Connectez-vous

Idrissa Seck et Macky Sall : mariage de la carpe et du lapin pour piller le Sénégal

Jeudi 19 Novembre 2020

Idrissa Seck et Macky Sall : mariage de la carpe et du lapin pour piller le Sénégal
On a l’habitude de dire que les voies du Seigneur sont impénétrables. Mais, s’il devait être jugé pour ses basses œuvres (il a avoué avoir puisé dans les fonds politiques pour s’enrichir) et de manipulation des textes religieux, Idrissa Seck devrait être marqué à jamais, du sceau de l’infamie. Multipliant à chacune de ses interventions publiques les références et versets tirés du Coran, nombre de Sénégalais lui auraient donné le Bon Dieu sans confession.
 
En réalité, la mystification Idrissa Seck n’aura pas fait long feu : l’individu est l’incarnation de la félonie et de la fausseté dans sa forme la plus aboutie : un concentré de Judas et d’indignité. « Il est des hommes qui incarnent le mensonge à un degré tel, qu’ils commenceront à vous débiter un mensonge avec la certitude que vous n’en croirez pas un traitre mot », disait Alexandre Mercereau.
 
En plongeant dans la mare aux canards, Idrissa Seck ne s’est pas simplement plié en quatre ; il s’est agenouillé dans la boue, comme un mendiant affamé, pour réclamer sa pitance et sa part du butin. Après 16 ans de traversée de désert, Idrissa Seck, dont les convictions varient en fonction du nombre de billets de banque s’est « vendu », au 1er venu : Macky Sall, l’homme qu’il abhorre le plus au monde et qui lui promet des miettes. Idrissa Seck ne croit en rien : l’argent est sa seule religion.
 
L’alliance Idrissa Seck et Macky Sall (mariage de la carpe et du lapin) scelle le pacte entre 2 politiciens qui s’associent pour piller le Sénégal.
 
Combattre ces 2 ennemis de la République est un impératif pour tout citoyen sénégalais.
 
Idy dont le nom rime avec duplicité : profite et arrête de nous tympaniser avec tes justifications à n’en plus finir : les Sénégalais ne te louperont pas, pauvre opportuniste !
Seybani SOUGOU – E-mail : sougouparis@paris.fr
Nombre de lectures : 157 fois


1.Posté par Me François JURAIN le 23/11/2020 17:55
Je crois qu'il faut laisser faite le temps. De toutes les façons, les retrouvailles de ces deux larrons étaient inévitables. C'est un peu comme un couple, ou le vieil homme très riche, prend une femme très belle et très jeunes: ces deux catégories sont faites pour se retrouver, l'une apportant sa jeunesse et sa fraicheur, l'autre son argent: l'un à besoin de l'autre, et vice et versa. Macky n'a pas acheté Iddy pour les soit disant 20% qu'il représente, ce chiffre est à analyser, et Idrissa SECK ne représente en rien 20% de satisfecit dans la population: il est honni par la majeure partie des sénégalais, et à peine supporté par quelques autres. Cet homme n'est pas aimé, il est même détesté. La raison est certainement à trouver dans les différents reniement, son art de manger à tous les rateliers, Mourid si ca peut lui rapporter, Layenne si la soupe est bonne, avec Israel si ca rapporte, avec les Palestiniens si la valise est bien gatnie...il n'est pas évident que les sénégalais ne soient pas lassés de ce retournement de veste car le gros du peuple sénégalais à des valeurs avec lesquelles il ne faut pas jouer. Non, ce qui a intéressé Macky, c'est de créer une grosse perturbation dans l'opposition : il y a en gros 250 partis d'opposition, sauf un de la majorité, cela fait 249 partis, qui veulent tous voir leur champion en tête de gondole! Sauf que, en tête de gondole, il y en a un qui prend déjà toute la place, et qui a payé le prix qu'il faut pour être à cette place! Alors, peut être qu'avec le temps, cela peut avoir l'effet contraire de ce que voulait Macky SALL, à savoir, une réorganisation complète de l'opposition, et nos 249 (chiffre approximatif) champions, feront du ménage, rabaisseront leur prétention et mettront leur ego dans leur poche, pour se rallier derrière un (ou une) chef, qui fera la différence et saura s'imposer, comme véritable leader de l'opposition, et proposer quelque chose, car enfin, que l'on soit d'accord ou pas, avec ca, force est de reconnaitre que le seul qui a un programme, c'est quand même Macky SALL! Car au final, il n'y a pas que la nature qui a horreur du vide, les sénégalais aussi (ils ne sont pas les seuls dans ce bas monde!). Dire que Macky SALL traine des casseroles, voire une usine de casseroles, d'accord. Dire qu'il passe son temps à faire de la politique politicienne, ok. Dire tout ce que vous voulez, je suis d'accord (ou pas toujours) avec ca. Mais en face, on propose quoi? La critique ne fait avancer les choses, que dans la mesure où elle est accompagnée de solution équilibrées et qui tiennent la route: où peut on les lire, celles la? Moi, je regarde Monsieur SONKO, je lis ce qu'il dit, ce qu'il écrit, mais même si je trouve le personnage sympathique, je le trouve de moins en moins crédible, et surtout, je n'ai toujours pas compris où il veut mener le sénégal: dans le 21°, ou retour au 19°? et comment on fait pour y aller? En voiture à cheval, ou en voiture électrique? Ce n'est pas du tout une critique que je fais à l'endroit de Monsieur SONKO, c'est une réflexion personnelle. Pour l'instant, après avoir rouvé le personnage sympathique, compétent, et pensant qu'il avait un réel avenir, j'en suis de plus en plus à m'interroger. Gouverner un pays n'est pas chose facile (enfin, j'imagine, on ne m'a jamais appelé pour cette tâche! Dieu m'en garde!!!) et mieux vaut avoir une feuille de route bien ficelée, quand on a la responsabilité de 16 millions d'âmes...Enfin, c'est mon avis.
Ceci dit, il reste trois ans, et trois ans, c'est court et long à la fois: en FRANCE, Monsieur MACRON n'est sorti du bois que trois mois aant les élections, (même si "il avait mis un pied dans la chaussette" bien avant). Les talents ne manquent pas au sénégal, les hommes/Femmes honnêes et inègres aussi, le problème, à mon avis, se situe au niveau des egos, et ca, c'est assez difficile à soigner: peut être plus difficile que le covid!!! %ais pourquoi pas? L'espoir fait vivre...
Me François JUAIN

Nouveau commentaire :













Inscription à la newsletter