis à part les procès d’intention et autres propos discourtois, vous faites de commentaires qui touchent à des questions de fond. Il y a là quelques jalons significatifs vers un débat public de fond. 
  
REPONSE
Moi par contre je terminerais en disant que si les bonnes questions préalables sont posées ; que si vous faites des efforts pour plus vous documenter sur la communauté ahloulahi au lieu de vous focaliser sur un site qui résume l’histoire et de faire vos propres déductions ; si vous faites l’effort de poser les questions qu’on doit poser à quelqu’un qui se dit prophète même si c’est pas évident pour nous hommes noirs qui ne connaissons pas la prophétie alors on aura prit un bon départ pour entrer dans le fond. Alors on pourra poser le vrai débat avec les innombrables questions que cela suscite. Enfin je vous laisse avec quelques éléments de réflexion.
 
Pouvez-vous me donner une référence qui permet de dire que la réincarnation en chair et en âme du prophète (psl) est anti islamique ? Et ne me dites pas que cela n’a pas été cité dans les textes car c’est faire preuve d’un défaut de culture générale en matière de prophétie que de croire que l’inédit est un obstacle à la croyance.
 
Dites moi sur quels textes vous vous basez pour croire en Muhammad (psl) ? Ne me dites surtout pas que c’est sur le coran car pour croire au coran il faut d’abord croire en Muhammad et non l’inverse.
 
C’est votre démarche avec la prophétie qui pose problème réglons cela d’abord avant de parler de débat sur le fond.  
 
Ibrahima Abou SAMB,
Etudiant en droit à l’université Gaston Berger de Saint-louis
 
Nombre de lectures : 316 fois

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter