Connectez-vous

En pleine guerre à Gaza, la France équipe des drones armés israéliens (Enquête DISCLOSE)

Mardi 18 Juin 2024

Le Transpondeur ultra-léger de la société française Thalès (à droite) qui a été intégré aux drones Hermes israéliens qui bombardent et ciblent les populations palestiniennes et les infrastructures dans la bande de Gaza
Le Transpondeur ultra-léger de la société française Thalès (à droite) qui a été intégré aux drones Hermes israéliens qui bombardent et ciblent les populations palestiniennes et les infrastructures dans la bande de Gaza

Disclose a obtenu des documents confidentiels qui dévoilent que Thales, le leader français de l’armement, a livré en Israël du matériel de communication pour des drones impliqués dans les bombardements à Gaza.

 

Ces livraisons ont eu lieu en 2024, plusieurs mois après le début de l'opération militaire de Tsahal contre le Hamas. Et ce, alors que le ministre des armées n’a cessé de dire que la France exportait seulement du matériel destiné au « dôme de fer », le système de défense antimissile d’Israël.

 

Le matériel livré par Thales, des boîtiers de communication ultralégers appelés transpondeurs, est notamment conçu pour être intégré sur les drones armés les plus modernes de l’armée israélienne : les Hermes 900. Le commandant d'un escadron de ces drones a confié, à un site d'information israélien, avoir frappé un hôpital de la bande de Gaza en février 2024.

 

À Disclose, Thales reconnait la livraison de « deux systèmes aéroportés de communication » en 2024. Le groupe d’armement français se défend, en expliquant qu' « ils ne permettent pas le fonctionnement d’un système létal ». Le ministère des armées n'a pas souhaité répondre à nos questions.

 

Six transpondeurs pour les drones armés israéliens seraient actuellement bloqués par les douanes françaises à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. En cause : la suspension, décidée en catimini par le gouvernement, des exportations de matériel militaire appartenant à la catégorie ML5 - comme les transpondeurs de Thales. Alors qu'il y a un mois, le ministère des armées a défendu devant les tribunaux la nécessité de pouvoir exporter ce type d’armement vers Israël.
 

DISCLOSE : LIRE NOTRE ENQUÊTE

 
Nombre de lectures : 239 fois











Inscription à la newsletter