Connectez-vous

Gambie: l'armée sénégalaise interviendra à partir de minuit "si la solution politique échoue"

Mercredi 18 Janvier 2017

Dakar - L'armée sénégalaise est en alerte et ses troupes prêtes à intervenir en Gambie voisine à partir de mercredi à minuit "si la solution politique échoue", après le refus du président Yahya Jammeh de céder le pouvoir, a annoncé à l'AFP son porte-parole, le colonel Abdou Ndiaye.

"Nos troupes sont en alerte et s'entraînent depuis le début de la crise. L'ultimatum prend fin à minuit. Si la solution politique échoue, nous allons engager" les opérations en Gambie, a dit le colonel Ndiaye, confirmant l'existence de mouvements de soldats sénégalais vers les frontières entre les deux pays.

"Depuis une semaine nous avons constaté un mouvement de troupes vers la frontière avec la Gambie", a indiqué de son côté à l'AFP un élu local de la région de Ziguinchor, dans le sud du Sénégal.

L'intervention sénégalaise en Gambie se ferait en application d'un mandat de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao - 15 Etats), aux côtés d'autres pays membres de cette organisation régionale dont le Nigeria et le Ghana, selon des sources militaires sénégalaise et nigériane.

L'armée de l'air nigériane a annoncé mercredi avoir envoyé 200 hommes et des avions au Sénégal, précisant que ce déploiement était destiné à une éventuelle intervention en Gambie.

La Cédéao a demandé à maintes reprises au président gambien sortant Yahya Jammeh de respecter le résultat de l'élection du 1er décembre en quittant le poste qu'il occupe depuis 22 ans, mais il s'y refuse tant que la justice n'aura pas statué sur ses recours contre l'élection du 1er décembre, officiellement remportée par l'opposant Adama Barrow.

Dans l'attente de son investiture prévue jeudi, M. Barrow est accueilli au Sénégal depuis le 15 janvier à la demande de la Cédéao

M. Jammeh a proclamé mardi l'état d'urgence pour 90 jours dans le pays.

Le Sénégal a présenté mercredi un projet de résolution au Conseil de sécurité des Nations unies visant à autoriser la Cédéao à prendre "toutes les mesures nécessaires" pour assurer une passation de pouvoirs en Gambie, selon le texte consulté par l'AFP.

L'envoyé spécial de l'ONU en Afrique de l'Ouest, Mohamed Ibn Chambas, avait fait savoir la semaine dernière au Conseil que la Cédéao était prête à réclamer son feu vert pour déployer des troupes en Gambie.

Le projet de résolution relève que l'"instabilité en Gambie pourrait menacer la paix internationale et la sécurité de la région". Il demande aussi au Conseil de soutenir les décisions de la Cédéao et de l'Union africaine de reconnaître Adama Barrow comme président élu.

Le mois dernier, le Conseil avait réclamé à l'unanimité que M. Jammeh reconnaisse le résultat de l'élection présidentielle et qu'il cède le pouvoir à M. Barrow.

Le texte présenté mercredi par le Sénégal presse M. Jammeh de "mener un processus de transition pacifique et ordonné, et de transmettre le pouvoir au président élu Barrow le 19 janvier".

Un calendrier concernant le vote du Conseil sur ce texte n'a pas été communiqué dans l'immédiat.
Nombre de lectures : 134 fois









Inscription à la newsletter