Connectez-vous

Doha : Discussions d’un nouvel accord pour une trêve à long terme dans la bande de Gaza

Mardi 28 Novembre 2023

La Société de radiodiffusion publique israélienne a déclaré, ce mardi, que le Qatar accueillait des discussions visant à conclure un nouvel accord pour une "trêve à long terme" qui inclurait la libération de tous les captifs à Gaza, y compris les militaires, contre la libération, par Tel Aviv, des prisonniers palestiniens "reconnus coupables" de meurtres d’Israéliens.

 

Les discussions au Qatar se tiennent à un moment où les médias israéliens font état de discussions à Doha entre le directeur du Mossad israélien, Dadi Barnea, le directeur de la CIA, William Burns, le directeur des renseignements égyptiens, Abbas Kamel, et le Premier ministre qatari, Cheikh Mohammed ben Abdul Rahman Al-Thani. 

Aucun commentaire officiel n'a été émis de la part des parties concernées, jusqu'à 19 h 03 (UTG).

 

"Des échos font état de discussions au Qatar, où le chef du Mossad s’est rendu, et un nouvel accord pour une trêve plus longue est sur la table", a déclaré la Société de radiodiffusion publique israélienne.

 

Le média a expliqué que l’accord discuté inclut "la libération de toutes les personnes enlevées à Gaza, y compris les hommes et les soldats".

 

"En retour, Israël libérera un grand nombre de prisonniers sécuritaires palestiniens, y compris ceux reconnus coupables des meurtres d'Israéliens", a détaillé la même source.

 

Selon la Société de radiodiffusion, le mouvement Hamas a exprimé son approbation concernant les grandes lignes du nouvel accord, mais a déclaré vouloir un "cessez-le-feu total", ce qu’Israël a refusé jusqu’à présent, sans commentaire officiel à ce propos par le mouvement palestinien.

 

Le chef du Mossad a informé le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, des détails du nouvel accord en cours de discussion à Doha, selon la même source.

 

Grâce à la médiation du Qatar, de l’Égypte et des États-Unis, une trêve humanitaire de quatre jours est entrée en vigueur 24 novembre, avant d’être prolongée au soir du lundi de deux jours supplémentaires. Parmi les dispositions de la pause humanitaire figurent un cessez-le-feu temporaire, un échange de prisonniers, et l'entrée des aides humanitaires à Gaza, où vivent environ 2,3 millions de Palestiniens, sinistrés par une opération militaire meurtrière, menée par Israël depuis le 7 octobre dernier. [AA]

Nombre de lectures : 47 fois











Inscription à la newsletter