Connectez-vous

COMORES: l’opposition au front après la mort suspecte d'un major dans une caserne

Mercredi 14 Avril 2021

À Moroni, le front commun de l’opposition a tenu une conférence de presse mardi 13 avril afin notamment de revenir sur le décès du major retraité Hakim, survenu lors d’un interrogatoire dans une caserne à Anjouan. Le gouvernement explique sa mort de différentes manières, mais toutes naturelles. De nombreuses questions se posent. L'opposition demande que les autorités religieuses et judiciaires se positionnent. … Les déclarations au sein même des autorités divergent à propos du moment où elles ont découvert l’affaire. L’opposition y voit une tentative de dissimulation.
 
« Le chef d’état-major était à Anjouan le jour où on l’a assassiné et le soir où on l’a enterré. Mais le jour où on l’a déterré, il était déjà à Moroni. Donc, il est au courant de tout ce qu’il s’est passé. Parce que c’est lui le chef d’état-major. Tout s’est passé dans un camp militaire dont il est le chef. Probable qu’il ne connaît pas les personnes qui l’ont exécuté. Mais il ne peut pas ne pas être au courant jusqu’à arriver en catimini à Moroni le matin (le lendemain, ndlr). Il y a plein de questions qui restent sans réponses. » (RFI)
 
 
Nombre de lectures : 101 fois












Inscription à la newsletter