Connectez-vous

Des rebelles syriens vont participer aux négociations de paix

Lundi 16 Janvier 2017

Des rebelles syriens vont participer aux négociations de paix
BEYROUTH (Reuters) - Plusieurs groupes d'insurgés syriens ont décidé de participer aux négociations de paix organisées par la Russie et la Turquie au Kazakhstan afin de mettre en oeuvre un cessez-le-feu très peu respecté, ont indiqué des responsables rebelles, lundi.
 
La décision a été prise lors de réunions qui se déroulent à Ankara et les différents groupes travaillent à la création d'une délégation différente de celle qui avait participé aux négociations organisées l'an passé à Genève avec le soutien de l'Arabie saoudite.
Les négociations doivent débuter le 23 janvier à Astana, la capitale du Kazakhstan.
 
"Les factions vont participer et la première chose dont elles parleront sera la question du cessez-le-feu et de ses violations par le régime", a dit un dirigeant de l'Armée syrienne libre (ASL) qui a souhaité rester anonyme en attendant la désignation d'un porte-parole.
 
Zakaria Malahifdji, porte-parole du groupe rebelle Fastakim, a déclaré que la majorité de son organisation "avait décidé de participer. Les discussions porteront sur le cessez-le-feu - les questions humanitaires - la livraison d'aide, la libération des détenus".
 
La Russie, principale alliée du régime de Bachar al Assad, a lancé cette initiative après la prise par les forces syriennes de la partie est d'Alep, revers majeur enregistré par la rébellion le mois dernier.
 
La Turquie avait, dans un premier temps, été un soutien important aux insurgés opposés à Assad mais Ankara a révisé sa position pour se concentrer sur la lutte contre les miliciens kurdes et contre les djihadistes de l'Etat islamique opérant dans le nord de la Syrie.
 
Le Haut comité pour les négociations (HCN), organe d'opposition formé en décembre 2015 à Ryad et soutenu par l'Arabie saoudite, a annoncé samedi soutenir les efforts en vue des pourparlers prévus à Astana.
 
Le HCN, qui réunit des opposants politiques et des groupes armés en lutte contre le régime d'Assad, a précisé que la réunion au Kazakhstan constituait une étape préliminaire à un nouveau tour de table politique à Genève.
 
Malahifdji a dit que la nouvelle délégation serait composée en concertation avec le HCN mais qu'elle serait différente de celle qui siégeait à Genève car "les Russes se focalisent beaucoup sur les factions militaires".
 
Nombre de lectures : 26 fois












Inscription à la newsletter