Connectez-vous

Conseil supérieur de la magistrature : Le magistrat Ibrahima H. Dème démissionne pour protester contre le discrédit de l’institution

Mardi 7 Février 2017

 Monsieur le Président de la République,
"Par décret du 3 août 2016, vous aviez constaté mon élection en qualité de représentant du collège du deuxième grade au Conseil Supérieur de la Magistrature. Depuis lors, le Conseil que vous présidez, ne s’est pas réuni. Néanmoins, le ministre de la justice, chargé de préparer les propositions de nomination, a fait recours cinq fois, à la procédure dite de « la consultation à domicile » pour la  désignation de magistrats, parfois à des postes très importants de l’appareil judiciaire.
 
Cette procédure, consistant en une saisine individuelle des membres du Conseil pour recueillir leur avis sur les propositions formulées, ne garantit ni la transparence, ni le respect du principe constitutionnel de l’inamovibilité du juge. C’est la raison pour laquelle, elle n’a été utilisée par le passé, que pour des actes isolés et urgents (détachement, mise en position de stage ou nomination de magistrats après la formation initiale). Actuellement, sans doute conforté par la légalisation de cette pratique par la récente réforme de la loi organique sur le Conseil Supérieur de la Magistrature, le ministre de la Justice y fait recours systématiquement. L’exception semble devenir la règle.
 
Il apparait ainsi évident que l’institution constitutionnelle chargée de garantir l’indépendance de la justice, qui était certes à parfaire, est désormais dépouillée de toutes ses prérogatives. Dans ces conditions, il s’avère impossible, d’exercer ma mission dans toute sa plénitude; c’est-à-dire, de veiller au respect du statut des magistrats, en réunion du Conseil.
 
C’est pourquoi, après en avoir informé mon collège, qui regroupe la majorité des magistrats, je suis au regret de vous demander, de bien vouloir prendre acte de ma démission du Conseil Supérieur de la Magistrature.
 
Monsieur le Président de la République, la justice traverse aujourd’hui une crise profonde, étroitement liée au manque de transparence dans le choix des magistrats. Ainsi, constate-t-on un traitement de certaines affaires qui renforce le sentiment d’une justice instrumentalisée et affaiblit considérablement l’autorité des magistrats. Bien évidemment, la vitrine de la justice ne doit pas être une magistrature sous influence, mais plutôt une magistrature indépendante et impartiale, démontrant constamment dans ses décisions, que la justice est exclusivement au service de la vérité.
 
Monsieur le Président de la République, en décidant de vous expliquer les motivations de ma démission, j’ai voulu en appeler non seulement au président du Conseil Supérieur de la Magistrature, mais surtout au chef de l’Etat qui, au regard des dispositions de l'article 42 de la Constitution, est le garant du fonctionnement régulier des institutions.
Dans le même ordre d’idées, la justice étant rendue au nom du peuple, celui-ci doit également être informé du discrédit d’une institution constitutionnelle si essentielle pour la survie de notre démocratie. 
 
Avec mes respectueuses salutations, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération."         
 
Ibrahima Hamidou DEME
Substitut Général à la Cour d’appel de Dakar, Membre du Conseil Supérieur de la Magistrature - Dakar, le 1er février 2017
 
Nombre de lectures : 1734 fois


1.Posté par CSMagistrature le 08/02/2017 09:40
Très clair et responsable. Cependant, les correspondances adressées au Chef de l'Etat ne sont pas pas des lettres ouvertes destinées aux tribunes de la presse.
Comme tous les autres segments de l'Administration, la corporation des juges traverse une crise sans précédent malgré par un discrédit total, sa valeur est au bas de l'étalon de dignité où trônait jadis Dame Justice.
La récente nomination de magistrats à la retraite, six au total, à l'OFNAC a mis sens dessus dessous ce corps prestigieux. Le décret de nomination est totalement illégal en porte-à-faux avec la loi n°2012-30 qui dispose que les membres de l'OFNAC sont des fonctionnaires de l'Administration et des magistrats en ACTIVITÉ. les magistrats demandent à Monsieur le Président de rectifier cet impair dont les conséquences sont d'une gravité extrême et inimaginable. Agissez avant qu'il ne soit trop tard car les partenaires du Sénégal ne reconnaissent pas la légitimité de ces personnes à la retraite qui ne peuvent porter les engagements internationaux souscrits devant la communauté internationale.

Nouveau commentaire :










Inscription à la newsletter